Chômage et soutien islamiste : le Vrai faux du débat de l'entre-deux tours

  • A
  • A
Le vrai-faux de l'info est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Géraldine Woessner fait le point sur la véracité des déclarations d'Emmanuel Macron et de Marine Le Pen lors du débat de l'entre-deux tours qui a eu lieu ce mercredi soir.

Le Vrai Faux de l’Info avec ce débat d’entre-deux tours, dans lequel chaque candidat a voulu à s’imposer.

Avec brutalité, en jouant des invectives. Au point que le débat souvent a tourné au dialogue de sourds. Mais les lignes des candidats au moins sont apparues clairement. Tout les oppose, jusqu’à leur perception des problèmes de la France.

Emmanuel Macron : "Ce que vous proposez c’est la guerre des monnaies. On l’a connue ! Pendant des années et des années et ça ne nous a pas sorti du chômage de masse. Dans les années 90, on avait plus de chômeurs qu’aujourd’hui, même ".

Dans les années 1990, il y avait plus de chômeurs qu’aujourd’hui, affirme Emmanuel Macron, c’est vrai ou c’est faux ?

En proportion de la population, qui était moins importante à l’époque, oui, il a raison. En 1994, le taux de chômage atteint 10,4%, puis il flambe à nouveau en 1996 et 1997. Un pic est alors atteint avec 3,2 millions de chômeurs. Aujourd’hui, ils sont plus nombreux, mais le taux lui est retombé à 9,7%. Cela dit, ces chiffres de l’Insee ne prennent en compte qu’une seule catégorie, la catégorie A. Si l’on élargit aux chômeurs ayant une faible activité, leur nombre est quand même beaucoup plus élevé aujourd’hui. Pôle emploi en recense 5,5 millions, ils étaient quatre millions en 1997. Et surtout, la France subissait à l’époque, le contrecoup de la récession de 1993, le chômage a décru ensuite. Alors que neuf ans plus tard, et c’est ce qui est inquiétant, on ne se remet toujours pas de la crise de 2008.

Sur les sujets économiques, Marine Le Pen s’est souvent cassé les dents. Elle a tenté de se rattraper sur le terrorisme.

Elle serait la seule dit-elle, capable de protéger les Français contre l’islam radical. Elle a peu détaillé son programme, mais beaucoup insisté sur la complaisance supposée de son concurrent envers les islamistes.

Marine Le Pen : "Quand je l’entend accepter le soutient de l’UOIF, cette association islamiste qui accueille des prêcheurs de haine".

Emmanuel Macron a reçu le soutien d’une association islamiste, l’UOIF, c’est vrai ou c’est faux ?

C’est vrai. L’Union des organisations islamistes de France a lancé un appel à voter pour Macaron, après le premier tour, pour battre Marine le Pen. Un appel que le candidat d’en Marche n’a pas désavoué, même s’il ne l’a rien sollicité et qu’il n’a pas de lien connu avec l’organisation. Mais elle est sulfureuse. Créée en 83, elle prêche une lecture "authentique" de l’islam, un Islam politique. Elle est proche des frères Musulmans et elle a accueilli des conférenciers antisémites, qui ont prôné la lapidation des femmes, même appelé au Djihad. Elle se défend de tout extrémisme, se dit ouverte, mais les Émirats Arabes Unis l’ont tout de même placée sur leur liste des organisations terroristes. Or Monsieur Macron l’a dit : tant qu’il n’a rien à lui reprocher, il n’interdira pas l’organisation. Il a rétorqué d’ailleurs, ce qui est vrai, que le FN aussi avait reçu l’un de ses membres dans une manifestation.