Obésité : le Trésor propose de taxer la "malbouffe"

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Xavier Yvon, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

Thomas Sotto - Revue de presse : la victoire des Bleus contre l'Italie, Trump persiste dans la fermeté et le Gabon.

Toujours radieux" ; "Toujours radieux", c'est la une de l’Équipe consacrée à l'équipe de France de foot ! "Portés par le bel élan né de l'Euro, les Bleus ont réussi leur rentrée amicale". Ce matin, j'ai un petit message à passer à nos amis portugais : auriez-vous quelque chose contre le fait qu'on rejoue la finale de l'Euro ? Bon, sinon, ce matin, chacun joue sa partition. Aujourd'hui en France nous fait une révélation sur notre santé. Et titre "Cancer, des milliers d'opérations inutiles". Une étude montre que 60% des opérations de la thyroïde ne sont pas nécessaires. Le Monde et Direct Matin regardent vers Donald Trump ce matin. "Il campe sur la ligne anti-immigration" titre le premier. "Il persiste dans la fermeté" confirme le gratuit. L'immigration n'est pas l'apanage de Trump et de la campagne américaine.Ici en France, Le Figaro s'intéresse à "l'immigration clandestine" pour constater que "les expulsions sont en chute libre" !

Seule L'Humanité fait sa une sur le Gabon. Pour nous parler "des soubresauts d'un régime né de la Françafrique". Alors que La Croix s'interroge  "Faut-il supprimer l'ENA ?" Comme c'est un débat qui ressurgit à chaque présidentielle, (Laurent Fabius, Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac ont eux aussi voulu la supprimer) j'ai cherché ce qu'en pensaient quelques sages, dans les temps anciens...Et j'ai trouvé Michel Audiard, dans Le Président..."On est gouverné par des lascars qui fixent le prix de la betterave et qui ne sauraient pas faire pousser des radis".  C'était en 1961. Enfin à ceux qui n'auraient pas envie de lire, je conseille ce matin "le Libé des photographes". Numéro spécial de Libération à l'occasion de Visa pour l'Image. Il suffit parfois de regarder les images pour comprendre la complexité de notre monde.

Xavier Yvon - La cohabitation des équipes de Trump et Clinton

Une histoire de campagne aux États-Unis, avec vous Xavier Yvon. Ce matin, le site Politico nous décrit une colocation bien cocasse à Washington.

Oui vous êtes surement familier avec le n° 1717 Pensylvania Avenue, à Washington ? Cest à un paté de maison de la Maison Blanche, là où il y a tous ces cafés fréquentés par les journalistes politiques et les lobbyistes de la capitale. Bon eh bien, c’est dans cet immeuble que cohabitent les "équipes de transition" de Trump et de Clinton. Qu'est-ce que c'est? Ce sont des conseillers qui préparent l’entrée de leur candidat dans le Bureau Ovale, s’il gagne bien sûr. Une mission "top secret" mais le problème c’est que pour la première fois, la loi impose que les deux équipes soient logées au même endroit. Imaginez ces équipes planchent sur les premières réformes, composent un gouvernement, et commencent même à recruter les milliers de personnes pour les postes importants dans la nouvelle administration. Pour les entretiens d’embauche, finie la discrétion... Il règne donc au 1717 Pensylvania avenue une atmosphère de paranoïa, décrit le site Politico : consignes strictes pour les collaborateurs des deux camps : "on ne parle pas dans les couloirs, ni dans les ascenseurs" sauf de la pluie et du beau temps (ou de l’ouragan qui menace la Floride). Pas question de rapporter du travail à la maison, les documents sensibles restent au bureau. On nous dit que pour l’instant l’atmosphère entre les 2 équipes est "cordiale" mais l’article ne dit pas ce qui se passe le soir dans les bars et restaurants voisins, notamment le bien-nommé "Saloon de l’Échange"...


Eva Roque - Zone interdite – M6 – Dimanche à 21h

Au mois de mai, son départ de Canal + pour M6 fut une des surprises du mercato télé. Ophélie Meunier était officialisée présentatrice et rédactrice en chef adjointe de Zone Interdite. Dimanche, elle lance donc la nouvelle saison du magazine. Un reportage construit et présenté de façon chronologique, avec un focus sur les grands événements de la principauté comme le Grand Prix de Monaco ou le bal de la rose. Une plongée aussi dans les moindres recoins du palais. Jusque dans les appartements d’Albert de Monaco et de Charlène où on les retrouve installés entre deux immenses ours en peluche. Avec sur leurs genoux, les jumeaux Jacques et Gabriella Derrière le côté glamour et très papier glacé du reportage, il y a des séquences intéressantes : celles tournées dans les coulisses du palais, celles aussi qui s’attachent à raconter les traditions religieuses de Monaco. Une enquête signée Patrick Spica qui, pour la petite histoire, en 2013 toujours pour Zone Interdite avait réalisé un reportage intitulé "Un an dans la vie du prince Albert de Monaco". A l’époque le magazine était présenté par notre consœur Wendy Bouchard. Wendy que l’on retrouve dimanche sur France 3 pour le lancement de sa nouvelle émission qu’elle co-présente avec Dave, "Même le dimanche". Rendez-vous à 13h30 avec Daniel Auteuil comme premier invité de ce rendez-vous culturel.


Axel de Tarlé - Obésité : le Trésor propose de taxer la "malbouffe"(à Lire dans Les Echos).

Une nouvelle taxe se profile à l'horizon, l’État prévoit d'augmenter sa part sur la malbouffe. Il y a en France de plus en plus en plus d'obèses : 5 % de la population en 1980 contre 15 % aujourd'hui. Le Trésor a établi un calcul, très précis et sans tabou, du cout financier pour le pays. 17 milliards d'euros en dépense de soin pour l'assurance maladie (diabète, hypertension, depession, etc.) dont 7 milliards pour les journée non travaillée.  Mais, - et c'est là ou le calcule frôle le cynisme - l’obésité n'a pas que des inconvénients. Elle permet de faire 7 milliards d'économies sur les retraites car on vit moins longtemps lorsqu'on a un embonpoint prononcé : entre 3 et 8 ans de moins. Autant de retraite en moins à payer !

Au final, le trésor chiffre le coût financier de l'obésité à une vingtaine de milliards pour la société, un coût comparable à celui du tabac ou de l'alcool ; sans compter un cout social, en terme de mal-être.  Pour résoudre ce problème nos technocrates du Trésor ont la solution : une taxe !

C'est le principe de la "taxe soda", étendue à tous les aliments. Les aliments seraient surtaxés en fonction de leur "niveau de calorie" ou de la "qualité nutritionnelle". Très bien mais c'est compliqué : est-ce que vous taxez les rillettes et les saucissons mais aussi les avocats qui contiennent plus de 200 calories ? Le Trésor suggère en contrepartie d'accorder des aides pour les plus démunis. A mon avis, cette taxe n'est pas prête de voir le jour, même si existe partiellement en Grande-Bretagne, où la TVA est plus élevée pour les "produits les plus nocifs sur la santé".