Présidentielle française de 2012 : la CIA tout oreilles

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marguerite Lefebvre font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

Ils ont tous choisi ce matin de mettre la présidentielle à la Une ! Mais chacun son candidat : Emmanuel Macron en Une du Figaro, Marine Le Pen dans l'Opinion et François Fillon dans le Parisien et dans Libération.

Deux articles attirent l'attention ce matin dans Libération.

D'abord la Une : "Fillon, petits business entre amis". Le journal fait l'inventaire des conférences rémunérées qu'a données François Fillon entre 2013 et 2016, sept conférences, à Madrid, Varsovie, Abou Dhabi et au Kazakhstan pour un revenu entre 140.000 et 210.000 euros au total.

Mais il y a un autre titre qui accroche l'œil en première page de Libération.

"Présidentielle française de 2012 : la CIA tout oreilles." Libé, avec Wikileaks, révèle sur deux pages des documents qui montrent que les services de renseignements américains ont espionné la présidentielle de 2012. Visiblement, les experts de la CIA sentaient, bien avant l'élection, que Nicolas Sarkozy n'était pas assuré de rester à l'Élysée. Alors ils ont mis en action leurs services d'écoutes pour tenter de savoir à quel point Nicolas Sarkozy était confiant, et surtout pour collecter des informations sur ses concurrents. Alors Libération ne dit pas précisément qui a été écouté, mais les noms de Nicolas Sarkozy, Dominique Strauss Kahn, François Hollande, Martine Aubry sont cités dans les documents comme cibles intéressantes. Tout ça est donc à lire dans Libération !

"Colonisation : Macron provoque un tollé", c’est le titre à la Une du Figaro.

Longue interview du candidat d'En Marche qui a droit ce matin aux honneurs de l'édito de Nicolas Beytout dans l'Opinion. Un édito pas tendre : "La magie Macron opère moins bien. La polémique sur la colonisation brouille son image. Attention danger."

Sortons de la politique pour vous parler d'un jeu de mots.

Vous le trouvez dans le Figaro, à la Une de l'Équipe aussi : "Elle est géante". Avec une belle photo tout sourire de la skieuse française Tessa Worley. Pourquoi double jeu de mots? D'abord parce que Tessa Worley est devenue hier championne du monde de géant et surtout parce qu'elle mesure seulement 1,57 mètre.


Sophie Larmoyer pour la presse internationale

Dans la presse internationale, un phénomène dramatique en Mongolie, un hiver particulièrement rigoureux est en train de décimer les cheptels des éleveurs.

Oui et c’est la Fédération internationale des sociétés de la Croix Rouge qui a lancé hier un appel pour aider ces éleveurs à faire face à ce qui est une véritable tragédie, mais lente et peu spectaculaire donc ils sont très peu aidés.
Explications sur reliefweb, un site d’information spécialisé sur les questions humanitaires. Selon les chiffres officiels arrêtés au 7 février, déjà plus de 46.000 animaux sont morts de froid ou de faim. Ce sont des chèvres, des moutons et des bovins, qui subissent de plein fouet le "Dzud".

C’est quoi le Dzud ?

Un phénomène climatique : une vague de froid extrême en hiver (là il fait moins 50 et les premières neiges sont tombées dès octobre), un hiver qui arrive après un été caniculaire. Les bêtes ont eu moins de pâturages, elles ont donc pris moins de force et l’enneigement les empêche d’accéder aux zones de verdure. En plus c’est le second Dzud d’affilé puisque l’an dernier, plus d’un million d’animaux étaient morts selon la Croix Rouge. Cette année, leurs équipes en Mongolie craignent que les chiffres s’envolent dans les mois qui viennent parce qu’au printemps, c’est la période où ils donnent naissance, ils sont exténués, n’ont pas assez de nourriture, d’abris et de soins. Ça risque donc d’être l’hécatombe !

Quels sont les risques pour ces éleveurs ?

Il faut savoir qu’en Mongolie, presque un habitant sur deux se nourrit et vit des bêtes qu’il élève. La Croix Rouge estime que 157.000 personnes, dans 17 des 21 provinces de Mongolie, sont en danger immédiat.
Le risque suivant, c’est que les éleveurs fassent comme certains l’an dernier : trop endettés, ils avaient vendu leurs bêtes, faisant chuter les cours sur le marché et donc baisser leurs revenus. C’est une spirale infernale !
Enfin à terme, ces éleveurs émigrent vers les villes pour y installer leurs tentes. Ils vont grossir les bidonvilles qui s’étalent en périphérie, sans aucune infrastructure. Et c’est tout leur mode de vie, faite d’élevage et de nomadisme, qui est remis en cause par ces conditions climatiques extrêmes.


Eva Roque pour le programme télé

The Voice à 20h55 sur TF1 samedi.

C’est reparti pour une saison de The Voice.

Sixième saison du télé-crochet toujours sous la baguette de Nikos Aliagas avec un petit nouveau dans le siège rouge aux côtés de Zazie, Florent Pagny et Mika : M. Pokora.
Ça commence comme d’habitude avec les auditions à l’aveugle.
D’ailleurs, nouveauté cette année. Si aucun des coaches ne se retournent, pas question de se justifier. Le candidat quittera le plateau sans avoir échangé un mot avec le jury.

Avec The Voice, TF1 a réussi à créer un rendez-vous, à susciter la curiosité. Est-ce que le public sera encore là ? L’enjeu est de taille pour TF1 qui peine à imposer ses soirées divertissement en ce moment.


Marguerite Lefebvre pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale.

Stop aux abus ! C'est la Une de la Voix du nord. La sécurité sociale mène une grande campagne dans les Hauts de France pour contrôler les arrêts de travail abusifs. En 2016, 29 millions de journées ont été indemnisées dans la région.
L'Yonne républicaine fait sa Une ce matin, sur une bonne nouvelle pour les viticulteurs du département. Ils ont été particulièrement touchés par les intempéries du printemps. Et bien en réaction, les autorités ont décidé de déployer 42 générateurs anti-grêle.
Et puis ce titre dans Midi Libre : En route pour les Oscars ! Six étudiants de d'école supérieure des métiers artistiques de Montpelliers vont s'envoler pour Los Angeles. Ils auront l'honneur de projeter leurs films d'animation à Los Angeles.

L'histoire du jour nous emmène à Metz, c’est à lire dans les pages du Républicain Lorrain.

Une histoire qui fait froid dans le dos. Celle de Laure, une Messine de 26 ans. Dans la nuit de mercredi à jeudi, alors qu'elle dormait profondément chez elle, plusieurs bruits suspects l'ont réveillée. D'abord, les grincements de la porte de son appartement puis des pas sur le sol, elle a ensuite perçu un rayon de lumière.
Avec son compagnon, ils sont allés jeter un œil dans le salon. Et là, surprise, ils y ont trouvé un homme, tranquillement installé sur le canapé, en train de manger une saucisse et des yaourts.
On a pensé à un cambrioleur explique la jeune femme mais l'homme était zen et calme. Il nous a juste dit "Je m'appelle Philippe" puis il a quitté l'appartement, c'était surréaliste.
Alors Philippe est en fait, un sans domicile fixe qui n'en était pas à son premier coup d'essai. La veille, il s'est déjà fait surprendre chez un père de famille en train de se faire couler un bain et de se faire cuire des pâtes.
La police l'a interpellé mais il a été relâché faute de vol ou d'effraction.