Météo : il neige de la pollution !

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

Sophie Larmoyer pour l'international

Comment se porte la Reine Elizabeth ? Ces derniers jours, la presse britannique et au-delà avec les médias anglo-saxons, s’inquiètent de la santé de la Reine, qui a manqué plusieurs rendez-vous de son agenda à cause d’un méchant rhume.

Macleans, un hebdomadaire canadien, titrait hier : "Pourquoi le rhume de la Reine est une préoccupation pour les observateurs royaux ?".
Et c’est vrai que d’habitude, pour les fêtes de fin d’année, elle prend toujours le train pour se rendre dans la propriété royale de Sandringham, dans le Norfolk. Mais cette fois c’est un hélicoptère qui les a emmenés, elle et son mari. Deuxième annulation, le 25 décembre, où la reine n’assiste pas à la messe de Noël avec le reste de la famille. Enfin ce dimanche, nouvelle absence : pas d’Elizabeth II à la messe du nouvel an, fait rarissime en 65 ans de règne. Ajoutez à cela un canular, jeudi dernier, avec un faux compte Twitter de la BBC annonçant la mort de la monarque à 90 ans. Tout cela, évidemment, alimente l’inquiétude.

Mais alors, comment va-t-elle ? On le sait ou pas ?

Sa fille, la princesse Anne, interpellée par la presse dimanche à la sortie de la messe, a lâché un mot sur la santé d’Elizabeth II : "better" (ça va mieux). Officiellement la reine se remet d’un gros-méchant rhume. Le Palais explique qu’elle est restée au chaud par précaution mais qu’elle est sur pied et qu’elle travaille.

Les observateurs royaux ne cèdent pas à la panique ?

Non, mais on sent bien que tant que la reine n’aura pas réapparu en public, personne ne sera complètement rassuré. Macleans, l’hebdo canadien, souligne que ce mauvais rhume rappelle à tous qu’Elizabeth II a beau être irréprochable, elle est par ailleurs humaine et donc pas immortelle.
Même si elle est décidément très organisée puisqu’elle avait tout prévu : son discours télévisé de Noël était enregistré tout comme ses félicitations aux Canadiens pour le 150e anniversaire de la Confédération, diffusé avant-hier, dimanche en deux langues, s’il vous plait.


Eva Roque pour le programme télé

Chicago Med à 20h55 sur TF1

D’après vous où se déroule cette nouvelle série américaine ?
Un indice : Med pour Medical.
Direction donc le centre hospitalier d’urgences de Chicago où vient de débarquer le très beau docteur Connor Rhodes, un chirurgien qui affole les filles

Dans Chicago Med, le beau docteur côtoie des infirmières très jolies, navigue dans des litres d’hémoglobine, a la chance d’avoir une directrice dévouée et un super service juridique. Mais il a un ennemi, l’autre médecin très jaloux.

Il y a tous les ingrédients pour vous faire tenir devant l’écran : des drames, un peu d’humour, beaucoup d’amour et des épisodes que l’on peut louper sans être paumé.
Une série signée Dick Wolf à qui on doit notamment New York Unité spéciale, mais aussi Chicago Fire (à Chicago également mais avec des pompiers).
C’est ultra efficace donc mais soyons honnête, Chicago Med n’arrivera jamais à rivaliser avec la série médicale, l’unique, Urgences.


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale.

La mort et des questions dans le Dauphiné Libéré. Une adolescente de 13 ans est décédée le week-end dernier en Ardèche, quelques heures après s'être rendue aux urgences pour une grippe. Son état ne nécessitait pas alors d'hospitalisation selon les autorités.
Un homme sincère, maitre du compromis. L'hommage du Républicain Lorrain à François Chérèque. Le natif de Nancy, secrétaire général de la CFDT jusqu'en 2012, est mort hier à 60 ans.
Embouteillage au garage. Les automobilistes sont nombreux, selon l'Ardennais, à vouloir se mettre en conformité avec la loi. Depuis le 1er janvier, les vitres surteintées sont interdites pour les fenêtres avant des voitures. Et pour éviter un retrait de point et une amende, il y a foule ces derniers jours chez les spécialistes.

Voilà qui nous emmène à l'histoire du jour qui est aussi une histoire de voiture, enfin plutôt de cascade.

Certains y verront du Belmondo d'autres du Tom Cruise. En tout cas, c'est une scène digne d'un film d'action qui s'est déroulée dimanche soir près d'Oyonnax. 20h30, Osama sort de sa voiture pour aller acheter des cigarettes. Il laisse les clés sur le contact et un voleur en profite pour se ruer dans le véhicule. Alors qu'il fait une marche arrière, Osama se rue sur la voiture, s'accroche à la galerie de toit. Il va rester ainsi cramponné pendant une demi-douzaine de minutes. Pendant lesquelles le voleur va rejoindre l'autoroute avec des pointes à 130 km/h. "il faisait du slalom, freinait brutalement pour me faire tomber" raconte Osama dans le Progrès. Malgré cela, le jeune homme est parvenu à sortir son téléphone portable, à appeler la police qui n'a pas tardé à prendre le voleur en chasse. C'est quand il a quitté l'autoroute, qu'Osama a décidé de sauter, au niveau du ralentisseur d'un village. Lui a été pris en charge pour des blessures superficielles tandis que le voleur a été interpelé.