Combien crée-t-on d'emplois supplémentaires avec le renouvelable plutôt qu'avec le nucléaire ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Benoît Hamon affirme que l'on crée quatre à six fois plus d’emplois avec le renouvelable qu’avec le nucléaire.

Le Vrai Faux de l’Info avec Benoît Hamon.

Benoît Hamon qui était l’invité de l’Émission politique sur France 2. Deux heures pour tenter de relancer une campagne qui patine, il voulait convaincre de son sérieux, très préparé, beaucoup de chiffres et parfois même un peu trop. 

Benoît Hamon : "Là où vous avez un emploi dans le nucléaire, vous en faites six dans le renouvelable". "C’est une étude qui a été contestée" et "Ce sera toujours 4, 5, 6 fois plus qu’aujourd’hui avec le nucléaire".

On crée quatre à six fois plus d’emplois avec le renouvelable qu’avec le nucléaire, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est faux. Benoît Hamon s’appuie sur une étude qui a tenté, il y a six ans, de comparer le nombre d’emplois nécessaires pour produire 100 gigawatt heure d’électricité. Selon le type de production, il fallait 14 postes dans le nucléaire, 87 dans le photovoltaïque ou le solaire. C’est là qu’est le rapport d’un à six, mais 17 seulement dans l’éolien. Et encore, l’étude prenait en compte la phase de construction, qui est courte par définition. Une étude plus récente de l’Ademe a montré qu’en 2015, un emploi dans le nucléaire en représentait trois dans le renouvelable, mais ça ne va pas durer. Ces boulots vont disparaître quand le parc sera construit et si l’on ne parle que de maintenance, d’exploitation, la différence est vraiment minime.

En parlant d’études, pas toujours fiable, une autre a été opposée à benoît Hamon par un agriculteur. C’était un autre temps fort de l’émission, quand le terroir renvoie dans les cordes le candidat qi prétend interdire les pesticides dangereux.  

"Vous me parlez des cas de cancer dans l’agriculture, je vous coupe. Il y a moins de cas de cancer en agriculture que d’une manière générale sur la population française". "vous êtes le premier agriculteur qui me dit une chose pareille.  Non c’est des chiffres sérieux".

Benoît Hamon est-il en difficulté à ce moment-là ?

Pas vraiment. Parce que l’étude que cite cette agriculture existe,  on l’a lancée en 2005 auprès de 180.000 agriculteur pour étudier leur exposition au cancer, mais ses résultats sont un peu plus complexes. Il y a beaucoup moins de cancers du poumon par exemple, du larynx, du foie que dans la population générale. Parce que les agriculteurs fument et boivent moins, qu’ils ont une vie plus saine mais davantage de cancers de la peau, des ovaires pour les femmes ou de leucémies. Ça peut être lié au soleil, à l’exposition aux UV, mais pas toujours. Le lien avec l’exposition aux pesticides, dans certain cas, plus de malades de Parkinson par exemple, est clairement établit. La France reste l’un des premiers consommateurs de pesticides au monde, on n’a rien fait pour limiter leur usage jusqu’à présent dans l’agriculture. C’est dire si ces études, en période électorale, restent hautement sensibles.