Quel genre de président sera Emmanuel Macron ?

  • A
  • A
Le portrait de Catherine Nay est une chronique de l'émission Europe 1 Week end
Partagez sur :

Emmanuel Macron sera officiellement président de la République, dimanche. Quel président sera-t-il ?

François Hollande passera demain le flambeau à Emmanuel Macron. Commencera alors le quinquennat du 8ème Président de la Vème République. Une tâche immense l'attend. Quel Président sera-t-il ? Quels sont ses atouts ?

Le voilà au pied du mur. Ou plutôt de la montagne des problèmes jamais résolus en France. On connaîtra demain le nom de son Premier ministre, et le 17 juin, de quelle majorité il va disposer. Quel genre de Président sera-t-il ? On capte déjà l'autorité, alliée au goût du secret. Il a eu l'audace de se lancer dans la course, le talent pour mobiliser, beaucoup de chance et ça compte. Et autre atout majeur : Emmanuel Macron est un homme heureux dans sa vie privée. Il forme un couple fusionnel avec Brigitte. "Sans elle, je ne serais pas moi", disait-il au soir du premier tour. Il aime exposer son bonheur, se montrer avec elle main dans la main. Brigitte, son alter ego, qui lui apporte l'amour, la sérénité, un clan familial soudé. Ce grand confort sentimental qui permet d'avoir l'esprit libre pour agir, se donner pleinement à sa tâche.

Oui, ça n'a l'air de rien. Mais on a vu que dans l'histoire récente, ce n'était pas le cas de tous les présidents...

Sans remonter à François Mitterrand et à sa double vie cachée qui le conduisait à mentir, à ruser, à dissimuler. Rappelons que Nicolas Sarkozy a vécu un calvaire en 2007. Cécilia lui ayant annoncé : "Dès que tu seras élu, je me tire." Et elle l'avait viré du logis. Pendant la campagne, il était hébergé chez un ami. Elle n'avait assisté à aucun de ses meetings, avait même refusé de voter pour lui au 2ème tour. Et lui n'avait qu'une idée : la retenir. Il était rongé par ce drame intérieur, prêt à tout. Le Fouquet's, qu'elle avait organisé, le bateau de Bolloré, parce qu'elle refusait d'aller en Corse, des vacances en Amérique, avec son refus de participer au déjeuner où les avait invités George Bush. Toutes ces incivilités, ces erreurs, ont plombé le début du quinquennat. L'échec de sa vie privée influait sur son caractère, de plus en plus irritable, violent souvent. Il avait l'esprit ailleurs, donnant le change par une activité débordante mais trop souvent désordonnée. Il a tout tenté pour l'impliquer, l'envoyant chez Kadhafi pour la libération des infirmières bulgares. Mais rien n'y a fait. Cécilia est partie. Divorcé en novembre, remarié avec Carla Bruni 4 mois plus tard, et toujours très heureux avec elle depuis. Le feuilleton de sa vie privée a quand même beaucoup pollué son quinquennat.

Mais François Hollande promettait dans son célèbre anaphore d'être un président exemplaire. Il n'empêche : son quinquennat a été lui aussi très impacté par sa vie privée.

Pour la première fois, un président qui se voulait normal entrait à l'Elysée, accompagné non pas de son épouse mais de sa compagne, Valérie Trierweiler. Il cassait les codes qu'elle-même n'avait pas. Le jour de l'intronisation, elle était derrière lui serrant les mains des corps constitués, du jamais vu. Avant qu'il n'entre à l'Elysée, les amis de François Hollande, souvent écartés par Valérie Trierweiler, lui conseillaient de se séparer d'elle. En cause, sa jalousie maladive, obsessionnelle, à l'égard de Ségolène, mais aussi envers les proches, victimes de ses fatwas. Le jour de l'investiture, elle avait refusé que les enfants Hollande et leur mère soient présents à la cérémonie. Et puis quelques jours après, lors des législatives, il y a eu ce fameux tweet où elle soutenait Olivier Falorni, le candidat qui se présentait à La Rochelle face à Ségolène Royal, qui avait l'appui de François Hollande. Drame politique... François Hollande était ridiculisé par sa compagne. Les enfants Hollande prenaient fait et cause pour leur mère. On a très vite senti que le torchon brûlait. Et puis il y a eu la répudiation, en janvier, suite aux révélations par Closer de sa liaison avec Julie Gayet, ses escapades dissimulées sous un casque de scooter. Un mauvais Vaudeville qui révélait un caractère, une incapacité à trancher dans le vif, à décider... Dans la vie privée, comme dans la vie publique !