Vendée Globe : au bout du suspense

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

On a envie de prendre l'air ce matin.
Grâce à ce sprint intense entre Armel Le Cleac'h et Alex Thomson, dans le Vendée Globe.

Leurs deux bateaux se partagent la Une du Figaro, "Au bout du suspense".

Ils font aussi celle de 20 Minutes qui titre "Figure de pro".

L'Équipe s'intéresse déjà à "l'après" ou comment "Revenir à soi".
"Quand la solitude, le vide du quotidien succèdent à la tension de la course".
Plusieurs skippers racontent "leur difficile retour sur terre". "La transition est d'une brutalité extrême" se souvient François Gabart, vainqueur en 2013.
"L'accueil est hallucinant mais obscène" poursuit Jean François Coste (millésime 90).
"On s'est fait des mois d'humilité et on tombe dans une passion christique, messianique". Titouan Lamazou, qui en son temps victorieux descendit les Champs-Élysées. "Je suis devenu le héros dont je rêvais tant, mais j'ai perdu le rêve qui était mon inspiration".
Plus léger, Jean Pierre Dick : "Tu as vécu trois mois en homme de Cro-Magnon. C'est bon la banalité de te faire cuire un œuf.".
À la fin du papier, on a envie de dire à nos deux champions du jour de prendre leur temps, avant de poser le pied à terre.

D'autant qu'en ouvrant les journaux de ce jeudi, ils risquent bien de se noyer dans une actu sans grand relief.

Direct Matin anticipe le passage de relais demain entre Obama & Trump et titre "D'une Amérique à l'autre".

Même thème, mais en version plus engagée pour L'Humanité : "Ils vont manifester contre Trump".

Les Échos nous parle de "la polémique" allumée par François Fillon qui "enfle sur le rôle des mutuelles".

Libération s'intéresse aux supporters de Macron : "Pourquoi ils marchent ?".

Variante sur le même thème dans La Croix : "Rien n'indique que cette dynamique Macron se traduira en votes" .

Et puis il y a Aujourd’hui en France qui nous fait quelques révélations sur "la vie d'après" de François Hollande.

Le "futur-ex" chef de l'État "envisagerait de fonder une fondation consacrée à l'innovation sociale". Et surtout, il voudrait bien prendre la tête du conseil européen.
Quant à la primaire : "Je vais m'en tenir le plus loin possible", lui fait dire le dessinateur Ranson. "Pourquoi, tu as peur de prendre des baffes, aussi ?" lui répond un Manuel Valls plus renfrogné que jamais.


Sophie Larmoyer pour la presse internationale

À la Une de la presse asiatique, ce matin, cette information de l’agence de presse sud-Coréenne Yonhap : Kim Jong-Un serait sur le point d’effectuer des essais de nouveaux missiles.

L’agence cite de hauts-responsables sud-coréens, des sources militaires sud-coréennes et américaines aussi, qui avancent ce matin que la Corée du Nord a monté deux missiles sur des lanceurs mobiles. L’agence précise que ces missiles sont sans doute équipés des nouveaux moteurs qui ont été testés en avril dernier. À l’époque Pyongyang avait affirmé que grâce à ces moteurs, ils allaient pouvoir atteindre le contient américain. Et c’est bien là l’objectif annoncé par le leader nord-coréen : pouvoir menacer l’Amérique.

Dans son discours de Nouvel an, Kim Jong-Un avait prévenu de l’imminence d’un test de missile balistique intercontinental.

Et comme par hasard, cette information sort maintenant ?

Vous avez remarqué aussi. Les fois précédentes, c’est le tir lui-même qui informait le monde que la Corée du Nord venait de faire un nouvel essai et le commentaire de Pyongyang suivait.

Mais là, étrangement à la veille de l’investiture du nouveau président américain, cette annonce fuite d’un essai imminent, comme une provocation, un "message stratégique", écrit même l’agence de presse Yonhap.

Vous vous souvnez peut-être : début janvier, après les déclarations de Kim Yong-Un disant que la Corée du Nord était sur le point de pouvoir atteindre le territoire américain, Donald Trump avait twitté : "ça n’arrivera pas !".

Les deux hommes se jaugent, les fuites de ce matin font partie de ce jeu-là.

Un jeu dangereux ! La Corée du Nord semble avoir beaucoup avancé sur son programme d’armement nucléaire.

L’an dernier, en 2016, Pyongyang a effectué deux essais nucléaires et une vingtaine d’essais de missiles. Les experts ne sont pas tous d’accord sur le degré de mise au point du programme nucléaire et balistique de la Corée du Nord mais ils s’accordent sur un point : les progrès sont énormes.


Eva Roque pour le programme télé

Actuality à 17h35 sur France 2 du lundi au vendredi.

Eva Roque est totalement fan depuis la rentrée de septembre d’une pastille diffusée dans Actuality, l’émission présentée par Thomas Thouroude.

Tous les jours, face caméra, Mathieu Madénian et Thomas VDB commentent l’actualité à leur façon. Et la primaire de la gauche les inspire régulièrement. Ils ont d’ailleurs une idée pour rendre le débat un peu plus intéressant
Dimanche, les deux acolytes ont d’ailleurs regardé le débat.
Le sketch est à revoir sur Youtube mais ils n’ont rien vu de la soirée puisqu’ils s’endorment immédiatement.

Mathieu Madénian et Thomas VDB, c’est une relecture du clown blanc et de l’Auguste.
D’un côté le clown plutôt calme, qui essaye de poser le débat, Madénian. De l’autre, ce fou de Thomas VDB qui hurle plus qu’il ne parle.

La politique est leur matière favorite, mais tous les sujets d’actualité sont passés au crible de leur humour parfois très sarcastique. Des saynètes à écouter au deuxième voire au troisième degré.
Tous les matins, regarder la séquence de la veille permet de se mettre de bonne humeur pour le restant de la journée.


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale.

François Hollande justement à la Une de l'Ardennais pour la dernière balade ardennaise. Le président est attendu dans la région en cette fin de semaine, un déplacement consacré à l'industrie.
À Nice, débat sur la présence d'un policier municipal armé dans chaque école à la rentrée prochaine. La CGT dénonce une mesure démagogique jouant sur les peurs. Les parents d'élèves s'insurgent aussi. La FCPE assure Nice Matin va saisir le cabinet de la ministre.
En Haute-Savoie, l'arroseur arrosé. "Mordu par une vipère et condamnée par la justice" titre à la Une du Dauphiné Libéré. Les faits s'étaient déroulés en 2014 sur un quai de gare. La victime avait donc demandé à la SNCF le remboursement des frais de prise en charge. Hier, il a été débouté hier et condamné à verser 5.000 euros à la compagnie ferroviaire.

L'histoire du jour ce sont les vœux très chers des élus provençaux à leurs chers administrés.

Comme le souligne la Provence ce matin, en janvier, on aime la République. En tout cas, pour peu que l'on soit agent d'une collectivité, élu, magistrat, journaliste, chef d'entreprise ou personnalité des mondes associatifs et culturels. Car en janvier, la République, elle régale en petits fours et en coupettes. Et la Provence a fait les comptes, entre la région, la métropole de Marseille, la ville, le département et les mairies de secteur, c’est un total de 422.000 euros. Pour les vœux de la métropole, il a fallu affréter des cars pour les agents. Coût total de la cérémonie : 80.000 euros. À la mairie des 9e et 10e arrondissements, on a carrément fait appel à des musiciens et des pom-pom girls. J'ai vu les choses en grand reconnait le maire, mais c'est à coût constant explique-t-il. 20.000 euros, il y a bien que la préfecture où tout est fait maison et la mairie des 15e et 16e arrondissement, celle de Samia Ghali, qui n'a rien organisé pour mettre le hola. Et la Provence de rappeler qu'en principe, les vœux sont ouverts à la population.