Le talent de la semaine - Château Angélus, bien au-dessus du vin de messe !

SAISON 2015 - 2016
  • A
  • A
Partagez sur :

Parmi les secteurs qui se portent bien, celui des vins et des spiritueux. Mettons à l'honneur la femme à la tête du château Angélus, Stéphanie de Boüard-Rivoal.

Stéphanie de Boüard-Rivoal est depuis 4 ans à la tête du château Angélus, crée en 1782, l'une des propriétés les plus emblématiques du bordelais. Ce château est nommé à cause des trois églises qui l'entourent et qui sonnaient toutes les trois l'Angélus, trois fois par jour. Stéphanie de Boüard-Rivoal est la huitième génération à la tête de l'entreprise. 

Comment cette héritière de 34 ans s'est retrouvée à la tête de cette entreprise ? 

Elle n'a jamais eu l'ombre d'un doute, dès l'âge de 7 ans elle devait boire une toute petite gorgée de vin "pour se faire le palais", comme disait son grand-père. Au début, elle reconnaît qu'elle n'aimait pas du tout, mais cela a servi. Très vite elle a fait savoir qu'elle voulait être la prochaine génération. Elle est partie se faire former en Grande-Bretagne dans la finance, elle a fait un master en gestion de fortune. Mais elle a du batailler pour reprendre le flambeau. Ses frères et sœurs n'étaient pas en compétition avec elle, mais deux ou trois cousins voulaient tout de même reprendre l'entreprise. Il y a eu un vrai processus de sélection au sein de la famille, "et la famille a jugé que j'étais la plus apte" raconte-t-elle. 

Comment compte-t-elle développer l'entreprise familiale ?

Elle utilise une jolie formule :"Je suis dépositaire d'une histoire qui doit me succéder" et veut rendre le château encore plus beau que ce qu'elle a hérité. Stéphanie de Boüard-Rivoal a une démarche d’entrepreneuse en achetant les actions détenues par son père, elle veut maintenir le niveau de sa maison par une distribution plus sélective : afin de ne trouver ses vins que dans les institutions prestigieuses. Ils ont un problème de riches : la demande est plus forte que leurs possibilités de production. Même lorsque l'Elysée a passé commande, ils ont répondu qu'ils ne pourraient tout leur donner.

Château Angélus c'est 100 000 bouteilles par an,  70 à 75 000 vendues directement, le reste est stocké pour être vendu progressivement. Pour augmenter la production Stéphanie de Boüard-Rivoal a pu acheter quelques hectares en plus, mais la fourchette de prix est pour le moins vague : entre 300 000 et 3 Millions d'euros l’hectare de vigne. Elle a également acheté le plus vieux restaurant de Saint-Émilion et même si ce n'était pas l'objectif au départ, elle voudrait bien obtenir une étoile Michelin... 

Les émissions précédentes