Belgravia de Julian Fellowes : un livre sur fond de choc social

  • A
  • A
Le livre du jour est une chronique de l'émission Europe nuit
Partagez sur :

Chaque soir, Nicolas Carreau nous emmène à la découverte des plus belles nouveautés littéraires.

Belgravia de Julian Fellowes aux éditions JC Lattès

Le dernier roman d’un écrivain bien connu des téléspectateurs.

Ce roman, c’est Belgravia, d’un certain Julian Fellowes. Julian Fellowes est le créateur de la géniale série Downton Abbey, la vie de la famille Grantham dans leur immense propriété au début du XXème siècle et des domestiques au sous-sol. C’est tout l’intérêt de cette série : le choc des classes sociales. C’est aussi la spécialité de Julian Fellowes qui explore à nouveau ce sujet dans Belgravia.

Quelle est l’histoire ?

Nous sommes en 1815. Précisément, le 15 juin 1815. Cette date correspond à la bataille de Waterloo, le retour et la fin de Napoléon. Le roman s’ouvre à Bruxelles, non loin de Waterloo justement. Et pour l’instant, l’heure est à la fête. La duchesse de Richmond donne un bal. Toute la fine fleur de l’aristocratie anglaise s’y trouve rassemblée. Mais parmi les invités, on trouve aussi M. et Mme Trenchard. L’homme est devenu riche en fournissant des denrées alimentaires à l’armée, mais malgré son aisance financière, il reste un roturier ! C’est un petit scandale, la présence des Trenchard fait beaucoup jaser au bal.

Mais pourquoi sont-ils là alors?

À cause ou grâce à leur fille, Sophia. Le jeune Lord Bellasis, le neveu des Richmond, est amoureux de Sophia. Contre l’avis de sa tante, il a fait inviter les Trenchard. Mais les festivités vont être de courte durée. Un messager fait irruption dans la salle de bal. Napoléon est en route, il arrive. Tous les officiers sont mobilisés et la fête se transforme en adieux déchirants.

25 ans plus tard, on retrouve M. et Mme Trenchard à Londres, dans le très chic quartier de Belgravia, toujours en quête de reconnaissance sociale. Mais cette fois, ils détiennent un secret, un secret socialement explosif qu’il faut absolument découvrir.

Belgravia de Julian Fellowes, chez Jean-Claude Lattès.