La future loi travail cristallise les tensions

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

Le Kiosque d'Europe 1 et toutes ses plumes avec Marion Calais pour les régions, Sophie Larmoyer pour l'international et Eva Roque devant la télé Bonjour à toutes  ! 

Ce matin, ça se cristallise (voire ça se crispe) autour de la future loi travail ! (On a un peu l'impression d'être revenu un an et demi en arrière). Aujourd'hui en France fait dans le pratique : "Ce qu'elle peut changer dans votre entreprise". Il faut dire qu'il y a eu déjà pas mal de fuites sur le sujet. Ça agace d'ailleurs le président de la CFE CGC : "Si l'on en croit les fuites dans la presse, l'écriture des ordonnances a déjà commencé alors que nous sommes en plein concertation. On nous balade un peu. Dans un négociation il y a un texte sur lequel on discute, or nous n'en n'avons pas" !

Le fantôme de Myriam El Khomri semble aussi planer sur la une de L'Humanité : "La future loi travail contestée dès la rentrée des députés". (L'HUMA ravie de constater que dès hier "on a manifesté à Paris !" )

Libération s'intéresse davantage à la ministre du travail qu'à sa future loi, et titre "Macron-Pénicaud, l'affaire Las Vegas ". Promettant "des révélations sur les arrangements de Pénicaud" (Rappelons qu'elle est inquiétée pour "favoritisme après l'organisation d'une soirée pour Emmanuel Macron à Las Vegas en 2016. Elle était alors directrice générale de Business France.(Business France, c'est un établissement public chargé de la promotion des entreprises françaises à l'international). Elle pourrait être "rapidement rattrapée pour "délit de favoritisme, complicité et recel" croit savoir Libé

 Le Canard enchaîné, lui, s'accroche toujours au mollet de Richard Ferrand. Ex-ministre et nouveau président du groupe La République En Marche à l'Assemblée. "Dès 2000, celui qui était alors le directeur général des Mutuelles de Bretagne aurait fait travailler sa compagne. Embauchée comme "directrice du personnel" alors qu'elle était encore étudiante. Sans compter un petit job décroché dans un château appartenant au département du Finistère. Octroyé par un comité d'animation présidé par un conseiller général nommé Richard Ferrand ! Au total, a compté Le Canard, "la bienheureuse étudiante aura bénéficié d'une sorte de "bourse" de 80.000€ financée par les mutualistes et les contribuables".

Autre sujet du jour : la PMA : "Macron face à un choix à haut risque"  titre Le Figaro "Bientôt la PMA pour toute ?" s'interroge La Croix (en affichant un joli ventre rond)

-


Sophie Larmoyer, dans la presse internationale, cette décision du Tribunal pénal international de La Haye, annoncée hier : les Pays-Bas sont tenus pour partiellement responsables du massacre de Srebrenica, en Bosnie, en juillet 1995.

Oui c’est une Cour d’appel qui confirme une décision de 2014, à l’époque les deux parties avaient contesté le jugement : l’Etat néerlandais et l’association des Mères de Srebrenica. Petit rappel de cet épisode terrible dans les Balkans, à la fin de la guerre en 1995 : environ 8.000 hommes et garçons, musulmans bosniaques, avaient été séparés de leurs familles puis exécutés par les Serbes de Bosnie, les hommes de Radko Mladic. Un crime de masse qui a été qualifié de "génocide" par le TPIY et la Cour internationale de Justice. Et ça s’était passé dans une enclave censée être sécurisée par les Casques bleus de l’ONU, en l’occurrence un contingent néerlandais.

Pourquoi ces soldats, et donc l’Etat néerlandais, sont-ils "partiellement" responsables ?

Le quotidien suisse 24 Heures rapporte les mots employés au Tribunal : ils ont considéré que les casques bleus avaient "facilité la séparation des hommes et des garçons musulmans tout en sachant qu'il y avait un risque réel qu'ils subissent un traitement inhumain ou qu'ils soient exécutés par les Serbes de Bosnie". Ces Musulmans était venus chercher refuge, ils étaient retranché dans la base de l’ONU et auraient dû pouvoir rester au lieu de partir dans des bus des Serbes. Et pourquoi "partiellement" : d’abord parce que le TPI a considéré que cela concernait 350 hommes (sur les 8000 effectivement assassinés). Et puis qui dit "responsabilité" dit "indemnisation" et là, les juges ont estimé que, peut-être, ces hommes auraient-ils été tués quand même par la suite, dans l’enclave, on ne sait pas. Et donc, aux familles des victimes, ils ont accordé seulement 30% des dommages et intérêt auxquels ils auraient pu prétendre.

On imagine que ça ne satisfait personne.

Exactement, notamment pas les Mères de Srebrenica, "profondément déçues par la décision du Tribunal", titre RTL News, le site de la télé néerlandaise.  25 familles avaient fait le déplacement à la Haye, elles ont manifesté bruyamment à l’énoncé du verdict : ce qu’elles demandaient c’est que les proches de toutes les victimes soient indemnisés. Dans les colonnes du quotidien De Volkstrant, un avocat des victimes regrette que "22 ans après le massacre de masse, un jugement de Salomon" ait été rendu.

 

-


Commisses d’office – IRL France Télévisions / Youtube

 Coup de cœur pour ce webdocumentaire. Pendant trois mois, la réalisatrice Olivia Barlier a suivi trois jeunes avocates commises d’office. Qu’importe les affaires qu’elles traitent, l’intérêt est de comprendre comment elles abordent leur métier face à des clients qu’elles n’ont pas choisis et qui peuvent surprendre comme ce jeune homme de 16 ans. Comment prendre du recul face à une affaire délicate, comment parler à son client, comment comprendre sa psychologie. C’est toutes ces interrogations qui sont abordées. Elles sont touchantes ces trois jeunes femmes. Elles ont des doutes, se remettent en question en permanence mais sont certaines d’avoir choisi un métier utile.

Un documentaire en huit épisodes, sans aucune scénarisation. Une plongée au cœur de la machinerie judiciaire où on se surprend parfois à sourire entre deux affaires dramatiques. Ce webdocumentaire a un défaut : il est beaucoup trop court !


-


Marion Calais


Un hommage inédit dans les Dernières Nouvelles d'Alsace. Hommage européen à Helmut Kohl. Ce sera samedi à Strasbourg. En présence de nombreuses personnalités, dont Emmanuel Macron, Angela Merkel ou Bill Clinton. Dans Sud Ouest, l'histoire d'un train vide qui bloque toute la ligne Paris-Bordeaux. C'était hier matin. Jusqu'à cinq heures d'attente. Une panne qui tombe mal alors que la LGV doit être inaugurée dimanche.

Il avait 52 ans. Avait évolué au côté de Cantona ou Laurent Blanc. La mort Stéphane Paille dans l'Est Républicain qui l'envoie au paradis des footballeurs. Son ancien club de Sochaux respectera une minute de silence en son honneur lors de son premier match à domicile.

L'histoire du jour sonne comme un avertissement : non il ne faut pas sortir sa tronçonneuse en pleine nuit.

C'est ce que a entendu Julie a entendu à 3h du matin dans son appartement de Lille. Quand elle s'est levée alors que sa fille pleurait, elle a aperçu par la fenêtre du salon un gilet jaune et un casque dans un arbre. Parce que dans son quartier : l'élagage des platanes a été programmé la nuit. Et la mairie assume : en journée, cela posait des problèmes de circulation.En plus, à raison de 12 arbres par jour, le chantier n'est pas tout le temps au même endroit.

Et puis, ajoute l'adjointe en charge de la nature dans la Voix du Nord, les branches coupées ne sont pas broyées sur place. Les tronçonneuses utilisées ne sont pas thermiques mais électriques. Donc moins bruyantes. Pour Julie, le message est clair : "l'automobile a de beaux jours devant elle à Lille" et les riverains sont prévenus : le chantier va durer jusqu'au 13 juillet !