Le bazar des mauvais rêves de Stephen King : bienvenue dans ses cauchemars

  • A
  • A
Le livre du jour est une chronique de l'émission Europe nuit
Partagez sur :

Chaque soir, Nicolas Carreau nous emmène à la découverte des plus belles nouveautés littéraires.

Le bazar des mauvais rêves de Stephen King aux éditions Albin Michel

L’un de nos écrivains préférés.

Le boss, le taulier, l’inégalable Stephen King ! Il signe un recueil de nouvelles chez Albin Michel, Le bazar des mauvais rêves. Bienvenue dans les cauchemars de Stephen King. La première nouvelle, par exemple, Mile 81, nous raconte l’histoire de Pete, un jeune garçon qui s’ennuie. Il décide d’explorer une aire de repos abandonnée qui borde la route. Ça tombe bien, on peut y accéder par une ouverture dans le grillage pas très loin de chez lui. L’aire est fermée, désaffectée, il fait nuit, mais une voiture toute boueuse, sans plaque d’immatriculation, de marque indéterminée s’arrête sur le parking. Problème : Il n’y a pas de conducteur.

C’est une voiture autonome ?

On peut dire ça, mais elle a surtout une petite particularité. Elle est anthropophage. Elle peut vous digérer en quelques secondes. Un conseil, ne vous approchez surtout pas. Ça, c’est la première histoire. Et on enchaine les situations incroyables, les idées folles nées de l’esprit dément de Stephen King. Il y a une histoire extrêmement touchante entre un fils et son père atteint de la maladie d’Alzheimer. Il y a celle qui s’appelle La Dune aussi, c’est l’histoire d’une tout petite île sur le sable de laquelle s’inscrit momentanément le nom des gens qui vont bientôt passer de vie à trépas. Il y a l’histoire d’un sale gosse, mais un vrai méchant, méchant garçon.

C’est du Stephen King pur jus ?

Oui. Il y a toutes ces nouvelles folles, une vingtaine. Mais il y a aussi, avant chacune d’entre elles, un petit texte de l’écrivain qui explique comment il a eu cette idée, comment il a décidé de l’écrire, à quel autre grand écrivain il a pensé pour le style. Et ces anecdotes, ces coulisses de l’écriture de Stephen King sont presque aussi fascinantes que les nouvelles elles-mêmes.

Le bazar des mauvais rêves donc pour fouiller dans les cauchemars de Stephen King, chez Albin Michel.