Pollution : ça ne bronche pas chez les politiques !

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

Ce sont les gratuits qui résument le plus efficacement cette "pollution de l'air qui suscite l'inquiétude", comme l'écrit Direct Matin qui titre : "La France suffoque".

Version plus dramatique en Une de 20 Minutes : "La fumée tue".

La Croix, de son côté, s'impatiente : "Pollution, qu'est-ce qu'on attend ?".

"Ça ne bronche pas chez les politiques", poursuit Libération qui rappelle la responsabilité de Ségolène Royal, la ministre de l'Environnement notamment "parce qu'elle a tué l'écotaxe poids lourd" et celle du ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, "tout aussi muet sur la pollution ces jours ci".
Silence radio également du côté du ministère de la Santé, Marisol Touraine. C'est ce qui s'appelle s'étouffer en silence.

Ce n'est pas le sujet du jour, pour Le Figaro qui préfère nous raconter "comment François Fillon prépare sa campagne".

L'Opinion aussi a choisi de rouler pour lui et se réjouit de sa promesse "d'une nouvelle vague de cessions s'il arrive à l'Élysée l'an prochain". Sa Une : "Privatisations, un magot de 50 Milliards !".

Contraste avec l'Humanité, qui elle, s'inquiète pour les service publics et titre "Alerte à l'abandon de la Poste".

Et puis savez-vous quels journaux lit la presse ?

Grâce au Huffington Post, on sait ce que François ne lit pas, la presse people.
Pour le pape, "lire la presse people revient à manger des excréments".
Dans une interview accordée à un hebdomadaire belge, Tertio, il s'en est pris "à la désinformation".
"La désinformation est probablement le plus grand mal qu'un média puisse infliger"
"Je crois que les médias doivent être plus clairs, plus transparents et ne pas tomber dans la coprophilie, toujours prête à répandre les scandales des choses abominables, quelle qu'en soit la part de vérité".
"C'est un pêché et c'est blessant" a conclu François.


Axel de Tarlé pour l'économie

"France Télévisions: les notes de frais de la direction bientôt publiques", c’est à lire sur le Figaro.fr

Bel effort de transparence de la patronne de France Télévisions, Delphine Ernotte qui indique que les notes de frais des membres de la direction seront publiées sur le site Internet de France Télévisions.
"Je ne sais pas s'il y a beaucoup d'entreprises publiques qui font ça", a-t-elle remarqué.

Cette décision intervient après le scandale Agnès Saal. La patronne de l'Ina avait dépensé 40.000 euros en frais de Taxi en moins de 10 mois dont 6.700 euros pour son fils alors qu'elle avait un chauffeur.

La Cour des comptes s'était émue des notes de Frais et notamment des notes de taxis à France Télévisions.
Plus de deux millions d'euros entre 2011 et 2014 mêlant aussi bien les invités et les vedettes de France Télévisions, mais également les journalistes en reportage ou les membres de la direction.

Delphine Ernotte a donc voulu faire le ménage et exige un usage très strict du taxi "autorisé lorsque la nature du déplacement exclut le recours à un moyen de transport collectif, à un véhicule de location et qu'aucun véhicule de service n'est disponible"

Que se passe-t-il si un salarié triche avec ses notes de frais ?

Ça l’expose à un licenciement pour faute grave.
Quand un patron, cherche à se débarrasser d'un salarié, il va aller fouiner dans ses notes de frais pour le prendre en faute.

On estime qu’un quart des salariés français arrondiraient leur fin de mois aux frais de l’employeur.
Cela concerne surtout les commerciaux, qui peuvent gonfler leurs indemnités kilométriques, de taxi ou de restaurant.


Eva Roque pour le programme télé

Cannabis à 20h55 sur Arte.

La nouvelle série française où il est question de cannabis évidemment.
L’histoire d’un vol de cargaison de drogue au Maroc qui déstabilise tout un marché et vire au règlement de compte entre Tanger, Marbella et une cité parisienne.

N’imaginez pas une série policière, il n’y a aucune voiture de police à l’horizon.
On est du côté des méchants, traités sans jugement moral.
Une immersion dans l’univers de ce trafic décrit de façon extrêmement précise. Ca relève parfois du documentaire.

Et pourtant, on est bien dans une fiction avec des personnages forts : un caïd, un jeune vendeur à la recherche de son oncle, une élue bien décidée à faire cesser ce trafic et un mafieux aux méthodes expéditives.

On n’échappe pas à quelques caricatures, mais les six épisodes sont rythmés par un suspense haletant avec quelques scènes difficiles.
Quant au casting, pas d’acteurs connus, mais de sacrés gueules.


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale

Faites vos jeux ce matin. "Impair et passe" dans le Progrès. Circulation demain à Villeurbanne et Lyon. Les voitures aux plaques impaires pourront circuler.
Le désespoir d'un retraité dans l'Est Républicain. Il a tenté de se suicider dans une agence du Régime Social des Indépendants. Ça fait deux ans qu'il attend de toucher sa retraite, "ça fait des mois que je vis aux crochets de ma famille, ça suffit" explique-t-il.
Dans le Courrier de l'Ouest, le plus vieil homme de France. On parle souvent des femmes qui vivent plus longtemps. Lui, est le doyen. Roger Auvin, 108 ans, qui vit toujours chez lui, aidé de quatre auxiliaires et de son fils de 83 ans.

L'histoire du jour c'est que l'on peut skier sans neige !

À la Clusaz, en ce moment, on n'a pas de neige mais on a des idées. La station est bien décidée à sauver l'étape de Coupe du Monde de ski de fond qu'elle doit accueillir les 17 et 18 décembre prochains. Et le décompte est lancé puisque l'ultime contrôle a lieu cet après-midi. Depuis lundi donc, l'opération sauvetage est lancée avec un procédé inédit : l'utilisation de la glace d'un lac proche de la piste qui est prélevée, pilée puis damée. Ça donne une sorte de neige de printemps selon le directeur de course. Pour compléter, sur les deux kilomètres du parcours, seront utilisées ensuite de la neige stockée sous de la sciure de bois pendant l'été et de la neige de culture.