Présidentielle : état d'alerte à droite !

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marguerite Lefebvre font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

"Présidentielle : état d'alerte à droite !"

Ce matin, en Une, Le Figaro s'inquiète de voir François Fillon désormais distancé nettement, dans les sondages, par Marine Le Pen et par Emmanuel Macron au premier tour.

"Fillon : réparer le vivant" titre L'Opinion.

Sur le dessin de KAK, on voit Buno Retailleau et Laurent Wauquiez distribuer des tracts à une mamie qui leur demande "Vous lui restez fidèles malgré les emplois fictifs ?". "Présumés fictifs" corrige Retailleau. et "présumés fidèles" complète Laurent Wauquiez.

La Croix nous présente Sébastien Nadeau, Stéphane Guyot et Charlotte Marchandise.
Liste à laquelle on peut ajouter Alexandre Jardin. Nathalie Artaud. Rama Yade et Philippe Poutou (un peu plus connus).

Leur point commun, ce sont "des petits candidats". Ceux qui, à partir d'aujourd’hui, vont partir à la pêche incertaine aux 500 parrainages. Ils sont une quinzaine à espérer pouvoir être sur la ligne de départ le 23 avril prochain.

En découvrant la une de Libération, vous penserez sans doute à Christophe Hondelatte : "Faites entrer les candidats" titre Libé.

En photo, de dos, vous reconnaitrez Marine Le Pen et François Fillon. Le quotidien s'interroge : "Les juges doivent-ils continuer leur travail ou faire la trêve alors qu'en pleine campagne Marine Le Pen et François Fillon font l'objet d'enquêtes".

Un fait divers fait la Une de 20 Minutes.

Le gratuit est intrigué par la disparition de la famille Traodec, près de Nantes et titre "L'émoi et l'énigme".

Aujourd’hui en France se demande si "le nucléaire est (ou pas) écologique".
Réponse : "un atome pas vert mais pas tout noir".

Et puis un petit nouveau ou plutôt un nouveau nom pour Direct Matin qui devient CNews Matin.

Le gratuit fait sa Une sur le conflit syrien et titre "L'impasse" !
Pour info, CNews c'est aussi le nouveau nom d'ITELE depuis ce matin.

Et puis il y a L'Équipe qui résume en un mot les 90 minutes de foot entre l'OM et le PSG. Ça donne : "La fessée !"


Sophie Larmoyer pour la presse internationale

Un sujet ne quitte pas la Une de la presse asiatique en ce moment : c’est le feuilleton de la mort très suspecte de Kim Jong-nam, le demi-frère du dictateur nord-Coréen.

Il faut reconnaitre que c’est une histoire de fous, qui s’est passé il y a deux semaines exactement, à l’aéroport de Kuala-Lumpur en Malaisie. Kim Jong-nam se faisant asperger le visage par deux femmes avant de mourir sur le chemin de l’hôpital. "Jong-nam est mort 20 minutes après avoir été barbouillé avec du VX", titre ce matin The New Straits Times, le plus vieux quotidien malaisien. Le VX, c’est cet agent neurotoxique extrêmement puissant, classé comme "arme de destruction massive", et qui a donc été utilisé pour ce meurtre.
Et toute la presse du pays reprend cette info, donnée hier par le ministre de la Santé : l’autopsie a montré que la dose de poison était tellement forte qu’elle a paralysé très vite le cœur et les poumons de la victime.

Ce "VX" est si redoutable qu’une opération de nettoyage a été organisée à l’aéroport.

Oui, ce qui a donné lieu à des photos étranges, avec des dizaines de bonshommes emmitouflés des pieds à la tête dans des combinaisons blanches, jaunes ou vertes, pour chercher des traces du poison, sans succès, mais enfin des dizaines de milliers de passagers sont passés là depuis l’attaque.
Quant aux assaillantes, la jeune femme indonésienne a pu voir samedi un représentant de son ambassade, à qui elle a confirmé sa version des faits : "La suspecte pensait que c’était de l’huile pour bébé", titrait hier le Daily Express, un autre journal malaisien. On lui aurait donné 90 dollars pour barbouiller cet homme, elle pensait que c’était une farce pour une émission de télé. Et elle, apparemment, va très bien.

C’est bizarre ça, d’ailleurs !

Tout est bizarre dans cette histoire ! Pour ce qui est du poison, le VX, des experts avancent que peut-être chacune deux femmes avait un ingrédient, qui seul serait inoffensif mais qui mélangé à l’autre deviendrait mortel.
Par ailleurs Kim Jong-nam n’est toujours pas formellement identifié, faute d’ADN ou de proche venu réclamer son corps. Le ministre de la Santé de Malaisie expliquait hier que si personne ne venait, les légistes chercheraient des empreintes dentaires ou compareraient les points de beauté du mort avec les photos du demi-frère de Kim Jong-un. Cet assassinat garde encore beaucoup de mystères, à commencer par son commanditaire : certains spécialistes estiment que Pyongyang n’avait pas intérêt à faire éliminer un héritier qui était complètement sorti du circuit, qui plus est par des amateurs.


Eva Roque pour le programme télé

The Wall à 19 heures du lundi au vendredi sur TF1.

Christophe Dechavanne a la lourde tâche de lancer le nouveau jeu de début de soirée sur TF1.
L’adaptation d’un format à succès américain diffusé le mois décembre sur NBC.
The Wall, un anglicisme pour un immense mur de 12 mètres de haut. Des sommes d’argent indiquées en bas du mur et des boules de couleur pour un jeu de culture générale spectaculaire grâce à ce décor.
Boule verte, vous gagnez de l’argent et boule rouge, vous en perdez !

Un jeu en trois manches avec des règles que vous allez découvrir au fur et à mesure.
On est dans la lignée de Qui veut gagner des millions ou encore de Money Drop avec des décors bleutés.
Pour TF1, c’est loin d’être un jeu de plus. La chaîne a besoin de trouver un format capable d’obtenir les mêmes audiences que Money Drop. L’idée est de pouvoir alterner les deux programmes sans perdre de téléspectateurs dans une case stratégique.

C’est là que les annonceurs veulent être. Le prix des 30 secondes de publicité est plus élevé cette semaine avec The Wall (plus de 30.000 euros) que la semaine dernière avec Money Drop, signe que les annonceurs y croient.
Reste à convaincre les téléspectateurs !


Marguerite Lefebvre pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale.

Il y a la gifle, à la Une de la Provence, pas tendre avec les joueurs de l'OM. Le PSG a humilié Marseille au Vélodrome malgré un stade archi-comble nous dit le quotidien, les Marseillais n'ont pas réussi à se mettre au niveau de l'enjeu.

Deux photos s'opposent aujourd'hui dans Nice Matin. À droite Marine Le Pen, à gauche Gael Nofri et ce titre : Nofri accuse. L'élu municipal de Nice a été conseiller de Marine Le Pen. Il affirme avoir été rémunéré par un contrat fictif et dénonce un système de corruption généralisée au sein du FN.

Et puis après les Césars du cinéma, les césars de l'agriculture c'est la Une de Ouest France ce matin, qui revient sur tous les concours organisés au salon de l'agriculture. Parmi les primés, on peut citer Gribouille, une jolie montbéliarde a la musculature impressionnante et à la chute de rein, parait-il, hors du commun. Cette vache a réussi à séduire tous les juges.

L'histoire du jour nous emmène dans un village de Saône et Loire.

À Saint Bérain sous Sanvignes, à côté de Montceau les Mines. C'est le Journal de Saône et Loire qui nous raconte cette histoire. Samedi soir dernier, la fête bat son plein dans la commune avec 340 invités dans la salle municipale. L'ambiance est bon-enfant et la situation plutôt calme jusqu'au premier débordement. Une histoire de carton d'invitation oublié. La soirée dégénère rapidement avec des jets de gaz lacrymogène qui partent.

Une vingtaine de pompiers sont envoyés sur place et arrivent à maitriser la situation après plus d'une heure de débordement.

Les quatre vigiles appelés pour sécuriser les lieux toute la soirée, eux, n'ont rien pu faire. Et pour cause ! Ils étaient bien à Saint Bérain comme inscrit sur leur contrat mais à Saint Bérain, en Haute Loire, à 300 kilomètres de la fête. Une erreur de GPS qui a coûté cher pour les organisateurs, cette rixe n'aurait jamais eu lieu si les vigiles avaient trouvé la bonne adresse.