Combien de demandes d'asile sont refusées ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Nicolas Sarkozy affirme que les demandes d'asile sont refusées à 85%.

Géraldine Woessner pour le Vrai faux de l'info

L’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, était hier soir l’invité de la nouvelle émission politique de France 2. 2h30 de direct, c’est très long, ce qui explique peut-être que le candidat ait cafouillé sur les demandes d’asile.

Nicolas Sarkozy : “Les demandes d’asile sont refusées à 85%”

85% des demandes d’asile sont rejetées, c'est vrai ou c'est faux ?

Ça a été vrai en 2012, l’année où Nicolas Sarkozy a quitté le pouvoir. À l’époque, en effet, 16% seulement des demandes d’asiles étaient acceptées mais les réfugiés venaient alors de Russie, du Sri Lanka ou de Turquie, peu de pays ravagés par la guerre. Depuis évidemment la situation a changé. En 2015, de nombreux demandeurs d’asile sont venu du Soudan ou de Syrie, il est donc impossible de les renvoyer chez eux. Le taux d’acceptation a par conséquent fortement augmenté à 24% et cette année la tendance s’est encore accentuée.
Selon l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, le taux de protection atteint 36% sur les huit premiers mois de l’année. Plus d’un demandeur sur trois obtient donc l’asile, on est très loin des 15% évoqués par monsieur Sarkozy.

Ce sont les mêmes proportions à Calais ?

Non à Calais le taux est encore plus important, 70% de ceux qui ont demandé l’asile à Calais l’ont obtenu et c’est compréhensible puisque ce sont des soudanais, des Erythréen ou des Afghans qui ont fui parce qu’ils risquaient la mort. En revanche, ils ne représentent qu’une partie des habitants de la jungle qui souvent ne font pas la démarche de demander cette protection. C’est en train de changer, selon le ministère de l’intérieur. Là où Nicolas Sarkozy a raison, c’est que les déboutés du droit d’asile restent le plus souvent, sur le territoire français. Quatre à 10% seulement, selon les sources, seraient expulsés ou rentreraient chez eux de façon volontaire.