Les drôles de comptes de la famille Fillon

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

Certains de vos journaux regardent dehors, ce matin.

À l'image de Libération qui, à la veille des législatives aux Pays-Bas, met en Une le populiste islamophobe Geert Wilders avec ce titre : "Facho devant !".

Le Figaro, lui, s'inquiète de la "Crise ouverte entre la Turquie et l'Europe".

"Erdogan sans limite", enchaine CNewsMatin.

D'autres ont choisi de parler politique.

Il y a L'Opinion qui annonce "La fin de l’âge d'or" pour les fonctionnaires.

Ou encore Le Monde : "Impôts, retraites, État : les coupes de Fillon".

François Fillon poursuivi par ses affaires, en une d'Aujourd’hui en France : "les drôles de comptes de la famille Fillon".

Où l'on apprend que, selon les informations du journal, "les enquêteurs s'interrogent sur des virements effectués par les enfants Fillon, Marie et Charles; sur le compte de leurs parents alors même qu'ils avaient été embauchés par leur père en tant qu'assistant parlementaires".
Explication de Marie Fillon sur ce qui ressemble à une rétrocession : "Il s'agit, selon elle, des frais engagés par son père pour son mariage et qu'elle lui remboursait petit à petit". L'avocat de son frère, lui, n'a pas souhaité réagir.
Sur son dessin, Ranson fait dire à François Fillon : "Comme disait Juppé, je suis droit dans mes bottes". Face à lui, deux juges l'interrogent : "Et elles ont été offertes par qui, ces bottes ?".

Droit dans ses bottes aussi, L'Humanité qui met Marx à la Une.

"Face aux impostures libérales, Marx, penseur capital" titre l'Huma.
Marx en une de L'Huma, c'est un peu comme si L'Équipe faisait sa Une sur du foot.


Sophie Larmoyer pour la presse internationale

On se tourne vers la presse internationale. L’Eurovision , dont la finale aura lieu le 13 mai, est toujours l’occasion de découvrir des histoires et en voilà une, liée à la candidate de la Russie.

C’est le quotidien britannique The Guardian qui a repéré cette histoire.

Elle s’appelle Yuliya Samoylova et la télé russe officielle a annoncé dimanche que ce serait elle qui porterait les couleurs de la Russie, en mai, au fameux télécrochet. Sa chanson s’appelle Flame is burning, la flamme brûle. Avec des paroles en anglais pour dire que "ni l’âge ni quelque limite physique ne peut être un obstacle pour qui veut vraiment réaliser quelque-chose".
Ces paroles prennent un sens particulier lorsque vous découvrez que Yuliya Samoylova se déplace en chaise roulante. C’est une jolie femme, à la grande chevelure blonde ondulée, qui chante avec un très large sourire et qui est polyhandicapée depuis l’enfance.

Voilà une candidature qui semble plutôt très sympathique. Où est le grain de sable ?

D’abord le lieu où se déroule l’Eurovision cette année. Pour savoir où a lieu la finale, il suffit de se rappeler le vainqueur de l’an dernier qui est la chanteuse Jamala, Tatare de Crimée, et qui est donc citoyenne ukrainienne.
Faire triompher l’Ukrainienne Tatare, c’était une manière de marquer la désapprobation de l’annexion de la Crimée par la Russie, voyez jusqu’où se glisse la politique.

Mais la candidate russe de cette année n’y est pour rien ?

Sauf que Yuliya Samoylova est allée chanter en Crimée après l’annexion, en 2015. Alors sa désignation par Moscou est vécue comme une véritable provocation par l’Ukraine "une bombe humaine utilisée à des fins de propagande". Pas sûr, donc, que Kiev la laisse entrer dans le pays pour chanter Flame is burning. En novembre, Kiev avait déclaré persona non grata 140 personnalités culturelles russes dont les actes ou les déclarations étaient considérées comme allant à l’encontre de la sécurité du pays (même interdiction d’ailleurs pour Gérard Depardieu). Samoylova, elle, répète juste qu’elle rêve de chanter à l’Eurovision depuis qu’elle est toute petite.

Pour plus de détails, cliquez ici.


Eva Roque pour le programme télé

Devenir médecins à 22h40 sur France 2.

Dans ce documentaire, vous allez faire la connaissance d’Elise, Nina, Yassine et Yohann, étudiants en médecine. Après trois ans de théorie et de concours difficiles, ils ont débuté leur stage pratique.
Confrontés à une réalité que l’on n’apprend pas dans les livres.
Elise, par exemple, a bien du mal à trouver les mots devant ses patients
Nina, elle, a choisi le service réanimation, là où près de 20% des patients décèdent. Et la mort, elle n’y était pas particulièrement préparée.

C’est un documentaire qui est un condensé d’humanité parce que derrière les questions de ces étudiants, c’est tout le système de santé qui est évoqué : la pression économique, le vieillissement de la population et l’humanisation indispensable.
On n’est pas dans une série médicale et les deux réalisateurs évitent soigneusement les scènes larmoyantes pour ne s’intéresser qu’à ce sujet de société.
Le plus réjouissant ? La passion de ces quatre jeunes pour leur métier et leurs patients.

L’événement média, c’est aussi ce soir à 20h35. Une nouvelle miss météo arrive sur France 2, elle s’appelle Mélanie. Elle était l’invitée d’Europe 1, il y a quelques jours. Mélanie est trisomique et elle avait un rêve, celui de présenter la météo. Rendez-vous ce soir !


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale.

"Naturelles mais pas sans danger". Mise en garde de la Voix du Nord ce matin contre les huiles essentielles. Dans les Hauts-de-France, les cas d'intoxication ont fortement progressé, souvent liés à des surdoses avec 141 cas en 2015 contre 38 il y a 10 ans.
Le rêve français d'un milliardaire américain. Zaya Younan fait la Une du Courrier de l'Ouest. Il vient de racheter deux golfs, deux hôtels et trois châteaux dans la région de Parthenay, Tours et Saumur. Et il pourrait maintenant investir dans les vignes.
Un visage aussi dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, celui de Mélanie Ségard. Invité d’Europe 1 il y a quelques jours, cette jeune trisomique qui rêvait de présenter la météo. C'est ce soir qu'elle se lance sur France 2.

L'histoire du jour, c'est la réhabilitation de la 205 et c'est une belle histoire de copains.

Madison et Dylan sont frère et sœur, Grégoire est un copain. Tous les trois, ils vont partir sur les routes d'Europe en juillet prochain pour 10.000 kilomètres à travers le continent. Pour un défi humanitaire puisqu’ils vont devoir livrer 100 kilos de fournitures scolaire et sportive en Albanie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie et Roumanie. La condition pour y participer est d’avoir une 205. La leur a 185.000 kilomètres mais ce sera une seconde vie pour cette voiture qui était celle de la grand-mère de Madison et Dylan, Marie-Joseph Cauvat, qui d'ailleurs les accompagnera tout au long du parcours. Parce que c'est sous ses initiales qu'ils se sont inscrits : la MJC team. Et puis, pour eux, c'est une forme d'hommage. "Mamie donnait beaucoup de temps aux associations locales, à la paroisse, pour les gens isolés, elle était généreuse" se souviennent-ils. Ils le seront pour elles. En attendant, il leur manque encore 3.500 euros pour financer leur aventure, la recherche des sponsors est en cours.