Jean-Yves Le Drian, ministre de l'année

  • A
  • A
Le portrait de Catherine Nay est une chronique de l'émission Europe 1 Week end
Partagez sur :

La France et l'Australie ont signé mardi leur alliance dans les sous-marins, une commande juteuse pour le constructeur français DCNS. A la manœuvre, le ministre de la Défense dont Catherine Nay accorde le titre de ministre de l'année.

Ministre de l'année, un titre mérité pour Jean-Yves Le Drian selon Catherine Nay qui raconte au passage une anecdote. En 2013, l'homme effectue son premier voyage en Australie - 23 heures d'avion - il sait que le payer veut se doter de 12 sous-marins, sa flotte étant devenue obsolète. Un programme de défense de plus de 34 milliards d'euros. Il entend proposer les services de la France. Le Premier ministre australien qui le reçoit le remercie d'être venue parce que, dit-il, ça va créer une émulation entre les compétiteurs déjà sélectionnés, l'Allemagne et le Japon. Mais ce ne sera aps vous, ajoute-t-il.

La fin de non-recevoir stimule le ministre. De retour à paris, il convoque les industriels, leur intime de se donner au maximum convaincu que l'on a les meilleurs produits. S'en suit un grand plan de lobbying. On invite les officiels australiens à Cherbourg, à Brest, à Toulon, pour leur montrer de quoi la France est capable. DCNS fait ce qu'il faut pour séduire le client et le résultat est la signature de mardi.

Est-ce qu'il y a une méthode Le Drian ?

C'est lui le premier qui a réussi à vendre les Rafales, ces avions de chasse Dassault, merveilles technologiques réputées invendables. Il en a vendu 34 à l'Inde, 26 à l'Egypte, 24 au Qatar. Sans doute a-t-il bénéficié d'un contexte géopolitique très porteur, puisque contrariés par la diplomatie américaine au Moyen-Orient, plusieurs pays de la région ont décidé de diversifier leurs partenariats, mais oui, il y a une méthode Le Drian qui réside en trois mots : préparation, réseaux, convivialité.

Le ministre qui a un don indéniable d'empathie va d'abord discuter enjeux régionaux, partenariats stratégiques, ne se montre jamais insistant mais écoute le client puis suggère et ne parle jamais de prix. Il laisse ça aux industriels. Et surtout, il prend son temps. Il refuse les visites éclairs, revient souvent pour établir un lien de confiance et surtout d'amitié comme par exemple avec l’Égyptien al-Sissi, un vrai coup de foudre amical à en croire ses proches. Il a aussi rencontre une dizaine de fois le roi Salman d'Arabie saoudite, il aime aussi recevoir en Bretagne, la région qu'il préside, comme entre autres le ministre de la défense qatarie. Il avait eu l'idée de faire escorter son avion ministériel de deux Rafales, ce qui était un bel argument de vente.

C'est avec lui que la France a vendu le plus d'armement...

80 milliards d'euros alors que les quinquennats précédents, on ne dépassait pas 25 milliards. Au ministère, on vous explique que si cela est possible, c'est bien parce que la France a encore de grands industriels - Dassault, DCNS, Thalès, Airbus - de grandes capacités technologiques. Mais encore faut-il que l'équipe France parle d'une seule voix à l'export au lieu de se tirer dans les pattes. On se souvient de la bagarre entre EDF et Areva pour vendre une centrale aux émirats. Résultat, c'étaient les Coréens qui avaient emporté le marché.

Jean-Yves Le Drain a créé le Comed, qui est le comité d'export de défense, qui se réunit une fois par mois où industriels, diplomates, fonctionnaires des ministères se réunissent pour affiner l'offre et surtout créer une seule proposition présentée au pays client et c'est cela qui paye. C'est la première fois qu'une telle organisation a été orchestrée. 

Vous le sacrez, ce n'était pourtant pas le plus connu du gouvernement Hollande...

Il a peu de goût pour la médiatisation. je suis une tombe, prévient-il, quand les journalistes l'interrogent alors qu'il est un rouage majeur du gouvernement. En 2014, lorsque François Hollande hésitait à nommer Manuel Valls à Matignon, il lui avait proposé le poste mais Jean-Yves Le Drian avait refusé sous prétexte que pour réussir dans un poste, il faut y rester longtemps. Quand Bercy a voulu réduire les crédits de la Défense, il a mis sa démission dans la balance et François Hollande a arbitré en sa faveur. Chef du front anti-djihadiste en Afrique, il a éclipsé Laurent Fabius sur ce continent.

A droite et à gauche, tous saluent un ministre compétent et très agréable de rapports. Alain Juppé lui avait fait dire qu'en cas de victoire, il pourrait lui demander de rempiler.