"Présidentielles" s'écrit avec un "S" ce matin

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Xavier Yvon, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

On débute par un message qui s'adresse à vous, Mesdames, et qui fait la Une de Libération : "À 16h34, arrêtons toutes de bosser !"

Des militantes féministes lancent un appel à la grève, pour dénoncer les inégalités salariales". "Travailleuses, arrêtez tout ! Posez les crayons, éteignez les ordinateurs, claquez la porte jusqu'à la fin de l'année. Car à partir de cette heure, les Françaises, qui ont un salaire de 19% inférieur à celui des hommes, travaillent bénévolement".

Bref, "Vous travaillez à l'œil" comme l'écrit Aujourd’hui en France, qui par ailleurs, fait sa Une sur "La légitime défense, le combat des policiers". Sujet qu'une nouvelle fois Ranson illustre à merveille en deux coups de crayons. Un policier demande : "On va avoir le droit de tirer plus facilement ?". Son collègue lui répond : "Faut d'abord s'assurer qu'on aura le budget pour les munitions".

À part ça, "Présidentielles" s'écrit avec un "S" ce matin.

À l'image du Figaro qui coupe sa Une en "Macron, Montebourg : Hollande pris en tenaille", ça c’est pour la version française.
Juste en dessous, la version américaine : "Ces États où va se jouer la présidentielle américaine".

En une des Échos, Hillary et Donald se tournent le dos : "Le choix de l'Amérique".

L'Opinion parle plutôt du "Malaise américain dans les urnes" et s'interroge : "Comment les États-Unis, terre ouverte depuis toujours à l'immigration et au commerce, en sont arrivés à céder aux sirène de la xénophobie et du protectionnisme".

"Barack Obama, l'heure du bilan", c'est cette fois la une de Direct Matin. Savez-vous combien de clichés du président a pris son photographe officiel en deux mandats ? Plus de deux millions soit quand même environ 700 par jour.

Enfin L'Humanité s'intéresse davantage à la Turquie et dénonce "le silence coupable de l'Europe face à la dictature d'Erdogan".


Axel de Tarlé pour l'économie

Nouveau scandale en vue chez Audi, c’est à lire dans le quotidien allemand Bild.

Audi, filiale haut de gamme de Volkswagen, a elle aussi mis en place un logiciel truqueur pour reconnaitre quand il y avait des tests.

C'est l'agence Californienne de l'environnement qui a découvert l'astuce : 

Quand le volant ne tourne pas pendant un certain temps et que la voiture roule.

C'est probablement que la voiture est testée, à moins que vous soyez sur une très longue ligne droite.

Du coup, si le volant reste immobile, le logiciel truqueur détecte qu'il y a un test au bout d’un certain temps. Et hop, la voiture se met en mode basse consommation, en mode écolo.

Ce logiciel truqueur concerne certains modèles automatiques équipés de modèle V6 comme l’A6, l’A8, et le Q5.

Plus grave, le montage de ce dispositif aurait perduré jusqu'en mai dernier, soit bien après la révélation du scandale qui a éclaté, il y a un peu plus d'un an en septembre 2015.

Voilà qui vient aggraver le cas Volkswagen.

Autre casse-tête : L'actuel Président du Conseil de surveillance, Hans Dieter Potsch, ancien directeur Financier du groupe est rattrapé par ce scandale. Il apparait qu'il aurait sciemment tardé à révéler ce qu'il savait et des risques financiers que cela faisait peser sur le groupe.

15 milliards d'indemnisation seront nécessaires pour solder le litige aux États-Unis sans compter la condamnation pénale.


Eva Roque pour le programme télé

Mariés au premier regard à 20h55 sur M6.

Il s’agit d’une nouvelle émission pour rencontrer l’âme sœur à la télé mais avec une spécificité : trois experts (psy, sociologue, sexologue) font passer une batterie de tests aux participants, filles et garçons chacun de leur côté.
Test olfactifs, questionnaires sociologique et sexuel pour déterminer la compatibilité entre un homme et une femme.
Les experts forment donc des couples théoriques avant la rencontre dans des conditions particulières
Autant vous dire que certains quittent rapidement la salle

Au bout du compte on va suivre au fil des épisodes l’histoire de quatre couples comme Thomas et Tiffany. Première étape, annoncer à sa famille que l’on va se marier avec un inconnu.

Un des problèmes de ce programme, c’est que ça sonne faux.
On se demande à quel point la production n’a pas formé un couple idéal pour l’émission en effaçant ce qui, initialement, paraissait intéressant dans cette expérience : le test de compatibilité scientifique.

Le poids social dans une union est totalement balayé du revers de la main. Pas exploité et pas expliqué. Au bout du compte, on se retrouve donc face à une énième télé réalité à regarder comme un divertissement.


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale.

La Provence se désespère de voir la taxe d'habitation progresser à Marseille. Elle affiche un des taux les plus élevés de France avec près de 42% pour un paiement qui peut être effectué jusqu'à la semaine prochaine.

Dans l'Eclair, la production du miel au plus bas. En 2016, elle est passée de 32.000 tonnes à 9.000 tonnes. En cause : pesticides, frelons asiatiques et météo.

La solitude dans Ouest France. Maintenant ils sont seuls, les 29 skippers du Vendée Globe ont quitté les Sables d'Olonnes hier. 

L'histoire du jour, c'est celle d'un faussaire aux airs de Leonardo di Caprio. C'est à lire dans Midi Libre.

C'est le film "arrête-moi si tu peux" en version française. Le suspect ne s'appelle pas Franck Abagnale Junior mais Karim Olivier Marrawi. L'homme est signalé depuis 20 ans comme un des plus grands experts de la contrefaçon à travers le monde. Aux États-Unis, par exemple, il est connu pour avoir volé pour plus de huit millions de dollars de tickets d'avion. Il a utilisé des uniformes et des identités d'Air France pour voler des tickets en blanc. Il se serait aussi confectionné des ordonnances de tribunal pour être désigné tuteur de personnes vulnérables. Tantôt médecin pour se rédiger des ordonnances, pilote de ligne ou journaliste, c'est un colis rempli de timbres contrefaits qui a perdu le quadragénaire. Chez lui, feuilles administratives et tampons en tout genre ont été découverts. Le suspect a été mis en examen et écroué à Perpignan. Un dossier tentaculaire souligne Midi Libre qui devrait pousser les enquêteurs à faire appel à Interpol.


Xavier Yvon pour la presse américaine

Ça y est le vote c’est demain mardi. Les candidats vont enchainer les derniers meetings, mais Xavier Yvon nous raconte, grâce au New York Times, les coulisses de ces derniers jours chez Donald Trump.

Savez-vous ce que Donald Trump est probablement en train de faire en ce moment dans son avion, de retour de son dernier meeting du jour ? Il force ses conseillers à rester avec lui, à lui faire la conversation. Il ne veut pas dormir, se reposer ou se retrouver seul avec ses pensées car il est trop angoissé. C’est un journaliste du New York Times qui a pu passer ces derniers jours au cœur de la campagne Trump qui le raconte. Sur scène, Donald Trump joue l’homme fort sur de sa victoire, mais en privé, il a constamment besoin d’être rassuré. Même parler une minute à un journaliste le rend "nerveux", il veut rester, dit-il, concentré sur son message, ne pas déraper. Parce qu’après des mois de campagne son équipe a enfin réussi à le canaliser. Quand l’affaire des emails Clinton est revenue sur le devant de la scène, ses conseillers lui ont dit que c’était sa dernière chance, mais qu’il devait pour ça les écouter et arrêter de s’auto-détruire. L’un d’entre eux lui a dit : "vous êtes comme un animal sauvage qui chasse sa proie avec tellement de zèle qu’il ne voit pas la falaise, et qu’il tombe".

Son équipe lui a arraché son compte Twitter, dont il se servait sans filet pour insulter presque tout le monde et ça a marché, il est remonté dans les sondages et, raconte le New York Times, Donald Trump a constaté avec surprise que son message passait mieux quand il ne faisait pas de digression.

Et puis il a autre chose qui a changé chez lui : sa coupe de cheveux, on le voit depuis quelques jours, ils sont moins orange, plus pales et la mèche plus courte, pour un look plus présidentiel. De là à dire que ça va se jouer à un cheveu…

Le dernier jour c’est demain, les candidats ont-ils un programme très chargé ?

Ah oui, quatre meetings pour Hillary Clinton contre cinq meetings pour Donald Trump dans cinq États différents. Mais c’est Hillary Clinton qui finira en dernier avec un meeting prévu à minuit en Caroline du Nord.