Combien faudrait-il créer d'emplois pour arriver au plein emploi ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Benoît Hamon affirme qu'il faudrait créer 300.000 emplois par an pour arriver au plein emploi.

Le Vrai Faux avec Benoît Hamon qui ne croit pas au plein emploi.

L’ancien candidat à la présidentielle est très pessimiste face au projet d’Emmanuel Macron. Ce sera plus de précarité tout au long de la vie, assure-t-il, et l'échec au bout de l'aventure.

Benoît Hamon : "Il faudrait pour arriver au plein emploi que nous créions d’ici 2030, 300.000 emplois nets par an supplémentaires".

Il faudrait créer 300 000 emplois par an pour arriver au plein emploi. Vrai ou faux ?

C’est faux. Ce chiffre n’est plus valable aujourd’hui, car la donne a changé. Il faudrait créer moitié moins d'emplois d'ici 2030 pour faire tomber le taux de chômage à 5%, qui est le niveau en gros, auquel le consensus situe le plein emploi.

Pourquoi moitié moins ? Parce que ce taux de chômage dépend de l'évolution de la population active.

Combien de personnes arrivent sur le marché de l'emploi ? Combien partent à la retrait retraite ? Le solde est longtemps resté élevé, notamment à cause des réformes qui ont repoussé l'âge de départ. Entre 2000 et 2017, en France, la population active a augmenté de trois millions de personnes. C’est autant d’emplois qu’il fallait créer juste pour les absorber. En 2000, l'économiste Jean Pisani-Ferry évaluait les besoins à 300.000 créations par an pour retrouver le plein emploi. Mais aujourd'hui, l’Insee a revu ses projections. D'ici 2030, on aura autant de nouveaux arrivants parce que la natalité est stable, mais les départs en retraites vont être beaucoup plus nombreux et la population active n’augmenterait que de 770.000 nouveaux travailleurs. Cela veut dire qu’il faudra créer 60.000 emploi par an pour les absorber, c'était 150.000 ces dix dernières années.

C’est pour cela d’ailleurs que l’OFCE estime que, sans réforme, le taux de chômage tomberait en-dessous de 8% dès 2022.

Mais on ne serait pas encore au plein emploi ?

Non. Pour tomber à 5%, il faudrait créer 160.000 postes par an d’ici 2030. Mais attention, ce chiffre ne dit rien de la qualité des emplois. 1600000 temps partiels, ce n'est pas forcément un progrès et ça reste une gageure. Ces trois dernières années, les créations sont reparties à la hausse. Le secteur privé a créé 300.000 emplois ces douze derniers mois. Mais c’est aussi l’effet de politiques précises : le Crédit d’impôt pour la croissance, qui va être réduit l’an prochain ou une prime à l’embauche pour les PME vient de disparaître. Comme en plus on va supprimer 120.000 emplois aidés l'an prochain, le chômage ne baissera pas tout de suite. Après ?

Ça dépend. Selon un institut proche du patronat, l'institut COE-Rexecode, la réforme du code du travail permettrait de créer 30.000 emplois par an, c'est faible. Pour aller plus loin, il faudra deux choses : que les carnets de commandes se remplissent. Or la France produit de moins en moins, elle perd des parts de marché à l’export. Et que le niveau de notre formation s'adapte, les postes qui vont se créer demanderont souvent un fort niveau de compétences que n’ont pas les 140.000 jeunes qui sortent chaque année de notre système sans aucun diplôme.