Les migrants sont toujours là

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marguerite Lefebvre font le point sur l'actualité du jour.

Le Kiosque d'Europe 1 et toutes ses plumes avec Marguerite Lefebvre pour les régions, Sophie Larmoyer pour l'international et Eva Roque devant la télé. Bonjour à toutes !

Il y a parfois des piqûres de rappel utiles. Même si elles nous mettent mal à l'aise. Parce que face à nos responsabilités. C'est le cas de Libération ce matin. En une, la photo d'un corps, qui flotte en mer. Elle est accompagnée de ces mots : "Migrants : Qui prendra ses responsabilités". Ecoutez ces chiffres (et pensez aux vies brisées qui sont derrière) : "Au moins 2.200 personnes qui tentaient de rallier l'Europe ont disparu en Méditerranée depuis le début de l'année. En première ligne, Rome appelle ses partenaires, réunis aujourd'hui à Yalloin, à se montrer enfin à la hauteur). Libération qui nous raconte l'histoire de Chamsededinne Marzoug.

C'est un ancien pêcheur, qui vit à Zarzis, en Tunisie, près de la frontière libyenne. Il enterre (bénévolement) les corps d'hommes, de femmes et d'enfants naufragés en Méditerranée "Je sens que leurs âmes ne sont pas contentes", dit-il, en parcourant les photos de la cérémonie qu'il prend pour les publier sur son réseau social en guise d'avis de décès. Chamseddine se souvient de l'été 2015. Quand il a enterré 53 personnes en trois jours, "Il y avait le corps de cette mère qui serrait dans ses bras son bébé". Juste à côté, Laurent Joffrin nous renvoie à nos responsabilités : "Ne rien faire, c'est tuer. Pourtant nous ne faisons rien. Ou si peu".

A côté de ça, vous trouverez de la politique : L'Opinion nous parle de "l'Opération exclusion" qui arrive chez Les Républicains. "Le FN prêt à renoncer à la sortie de l'Euro" titre Le Figaro. "L'Heure H pour Hulot" : ça c'est la une de Cnews Matin (alors que le plan climat doit être présenté aujourd'hui).

Pessimiste, L'Humanité annonce déjà que "la transition écologique est menacée par les appétits financiers". Et puis il y a 20 Minutes, qui, inspiré d'André Malraux accueillant Jean Moulin au Panthéon titre "Entre ici, Simone."

Avant Simone et Antoine Veil, quels couples sont entrés au Panthéon ?" s'interroge Cnews Matin. Il y a les Curie, bien sûr. Mais les premiers furent les Berthellot. En 1907, Sophie, affectueusement surnommée "l'inconnue du Panthéon" était l'épouse de  Marcellin (Berthelot), un chimiste à l'origine de 1.200 brevets ! (Les époux étaient tellement inséparables qu'ils sont décédés le même jour, à quelques heures d'intervalles). Aux grands cœurs la patrie reconnaissante.


-


Sophie Larmoyer, on sait que l’éducation des filles reste un combat, essentiel, en Afghanistan. A ce propos, la presse internationale se fait l’écho de plusieurs initiatives pas toujours très "raccords"

Oui, parfois à la lecture de la presse, c’est étrange certains articles semblent se télescoper. C’est le cas ici. Ainsi, grâce au site d’une chaîne pakistanaise, Dunya News TV, on fait la connaissance du tout nouveau personnage d’un programme télé pour enfant, en Afghanistan, qui s’appelle Baghch-e-Simsim, ce qui signifie Sesame Garden : c’est une co-production avec les créateurs historiques de Sesame Street à New-York (Ernest, Bart et Cie…). La nouvelle marionnette est un petit garçon de quatre ans, Zeerak, en costume traditionnel afghan, et Zeerak adore sa grande sœur Zari, qui était la première marionnette afghane introduite l’an dernier.

L’idée, c’est de prôner l’égalité garçons-filles

Voilà, le respect. Apprendre aux garçons que c’est chouette d’admirer sa sœur et que l’éducation pour tous est un bienfait. Le programme est très populaire : 80% des enfants qui ont accès à la télé le suivent (c’est bientôt la 6e saison) et beaucoup de messages passent comme ça auprès de la nouvelle génération.

Mais alors quelle est l’autre info que vous avez repérée dans la presse, et qui n’irait pas dans ce sens

C’est un article du Guardian, qui commence plutôt très bien d’ailleurs : six élèves afghanes d’Herat, dans l’ouest du pays, ont fabriqué un robot. Et ce robot doit être pas mal car il a été retenu pour participer à une compétition internationale aux Etats-Unis. Mais le robot ira seul, et les filles suivront le concours par Skype. Parce qu’elles ont beau avoir fait toutes les démarches auprès du consulat américain à Kaboul, en faisant deux fois le voyage, elles n’ont pas obtenu de visa. Ni d’explication. Les équipes de 156 autres pays ont eu leurs visas, dont celles d’Iran, du Soudan, ou des réfugiés syriens : trois pays officiellement frappés d’interdiction de territoire par Donald Trump. Ces adolescentes n’iront pas défendre le fruit de leurs études. Le paradoxe, c’est qu’elles n’étaient même pas nées quand les Etats-Unis sont intervenus militairement en 2001 pour chasser les Talibans, qui empêchaient les filles d’aller à l’école et les femmes de travailler. Et aujourd’hui elles sont rejetées par les Américains pour un simple concours, alors que ces mêmes talibans reprennent du terrain : aujourd’hui ils contrôleraient ou se battraient sur environ 40% du territoire.  


-


Michael Hirsch : Lettre ou ne pas lettre – A voir sur Youtube

Michael Hirsch est un jeune comédien et humoriste. Je l’ai d’abord découvert sur scène et j’avais adoré son spectacle qu’il joue toujours. Il est d’ailleurs en ce moment au festival off d’Avignon. Depuis quelques semaines, il a lancé un programme sur Youtube. Il écrit des lettres à des personnalités. Sa spécialité, vous allez comprendre tout de suite, c’est le jeu de mot. Et Thomas, il a un point commun avec vous. Et oui, il adore Federer. D’où cette lettre de quatre minutes. Entre humour et admiration réelle. Et surtout la déception de ne pas voir son champion à Roland-Garros. 

Ses lettres, elles sont pour Luchini, Donald Trump, Elise Lucet, Woody Allen, parfois elles s’adressent à un concept que nous cherchons tous, comme le bonheur. Hier soir en préparant cette chronique, je me suis souvenue de sa lettre du 8 mars dernier. Il s’adressait alors à Simone Veil. Il aime les mots, jongle avec. Comme avant Raymond Devos ou Stéphane de Groodt aujourd’hui. Mais il a son style. Il sort du lot parmi tous les humoristes du moment qui ont parfois tendance à malmener la langue française. Michael Hirsch ne cherche pas l’éclat de rire facile. Et rien que pour ça, il mérite notre attention.

 


-


Marguerite Lefebvre

Tuerie d'Orvault - Lydie Troadec libérée. C'est la Une la Presse Océan. La compagne du tueur présumé a été libérée après quatre mois de détention. Mise en examen, elle reste sous contrôle judiciaire. Son compagnon Hubert Caouissin, avait reconnu le meurtre des époux Troadec et de leurs deux enfants, justifiant son geste par un différend financier. C'est un chiffre qui donne un peu le tournis. Hier, des dizaines de milliers de lycéens ont décroché leur Bac. Mais lui ne s'est pas contenté d'avoir son diplôme. Thibaut, qui fait la Une de Sud Ouest ce matin a eu son bac avec 20,37 de moyenne ! Pas mal.

Et puis le peloton déboule dans Libération Champagne. Après les Vosges hier, les coureurs du tour de France arriveront ce soir dans l'Aube avec un passage par Colombey les deux Eglises, le village du général de Gaulle. Une étape que Chris Froome parcourera en jaune. Le britannique a pris la tête du classement général hier soir.

L'histoire du jour pourrait se résumer en une phrase - policier et jardinier ce n'est pas le même métier.

Et c'est le Progrès qui nous raconte ce matin ce petit incident. La semaine dernière, lors d'une patrouille, des policiers municipaux lyonnais sont intrigués par un terrain en friche. Ils s'approchent et observent ce qu'ils croient être un champ de cannabis. Ni une ni deux, ils préviennent le commissariat qui dépêche une équipe pour tout arracher. Les policiers font place nette. Petit problème : il ne s'agissait pas du tout d'un champ de cannabis mais de chanvre industriel planté dans le cadre de la très sérieuse Biennale d'architecture. La boulette. C'était en fait une expérimentation lancée en mai et qui devait s'achever ce week end. Un test pour voir comment ce type de plantes se développe en milieu urbain. Une séance de fauchage devait avoir lieu samedi. Elle a du coup été annulée.