Macron, ça marche !

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

En regardant la presse ce matin, les candidats à la primaire de la gauche risquent de se demander "à quoi bon s'embêter un dimanche soir à débattre 2h30 à la télé si c'est pour avoir aussi peu de retombées ?".

Prenez 20 Minutes, par exemple, qui titre "Le froid, c'est cool !" .

Plus agaçant encore pour eux, Le Figaro : "Macron, Mélenchon : les socialistes pris dans l'étau".

Pire encore, L'Opinion : "Comment Macron tente de flinguer la primaire".

Ou encore Aujourd’hui en France : "Macron, ça marche !".

Aujourd’hui en France qui a quand même recueilli la réaction exclusive de François Hollande, hier soir : "Michel Drucker est un très bon imitateur".

Car figurez-vous que pendant le débat, le chef de l'État assistait à la dernière du one-man-show de Michel Drucker.
"C'est un rendez-vous pris de longue date que j'ai voulu honorer. Le débat, je pense le regarder en replay" a déclaré François Hollande.
Même Drucker n'en revenait pas hier : "Je l'avais invité par correction, j'étais sûr qu'il ne viendrait pas avec le débat. Quand il m'a appelé hier matin en rentrant du Mali pour m'annoncer qu'il viendrait, j'étais scié !".

Finalement, il n'y a guère que Libération pour y croire encore et s'interroger, en Une, sur la primaire : "Et si c'était un vote utile ?".

L'autre sujet du jour, c'est la pollution.

À la Une de Direct Matin, "La vignette Crit'air à la loupe".

À la Une de L'Humanité : "Voitures : les alternatives pour dépolluer nos voitures".
"Remettre la voiture à sa place, ça urge", écrit le quotidien qui rappelle que "la pollution de l'air tue 48.000 personnes par an !".

Le sujet fait aussi la Une des Échos qui a enquêté sur "le plan anti voitures de la Mairie de Paris".
"L'objectif de la maire de paris, Anne Hidalgo, est sans ambiguïté : elle veut diviser par deux le nombre de voitures roulant dans la capitale d'ici 2020".

Enfin il y a L'Équipe qui annonce le retour de Roger Federer dans quelques heures, à l'open d'Australie.

L'Équipe qui a enfin pris la mesure de l'évènement et titre "Federer, le retour de l'éternel", en toute simplicité.


Sophie Larmoyer pour la presse internationale

À la Une de la presse européenne, Donald Trump livre son "diagnostic" sur l’Europe dans des entretiens donnés à deux quotidiens : le britannique Times et l’allemand Bild.

Comme à son habitude, le président américain élu ne prend pas de pincettes pour donner son avis, ce qui donne une petite idée de sa vision de l’Union européenne. S’il explique dans Bild avoir "beaucoup de respect pour Angela Merkel",  c’est pour ensuite critiquer vivement sa politique : "Je pense qu’elle a fait une erreur catastrophique, c’était de prendre tous ces migrants illégaux". Trump ne parle pas de réfugiés, et sans être explicite, il fait l’amalgame entre les réfugiés justement et le terrorisme, l’attentat de Berlin avant Noël, affirmant que les conséquences de cette politique d’accueil s’étaient fait "clairement sentir". Amalgame, précisons-le, qui n’est pas fait pas la grande majorité des Allemands.

Dernier tacle pour Merkel : selon Trump "l’Union européenne est un instrument pour l’Allemagne" et le Royaume-Uni a donc eu "bien raison d’en sortir".

Un bon point pour le Brexit ! On sait que l’europhobe Nigel Farage, l’un des artisans du Brexit, est dans les petits papiers de Donald Trump.

Absolument et la vision du président élu américain est très largement inspirée de celle du Britannique. Selon Trump, qui s’exprime dans les colonnes du Times, le Brexit est une conséquence de l’accueil des réfugiés en 2015, ce qui revient à sous-estimer largement l’euroscepticisme historique des Britanniques, au-delà du dossier de l’immigration. Le Brexit sera "un succès", prédit Trump, qui veut conclure rapidement un accord commercial avec Londres. Et d’ailleurs, selon lui, d’autres pays quitteront l’Union européenne.

Autre sujets abordés dans ces interviews par Donald Trump : l’Otan et la Russie.

Oui, l’Otan pour répéter ce qu’il a dit dans sa campagne : l’organisation selon lui est "obsolète", elle "ne s’est pas occupée du terrorisme" et ses pays membres ne payent pas assez pour leur défense.

Quant à la Russie, Trump tend la main à Vladimir Poutine en suggérant un accord, donnant donnant : la réduction des armements nucléaires contre la levée des sanctions qui la frappent pour l’annexion de la Crimée.


Eva Roque pour le programme télé

Le prénom à 21 heures sur M6.

Quand un dîner de famille tourne au règlement de compte.
Vous allez assister à une soirée chez Babou et Pierre qui reçoivent Claude (l’ami de toujours), Vincent (le frère de Babou) et Anna (sa femme enceinte).
Le sujet du soir est de trouver le prénom du futur bébé.
Au jeu des devinettes, Vincent donne un indice, ça commence par A.
Provocation de Vincent ou pas, le dîner tourne au fiasco rythmé par les réflexions des uns et des autres.

Alexandre La Pattelière et Matthieu Delaporte, les deux réalisateurs étaient d’abord à l’origine d’une pièce de théâtre à succès.
Le film le fut aussi.
Grâce à cette qualité de dialogues et grâce au casting : Guillaume de Tonquédec, Charles Berling, Judith El Zein et surtout Valérie Benguigui et Patrick Bruel, sans doute, dans son meilleur rôle.

L’occasion de se souvenir à quel point Valérie Benguigui était une merveilleuse comédienne. Elle remporta d’ailleurs un César pour cette prestation.

Une comédie qui derrière le rire parle du poids des secrets, de la vacuité de nos existences parfois, de nos frustrations, de nos faiblesses.
Mais parle aussi beaucoup d’amour et de tendresse.


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale

Un coup de blizzard ce matin dans le Télégramme. Avis de grand froid : des températures entre moins 10 et moins cinq degrés. Qu'on se le dise, souligne le quotidien breton, la France va grelotter toute la semaine!
Cinq ans de retard et un contrat à renégocier. L'aéroport de Notre-Dame des Landes à la Une de Presse Océan. Il va falloir revoir le contrat de concession, en actualisant notamment les indemnités de retard.
L'exploit de Philippe Croizon dans Centre Presse. Amputé des quatre membres, il a gagné son pari : finir le Dakar. Et d'une pierre deux coups, à l'arrivée à Buenos Aires, il a demandé sa compagne en mariage.
 
L'histoire du jour est celle d'un inépuisable voyageur.

Qui vient de prendre 17 fois l'avion en 35 jours. 50.000 kilomètres plus tard, Robert Legad, 93 ans, a bouclé son tour du monde. Lui, qui il y a trois ans tel un enfant, recevait un globe terrestre pour son anniversaire, a donc fait le tour pour de vrai. Une expérience plus qu'un voyage, car il le reconnait lui-même dans la Provence : je n'ai rien pu visiter. C'est sûr que quand on est cardiaque, le désert d'Atacama à 4.000 mètres d'altitude ou la visite des temples d'Angkor deviennent autrement plus compliqués. Sa fille, partie avec lui, a géré toute la logistique : repas à heures fixes, médicaments commandés à l'avance. "J'avais envie de partir d'un côté, et de revenir de l'autre" dit Robert, qui désormais prépare son prochain voyage, au Japon au printemps prochain.