Mais où est passée la neige ?

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

Comme si, à la fin, la culture et l'humanité triomphaient de la barbarie.

Ce n'est qu'une douce illusion et pourtant, ce matin, la Une du Figaro nous fait du bien en nous emmenant au Grand Palais voir "L'exposition qui fait revivre les monuments détruits ou menacés par les islamistes".
Grâce à des images récentes "prises par des drones en Syrie et en Irak", une visite immersive permet de pénétrer "sur des sites aujourd'hui interdits ou menacés". Une façon "de sensibiliser le grand public au sort de ce patrimoine certes lointain mais commun à l'humanité.

Un fragile espoir brisé par la une de 20 Minutes qui nous emmène en Syrie, "Au cœur de l'horreur".

Direct Matin, de son côté, titre sur "L'inévitable Poutine", le président russe "à l'influence toujours plus grande".

Libération a plutôt choisi de trainer dans les couloirs de la Maison-Blanche, version Trump, avec cette Une : "Goldman Sachs à la Maison-Blanche : les pleins pouvoirs".
"Des militaires, des milliardaires et surtout trois dirigeants de la banque d'affaires" : Libé a passé en revue "l'administration très masculine, blanche et conservatrice de Trump".

Tout à fait autre chose : la Une d'Aujourd’hui en France.

Elle ressemble à une belle photo de la montagne prise en été sauf que cette photo, de La Clusaz en l'occurrence, a été prise ces jours-ci.
Aujourd’hui qui titre "Mais où est passée la neige ?" La neige, "une espèce en voie de disparition. À cause du réchauffement climatique", pas un flocon en vue non plus à Valmorel, à Chamrousse, aux Rousses ou à Super Besse et "les VTT vont bien souvent devoir remplacer les skis".

Sinon, il vous reste la mer.

C'est Le Figaro qui nous embarque avec "les chasseurs d'icebergs du Vendée Globe". Ce sont des "radaristes". Depuis Brest, ils suivent les marins à la trace". Ils traquent les icebergs, "pour éviter aux skippers une mauvaise rencontre ", Ils sont leurs anges gardiens, leurs vigies aux confins des océans.


Axel de Tarlé pour l'économie

Tourisme : le Top 10 des destinations préférées des Français, à l'étranger. C’est à lire dans Les Échos.

Le syndicat des tours opérateurs a publié le bilan de la saison touristique écoulée pour l'étranger.

L’Afrique du nord est en forte baisse avec notamment une baisse de 71% pour la Tunisie qui était pourtant la destination favorite des Français il y a 10 ans. Aujourd’hui, elle ne fait même plus partie du Top 10.

L’Égypte, elle, enregistre une diminution de 54% contre 73% pour la Turquie.

Le seul pays rescapé mais tout de même en baisse est le Maroc avec une baisse de 27%, il reste néanmoins à la sixième place du classement.

La seule bonne nouvelle c’est que lorsque l’on atteint un point si bas, ça ne baisse plus et les réservations pour cet hiver sont en augmentation de 4%.

Cette désaffection de l’Afrique du Nord profite à d'autres et notamment à l’Espagne où les Canaries enregistre une hausse de 10% de plus que pour l’Espagne continentale.

La Grèce, elle, enregistre une augmentation de 8% malgré la crise des migrants. L’Italie s’en sort bien également avec une hausse de 10%.

Mais le véritable boom est pour le Portugal avec une forte augmentation de 27%, le pays est même saturé en haute saison et les zones touristiques sont souvent complètes.

Pour les longs courriers, deux pays se distinguent. Il s’agit de Cuba avec une hausse de 22% et 23% pour la Thaïlande.

Sinon, la France, c'est bien aussi et notamment la montagne même s’il n’y a pas de neige pour skier.


Eva Roque pour le programme télé

Roberto Alagna chante à Versailles sur France 3 à 20h55.

Il est sans doute le plus people des ténors. Roberto Alagna, veste noire cloutée, sourire collé au visage, comédien hors pair est la star de cette soirée enregistrée au mois de novembre.
Avec pour décor l’opéra royal de Versailles, pour l’accompagner l’orchestre de Paris, et des grands noms du lyrisme et le jazzman Grégory Porter.
En hommage à la terre de ses ancêtres, Roberto Alagna interprète des airs siciliens et napolitains comme ce trio avec les ténors Pier Pretti et Francesco Demuro.

L’opéra chez vous, dans votre salon avec des images sublimes et des voix magnifiques.
Avec de l’entrain, de la bonne humeur comme ce chœur sur un air sicilien.

On sait d’avance que l’audience télé ne sera pas exceptionnelle pour ce concert malgré la popularité de Roberto Alagna, mais qu’importe au fond. Il faut louer l’audace de France 3 de diffuser un tel spectacle.
Porté par des airs populaires pour que cette musique soit aussi accessible à tous.

À noter que France 3 rediffuse après le concert, un très beau portrait du ténor, L’homme à la voix d’or.


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale

Place aux vignettes à Lyon et Villeurbanne, comme à Paris et Grenoble. Même en cas de circulation alternée explique le Progrès, les véhicules les moins polluants pourront rouler.

Dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, des coaches pour djihadistes. Ils auraient cherché à recruter dans des parcs de Paris et Strasbourg par le biais de séances de sport. Les quatre hommes seront jugés dans les prochains mois à Paris.

Une très belle jeune femme à la Une du Républicain Lorrain. Elle s'appelle Justine Kamara, 20 ans et elle est miss Lorraine. Elle fait partie des favorites dans la course à l'élection de Miss France demain.

Pour l'histoire du jour, pourquoi une pièce de deux euros ?

Parce que dans le Journal du Centre, il y a des tickets à gratter. C'est une petite pochette cartonnée, verte et blanche, qui contient trois tickets avec ce slogan : "devenez chanceux, avec un débutant". Oui parce qu'ici, vous ne gagnez pas 5, 10 ou 500 euros mais les contacts et le CV d'un jeune garçon, Thomas Belli. Ça fait six mois qu'il cherche un job dans l'événementiel ou la communication et plutôt que d'envoyer une simple feuille A4 avec son CV, lui, a choisi d'innover. "Un mois que je suis dessus" dit-il. Pour l'instant, sans vraiment de résultat. Alors, il peaufine. Le but, explique-t-il, c'est de montrer sa motivation et ses compétences car cette pochette c'est aussi le reflet de ses compétences. Et Thomas de conclure : "le marché du travail, c'est un peu comme un ticket à gratter : beaucoup achètent abondamment dans l'espoir un jour de gagner et d'autres n'ont qu'à acheter un seul ticket".