Robert "Marchand de rêve"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

On va commencer avec Robert, ce matin.

"Papy vélo", l'inconnu qui sur sa bicyclette fait carrément la Une du Figaro : "À 105 ans, Robert Marchand s'offre un extraordinaire exploit".
Celui qui hier a établi "le premier record de l'heure des "plus de 105 ans" est donc né le 26 novembre 1911 : "il a donc vu défiler 16 présidents de la République" nous précise le journal.
"Papy Vélo" qui, juste après son exploit, a déclaré "qu'il aurait pu aller plus vite".

Il est, toujours en Une, mais d'Aujourd’hui en France cette fois Robert "Marchand de rêve".

Libération a choisi de rendre hommage à Charlie presque deux ans après la tuerie.

À la Une, vous retrouverez donc un dessin de Coco où il est écrit "Charlie, toujours vivant". Là, Vladimir Poutine, le pape, un djihadiste et un nazillon s'écrient en chœur : "Zut".
Libé qui, au passage, épingle le Front National sur la liberté de la presse, mettant face à face deux déclarations. D'abord Marine Le Pen, lors de ses vœux hier : "Sans liberté de la presse, pas de liberté d'opinion, d'expression, en un mot : pas de démocratie". Puis celle de Steeve Briois, vice-président du FN, toujours hier : "Les 178 postes menacés à la Voix du Nord sont la conséquence d'une ligne éditoriale qui s'est radicalement politisée". Briois qui est aussi maire d'Hénin Beaumont, où, rappelle Libé, "il a multiplié les entraves au travail de la presse".

Marine Le Pen, qui "comme Jean-Luc Mélenchon mais aussi Emmanuel Macron se partagent les intentions de vote des ouvriers" nous dit Aujourd’hui en France qui résume tout ça en un titre : "Le cœur des ouvriers balance".

De la politique, il en est aussi question en une de l'Opinion qui s'indigne de voir "la brutalité fiscale au programme, à gauche".

Et puis il y a La croix qui regarde vers les États-Unis et titre "Une économie en fin de cycle".

À propos des États-Unis, le Huffington Post nous raconte "la guéguerre de cocktails" que se livrent Trump et Obama.

Alors que le premier a toutes les peines du monde à convaincre des stars de venir assister à sa cérémonie d'investiture (Elton John, Céline Dion ou encore Andrea Bocelli lui auraient déjà dit non), on se bouscule pour aller au pot de départ du second. On annonce déjà Georges Lucas, JJ Abram, Beyoncé, Jay-zi, Stevie Wonder, Oprah Winfrey et Bradley Cooper.
Seule contrainte : "les portables seront confisqués à l'entrée pour éviter les fuites".


Sophie Larmoyer pour l'international

À la Une de la presse espagnole, une arrivée très attendue aujourd’hui en fin de journée, celle des Rois mages qui débarquent dans toutes les villes d’Espagne.
 
Oui et des centaines de milliers de familles vont dans les rues pour admirer ce qu’on appelle les "cavalcades" en fait ce sont des défilés, avec des chars, des carrosses, un peu comme pour un carnaval. Et la particularité cette année, on la saisit dans le titre du quotidien ABC : Les cavalcades dans toute l’Espagne, blindées ! La sécurité est renforcée partout, surtout à Madrid et Barcelone qui ont interdit la circulation des véhicules de plus de 3,5 tonnes pour éviter un scénario comme celui de Nice ou de Berlin. Les effectifs de police à Valence, la troisième ville du pays, seront augmentés de 40 à 50%, selon ABC. Des plans d’urgence ont été prévu "au cas où", même s’il n’y a pas de menace précise.

Mais alors, cette fête des rois mages, l’Épiphanie, c’est au moins aussi important que Noël pour les enfants espagnols ?

C’est incontournable, vous voulez dire ! Chaque ville soigne son programme qui est annoncé dans les journaux. Levante, par exemple, qui est un quotidien régional de Valence, détaille le spectacle "piromusical" et les scènes bibliques mises en scène lors du défilé qui sera retransmis à la télévision. 150.000 euros de budget, 30 chars, des orchestres et des troupes… Dans les villes portuaires comme Valence, les rois mages qu’on appelle "rois d’Orient", arrivent toujours par la mer. Puis ils défilent avec des costumes magnifiques en lançant des bonbons aux enfants. Le journal précise que Baltazar sera incarné par un Guinéen de Valence, qui travaille dans une station à essence et la précision n’est pas anodine car il y a régulièrement des polémiques : soit parce que ce sont des blancs grimés qui font Baltazar soit, l’an dernier à Madrid, des femmes avaient incarné les rois mages dans certains quartiers, un sacrilège.
 
Bon, donc festivités à partir de 17 heures en Espagne aujourd’hui et on mange une galette, comme ici ?

Mieux qu’ici car demain, le 6 janvier jour de l’Épiphanie, c’est férié dans tout le pays ! Et le matin, quand les enfants se lèveront, Melchior, Gaspard et Balthazar, les Rois d’Orient, leur auront déposé des cadeaux et pas que de l’encens et de la myrrhe à ce qu’il parait.

Une fête des Rois mages sous haute surveillance, donc, à cause du risque terroriste et un état d’alerte de niveau 4 sur une échelle de 5.


Eva Roque pour le programme télé

Saturday Night Live à 21 heures sur M6.

Depuis octobre 1975, sur la chaîne américaine NBC, tous les samedis soirs, est diffusée l’émission Saturday Night Live.
Une émission mythique construite à partir de sketches et de parodies proposée par une troupe ou un invité exceptionnel, chanteur ou acteur généralement.
Avec un sujet de prédilection, la politique.
C’est dans cette émission que sont nés Bill Murray, Eddy Murphy, Robert Downey Junior, Tina Fey ou Jimmy Fallon.
C’est aussi à partir de ces saynètes qu’ont été créés les films comme Les Blues Brothers ou Wayne’s World.

Ce soir, en direct, M6 adapte le format avec aux manettes Renaud Le Van Kim, longtemps producteur du Grand Journal et en invité star Gad Elmaleh.
Sauf qu’il y a un léger problème. Saturday, c’est samedi et ce soir, à priori, on est jeudi.

Donc ce sera thursday, avec au casting Jamel Debbouze, Kevs Adams, Vincent Dessagnat et Philippe Lellouche entre autres. Au programme, une parodie des primaires, mais aussi d’Ambition intime ou du Meilleur pâtissier.
En coulisses, trois auteurs contre une trentaine aux États-Unis, et sans doute une légère différence de budget. Un épisode à New York coûte trois millions de dollars.
Canal+ avait déjà tenté cette aventure de l’adaptation avec Les nuls L’émission, avec Samedi soir en direct par Kad et Olivier ou encore le Débarquement. Aucun rendez-vous n’a eu le succès escompté.
Autant dire que ce soir, M6 s’attaque à un monument !


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale.

La lutte contre la grippe aviaire avec plus d'un million de canards abattus écrit La Dépêche du Midi. L'opération d'abattage débute ce jeudi dans le Gers, les Hautes-Pyrénées, et les Landes.
L'arrestation d'un enfant de 11 ans à la Une des Dernières Nouvelles d'Alsace. Le collégien, repéré via la vidéosurveillance, aurait allumé un incendie qui a ravagé le magasin H&M de Strasbourg. L'établissement est toujours fermé et le préjudice se chiffrerait en million d'euros.
Dans Paris Normandie, "Les Normands à Las Vegas". Ce sont 10 jeunes entreprises qui défendent leurs créations au salon de l'électronique à Vegas : du robot médical à l'enceinte intelligente en passant par l'immersion touristiques en 3D.
 
L'histoire du jour nous emmène aux Puces, c'est dans le Parisien.

Dans une boutique en particulier où se côtoient Tony Parker, Boris Diaw, Djibril Cissé ou encore Jonnhy Wilkinson, le tout sous le patronage de Jo-Wilfried Tsonga. C'est lui qui vient de lancer sa boutique aux Puces de Saint-Ouen où l'on découvre ainsi qu'au-delà de son ballon, le basketteur Boris Diaw joue aussi depuis près de 10 ans avec la photo, animalière notamment. Que le handballeur Luc Abalo est aussi peintre et dessinateur. Jusque-là, il le faisait pour lui et désormais donc, il expose. Heureux de pouvoir montrer "l'autre facette des sportifs". Vêtements, meubles et créations : ce sont leurs œuvres qui sont montrées et proposées à la vente. Autant vous le dire, ce n'est pas donné. Par exemple, comptez 2.400 euros pour un fauteuil de l'ancien marseillais Habib Beye qui utilise des maillots de grands clubs pour faire l'assise et le dossier. Mais Jo-Wilfried Tsonga revendique un lieu éclectique qui lui ressemble, avec aussi un espace caritatif où des maillots portés et signés par ces stars sont vendus au profit de l'association humanitaire Care. Par exemple, 500 euros pour la raquette utilisée par Tsonga pour son épopée jusqu'en demi-finale de Roland Garros en 2013.