Le grand désarroi du peuple de gauche

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

Le résultat du referendum italien est tombé trop tard pour nos journaux et c'est donc la politique française qui, bien souvent, fait la Une.

Avec "Le grand désarroi du peuple de gauche" comme le titre Aujourd’hui en France.

"Quelle idées ? Quel candidat ?" L'Humanité parle de "la peur du vide des militants".

Sur la Une de Direct Matin, un pupitre vide, aux couleurs du PS : "En attendant Manuel Valls".

"Le PS attend Valls et s'inquiète pour la suite" titre Le Figaro.

Variante, en pages intérieures de Libération : "Valls attendu au tournant".

Il est en Une de 20 Minutes "Sur la ligne de départ".

C'est "Le temps de Valls", titre La Croix.

"Manuel Valls à l'assaut de la gauche" poursuit L'Opinion.
Sur son dessin de une KAK fait un deux-en-un. Ségolène Royal dit "Il restera un monument de l'histoire". À ses côtés, François Hollande boit du petit lait. Il a des petits cœurs autour de lui. Mais Manuel Valls le recadre : "T'excite pas, elle parle de Castro...".

Le sujet est aussi largement traité notamment par Le Figaro: "aux obsèques de Fidel Castro, "Ségolène Royal fait son éloge et suscite un tollé"). Après "la bravitude", voici "la castritude" écrit Yves Thréard.

Quant à Libé, il pleure Gotlib en Une : "Gotlib est mort. Glacial".


Axel de Tarlé pour l'économie

"Forte hausse des incivilités dans les agences bancaires du Crédit Agricole", c’est à lire dans Les Échos.

Les chiffres qui concernent les Agences Crédit Agricole sont sans appel. On constate une augmentation de 20% de la violence verbale et physique en 2015.

Insultes, intimidations, menaces de mort, dégradations ou encore coups et blessures…

Le Crédit agricole dit "constater comme dans de nombreuses professions, que le comportement d'une partie des clients s'est durci".

Les salariés et les collaborateurs signalent davantage ces incivilités.

Qu'est ce qui provoque ces violences ?

Principalement le refus de décaisser quand la banque ne donne pas l'argent ou refuse de payer.

Refus de retrait au Da, carte avalée, blocage d’un virement ou encore les frais bancaires qui sont à l’origine de 10% des incivilités.

Quelle est la parade face à cette violence ?

Se débarrasser de ces clients violents. L'an dernier, 590 clôtures de compte ont été réalisées en raison du comportement violent du titulaire.

Les caméras de surveillance aident la banque car dans une agence vous êtes filmé, mais si, seul le banquier voit les images.

L’idée est de diffuser ces images à l'intérieur de l'agence, côté client, qui voit qu'il est filmé. En général, ça calme !


Eva Roque pour le programme télé

Montreux Comedy Festival à 21 heures sur France 4.

En direct de Montreux, ce sera la clôture de la 27e édition du plus grand festival d’humour en Europe, une soirée de gala présentée par Mathieu Madénian et mise en scène par son comparse Thomas VDB.

Si les deux garçons que l’on retrouve tous les soirs dans Actuality sur France 2, l’émission de Thomas Thouroude, arrivent jusqu’à Montreux, le thème de la soirée sera "on va rire de tout".
Une dizaine d’humoristes vont ainsi défiler avec des sketches pour la plupart créés à l’occasion de ce gala.

Deux autres garçons, très présents aussi sur les écrans télé, méritent toute votre attention.
Alex Vizorek que l’on voit chaque semaine sur France 5 et Paris Première
Et quelqu’un que l’on connaît très bien ici, Tom Villa présent dans Salut les Terriens sur C8.
L’an dernier il était déjà à Montreux et parlait de télé.

L’avantage de ce genre de gala est de découvrir des talents, d’avoir envie d’aller les voir ensuite dans les théâtres.
Et rien que pour ça, cette diffusion télé est salvatrice.


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale.

Le jackpot de gendarmes bretons dans le Télégramme. Une simple escroquerie les a mis sur la piste d'un réseau international de blanchiment d'argent après 18 mois d'enquête, cinq arrestations, 1.000 sociétés bidons et plus de 120 millions d'euros découverts.

Après les nouveaux cas de grippe aviaire, des éleveurs qui craignent la psychose. Pourtant, assure la République des Pyrénées, il y aura du foie gras à Noël et il sera bon.

Le Courrier Picard lève le pied ce matin. À cause de la pollution, la vitesse autorisée a été abaissée dans de nombreux départements hier, dont l'Oise et l'Aisne.

L'histoire du jour c'est un patron français qui aime les stagiaires mais à condition qu'ils soient belges.

Et il affiche la couleur ce patron : "a cursus égal, j'embaucherai toujours la personne formée en Belgique". Philippe Cailleu, menuisier à Halluin près de Tourcoing, assume dans la Voix du Nord. En 30 ans d'exercice, il a eu l'occasion de tester des stagiaires français et belges, et pour lui, il n'y a pas photo. De notre côté de la frontière, les élèves n'ont pas le droit de toucher une machine avant 16 ans, il faut un contrôle préalable de l'Inspection du travail. Alors qu'en Belgique, une convention assure l'élève qui, de toute façon, dès l'âge de 14 ans manipule meuleuse et autre scie circulaire à l'école. Et ça aussi ça joue pour ce patron, "quand je prends quelqu'un explique-t-il, il faut quand même qu'il sache faire quelques petites choses". C'est du donnant-donnant.