La future réforme du code du travail fait trembler la presse

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

Le Kiosque d'Europe 1 et toutes ses plumes avec Marion Calais pour les régions. Sophie Larmoyer pour l'international et Eva Roque devant la télé. Bonjour à toutes !

 Ça secoue, ce matin. Et c'est la réforme annoncée du code du travail qui fait trembler la presse. Code du travail : "le séisme qu'ils préparent", titre Libération (Libé qui affirme que le gouvernement "étudie des options bien + radicales que celles présentées hier aux syndicat"). En mode affectif, ça donne : "Vous avez détesté - ou aimé - la loi travail ? Vous allez haïr - ou adorer- sa petite sœur",  "Macron lance le big bang social du quinquennat", poursuit Le Figaro. Pour L'Humanité, "Le projet travail de Macron révélé, la campagne peut vraiment commencer". Le quotidien  pour qui "le dynamitage du financement de la sécu, de l'assurance chômage comme du principe de solidarité a été confirmé". Le sujet fait aussi la une de 20 Minutes, des Echos, ou encore de La Croix, "Droit du travail : cajoler pour mieux transformer" écrit L'Opinion.

 Dans Aujourd'hui en France, Ranson résume en trois coups de crayon la répartition des rôle entre le chef de l'Etat et son Premier ministre : "Je suis Jupiter" dit Emmanuel Macron "Et moi je me charge des travaux d'Hercule", complète Edouard Philippe. Voilà qui nous mène tout droit aux "législatives", "Pour la droite et le PS, c'est En Marche funèbre !" titre Le Canard Enchaîné. "Nous allons avoir beaucoup d'élus, presque trop. Plus de 400. Il va falloir les encadrer de près pour éviter le foutoir" aurait dit le PR. Traduction de JP Dellevoye, le "monsieur législatives" d'Emmanuel Macron, quelques lignes plus loin : "Nous risquons d'être dépassés par l'ampleur de notre succès. Des dizaines de députés pourraient poser problème, ne serait que par leurs activités de conseil, il va falloir surveiller tout ça". Autre façon de voir le scrutin qui vient. A droite, chez François Baroin : "On va prendre une très grosse dérouillée".

-

Hier, et après sept ans de procédures judiciaires diverses,  le feu vert officiel a été donné à un projet de mine de charbon très controversé, en Australie, porté par le géant indien du secteur : Adani.

Oui, et c’est un projet qui fait bondir ceux qui se préoccupent d’environnement, et en particulier de la préservation de la Grande barrière de corail qui est menacée par le gigantisme de l’entreprise.

La presse australienne, indienne et anglo-saxonne en général s’en fait l’écho. Ça se passe dans l’état du Queensland, une immense région au nord-est de l’Australie, la mine de charbon de Carmichael, c’est son nom, se trouve à moins de 400 kms de cette magnifique côte le long de laquelle, sur 2300 kms, s’étend la Grande barrière de corail, la plus grande structure vivante de la planète, classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Dans le cas de ce projet, on parle carrément de "méga mine"

Oui, Carmichael c’est une série de 6 mines à ciel ouvert et 5 mines souterraines, qui devraient s’étaler sur 45 kms ! Coût prévu : presque 14 milliards et demi d’euros. Ce serait le plus grand chantier de charbon de l’hémisphère sud, il est prévu pour durer 50 à 60 ans et va produire tellement qu’une bonne partie du charbon sera exportée vers l’Inde. Pour ça 390 kms de voies ferrées seront construites de toute pièce, ainsi que des infrastructures portuaires.

Tout ça ne semble pas très climato-compatible avec les Accords de Paris

C’est évidemment l’une des principales oppositions à complexe minier. Le géant indien Adani et les autorités du Queensland mettent en avant la dynamique économique : dans la région le chômage est à + de 11 points, et Adani promet qu’il va créer 10.000 emplois. Les détracteurs du projet mettent dans la balance les 70.000 emplois liés à la barrière de corail. Un récif est déjà très abimé par réchauffement des eaux, on craint que la moitié des coraux ne soient morts. Le port par lequel transitera le charbon risque d’aggraver la situation : il est en face du récif corallien. Malgré tout, les premiers travaux devraient commencer en septembre même s’il reste un doute sur la manière dont le groupe indien va financer l’ensemble : pas moins de 23 banques se sont publiquement désolidarisées du projet. Les écologistes dénoncent les dégâts que fera sur le réchauffement climatique la combustion de tout ce charbon : 60 millions de tonnes par an ! Rappelons que les Australiens sont parmi les premiers pollueurs de la planète par habitant.

-

Eva Roque - Une jeune fille de 90 ans – Arte – 20.55

Coup de cœur pour un coup de foudre grâce à ce documentaire. Je vous emmène dans un service gériatrie d’un hôpital d’Ivry. Ici vit notamment Blanche, 92 ans. Elle n’a pas beaucoup d’appétit, a du mal à se déplacer. Jusqu’au jour où le miracle se produit. Le miracle s’appelle Thierry Thieû Nang. Il est danseur et chorégraphe. Aux premiers pas devant les patients, Blanche tombe amoureuse de lui sous l’œil des caméras. Un immense sourire et les yeux qui brillent. Lui s’approche, la prend dans ses bras, la fait danser. En deux jours, son corps se met en mouvement, elle oublie sa canne et les mots reviennent.

La vie reprend pour Blanche, mais pour les autres patients aussi et le personnel. Elle retrouve aussi son caractère. L’atelier chant, ça la gonfle. Blanche, ce qu’elle veut, c’est danser avec Thierry.  Avec sa légèreté et son sourire, Thierry Thieû Nang ressemble à un ange dans ce film signé Yann Coridian et Valéria Bruni Tedeschi. La vieillesse fait peur, surtout dans ce genre de lieu. Et les 5 premières minutes du documentaire sont difficiles à supporter. Mais dès l’arrivée du danseur, la magie opère. On danse avec eux. Un tourbillon d’émotion pour un film qui m’a bouleversé.

-

Marion Calais

A quatre jours du premier tour des législatives, la Voix du Nord s'interroge : "qui fera face à Marine Le Pen au second tour ?". Candidate à Hénin-Beaumont, elle recueillerait 44% des suffrages selon un sondage IFOP-Fiducial. Derrière, ses adversaires sont au coude-à-coude : la République en Marche, le PS et les Insoumis entre 15.5 et 13.5%. "apaiser les acteurs, rétablir l'ordre public". La lettre de mission officielle des médiateurs de Notre-Dame-des-Landes dévoilée par Presse Océan. Des médiateurs que le président de région, Bruno Retailleau, refuse toujours de rencontrer. Il les accuse de manquer d'objectivité.

L'histoire du jour c'est celle d'un bras cassé

Qui aurait mieux fait de rester les bras croisés dans la nuit de lundi à mardi. Cette nuit là, le garçon de 27 ans braque une voiture dans une rue de Nantes. La méthode est éprouvée : il plie une portière pour avoir accès à l'habitacle. Mais visiblement, il ne la plie pas assez. Et son bras reste coincé jusqu'au coude dans la portière raconte le Courrier de l'Ouest. Le voleur se voit donc contraint d'appeler les secours. Pompiers et policiers débarquent alors pour le libérer ! Pas pour longtemps puisqu'il est placé en garde à vue. Où il a continué à faire des siennes. Démontant le mécanisme de la chasse d'eau de sa cellule. De cette soirée, le garçon -qui présentait un taux d'alcool de 0.88g par litre de sang- assure ne pas se souvenir. Il sera jugé en décembre prochain pour tentative de vol.