Un G20 sous haute tension

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

Le Kiosque d'Europe 1 et toutes ses plumes avec Marion Calais pour les régions, Sophie Larmoyer pour l'international et Eva Roque devant la télé. Bonjour à toutes !

Si on s'intéresse au fond, on constate qu'il y a beaucoup de Hulot et pas mal de Trump, ce matin, dans la presse. (Si on s'intéresse à la forme, on peut se demander si avec ces  là, on n'est pas un peu au mondial de la coiffure, avec ces deux-là). Restons sur le fond, Nicolas Hulot, donc. "Fin de l'essence et du diesel : Hulot (qui ne veut plus de véhicules à moteurs thermiques vendus en France en 2040) est-il réaliste ?" s'interroge Le Figaro.

Dans la même veine, Aujourd'hui en France s'interroge : "Que vaut le plan Hulot ?". Le ministre de la transition écologique que vous retrouverez aussi en une des Echos. Donald Trump, (mèche au vent, donc), s'affiche, lui,  sur celle de Cnews matin. A l'occasion du G20 "Un G20 explosif" titre le gratuit. L'Opinion titre "Le pouvoir fiscal dans le piège". Une fois de plus, on "entre" dans le journal grâce au trait de plume du formidable dessinateur KAK. Il a croqué deux fonctionnaires de Bercy, qui prennent un café, au distributeur "Et là, le ministre nous dit "Non seulement on va économiser, mais en plus on n'augmentera pas les impôts", "Oh le con !!! " lui répond sa collègue, morte de rire.

Vous constaterez qu'il y a aussi un petit goût de vacances dans la presse ! C'est la "Fête des gosses" titre 20 Minutes. C'est le sous-titre qui est le plus savoureux "A l'approche des vacances, donc, 20 Minutes vous livre des conseils pour supporter vos enfants pendant deux mois". En fait il faut "Lâcher prise" "responsabiliser les enfants", "occuper sa marmaille", "passer du temps tous ensemble". Bref, ils n'ont pas trouvé la réponse à leur question chez 20 Minutes? En fait ce matin, j'ai envie de vous les citer tous, les journaux, Le Monde, La Croix, l'Humanité, Libération, L'Equipe. Parce qu'on ne s'en rend pas assez compte, mais on en a besoin, de la presse écrite.  Elle est le poumon de notre démocratie (Un poumon qui ne respire pas toujours très bien.)

 

-


Pas d’incident diplomatique mais une petite controverse, quand même. Le Prince Charles et son épouse, Camilla, ne se sont pas parfaitement tenu lors d’une visite officielle au Canada.

Ça s’est passé il y a une semaine, ça tourne depuis quelques jours sur les réseaux sociaux et dans la presse (britannique notamment). Dans le cadre du 150e anniversaire du Canada, Charles et Camilla ont notamment été reçu au Nunavut, la région la plus à l’ouest du pays, vers l’Arctique. Sur une petite estrade a eu lieu une cérémonie d’accueil traditionnel, avec notamment, cette performance. Imaginez deux femmes autochtones, face à face, quasiment visage contre visage et qui dansent très légèrement d’un pied sur l’autre. Et ce que vous entendez là est un chant inuit, un chant guttural comme une compétition vocale.  Il s’agit d’inspirer et expirer vite, en chantant. La première qui n’a plus de souffle ou qui perd pied a perdu, ce chant de gorge a un nom : le Katajjaq !

C’est surprenant

Tellement que Camilla et Charles se sont mis à pouffer de rire, à peine le chant commencé. Ils essayent de se reprendre mais dès qu’ils se regardent ou que la note se fait plus grave, c’est reparti. Lui se gratte le nez pour cacher son immense sourire, il est fort dans la maitrise. Elle moins : elle se planque derrière ses lunettes de soleil et le foulard quelle porte sur la tête mais on voit bien ses épaules se soulever de manière un peu compulsive, sa main devant sa bouche. Bref : c’est le fou rire.

Mais dites, ils auraient pu mal le prendre, les hôtes inuits

On a lu de rares commentaires un peu ironiques. Comme le site du canadien Global News, qui écrit : "Peut-être se sont-ils dit une blague ou qu’il s’est passé quelque-chose de drôle hors caméra. On n’est pas sûrs qu’ils riaient de la performance" de ces deux femmes. Mais en fait si, il n’y a aucun doute ! Et en même temps, le Prince Charles a dit la première phrase de son discours en inuktitut et a passé la journée à s’intéresser à cette langue inuit, donc les Canadiens n’ont pas trop relevé ce que le journal Le Sun a appelé " The Royal hehe ". Je vous propose comme traduction "le hi hi royal" ?


-


Marion Calais

PSA embauche! Et l'Est Républicain le fait savoir. 3.000 personnes à recruter et vite ! Le succès de la 3008 conduit le constructeur et ses sous-traitants à augmenter ses effectifs. Mais les candidats, assure le quotidien, manquent cruellement. Avignon, paré à faire face. Dispositif de sécurité considérablement renforcé pour le festival qui a ouvert hier. Et Vaucluse Matin de détailler : barrières anti-voitures bélier ou renfort d'une compagnie de CRS. La Voix du Nord prend date, avril 2018, Lille accueillera un festival international des séries. Une centaine de projections déjà annoncées, 60 séries et 70 invités.

L'histoire du jour nous prouve que vous avez besoin de vacances, Marion. Puisqu'il s'agit d'une histoire de "lâcher de hamster" (contrairement aux apparences, c'est une histoire sérieuse)

Ce matin, quand je vous ai parlé de ce titre à la Une des Dernières Nouvelles d'Alsace, vous avez souri, si je puis dire, "lâcher de grands hamsters à Schiltigheim et Holtzheim". Nous sommes là dans l'agglomération strasbourgeoise. Où une étude inédite est menée en ce moment par le CNRS : tenter la réintroduction du grand hamster menacé en France, ce qui vaut d'ailleurs à l'hexagone d'être menacé de sanction par Bruxelles. Hier, ce sont une quarantaine de femelles qui ont été lâchée dans les espaces verts d'un centre de tri de la poste. Et si le patron du site s'est demandé s'il était bien judicieux d'installer des rongeurs dans un endroit où l'on gère du papier, rapidement ses craintes ont été apaisées. De petits terriers creusés. Les animaux choisis en fonction à la fois de leur gout pour l'aventure et de leur prudence. L'expérience cette fois est lancée pour voir comment ces hamsters vont s'approprier le site. L'expérience pourrait se poursuivre jusqu'au mois de mars. Avec des observations régulières et des captures tous les mois.