La bonne santé d'Alstom à l'étranger

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Xavier Yvon, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

Thomas Sotto - La revue de presse

On commence par une devinette ce matin : "Si Julie Axel et Eva prennent les transports en commun pendant une semaine sans payer, en fraudant à chaque trajet, combien de PV vont ils prendre ?" Aucun ! C'est le résultat du test fait par Aujourd'hui en France, qui dénonce, en une "La grande passoire", alors qu'un nouveau plan antifraude est lancé en Ile de France. Un chiffre quand même : la fraude dans les transports publics coute, chaque année, 500 millions d'euros.

Des chiffres, vous en trouverez aussi ailleurs ! Dans Le Figaro, qui s'attaque au budget à venir. Le quotidien y voit un "Dernier tour de passe passe avant 2017". Le journal dénonce un gouvernement "qui se montre beaucoup plus optimiste que les économistes et les grandes institutions".  Direct Matin s'inquiète du nombre d'étudiants dans les facs. Avec cette une "Des amphis sous pression". Le gratuit annonce 45 600 étudiants supplémentaires cette année. "Restez debout le cours commence", poursuit 20 Minutes qui n'a compté "que" 32 400 étudiants supplémentaires. Si quelqu'un a des nouvelles des 13 200 étudiants qui ont disparu entre les 2 gratuits, appelez nous !

Je pourrais ajouter Les Echos qui dégainent leurs "25 Milliards", "le trésor de guerre des entreprises du CAC 40". Qui sont certes "moins rentables qu'avant". Mais qui affichent malgré tout "une excellente santé financière". Il y a le bon sens du Pape, en une de La Croix : "Seule la paix est sainte, pas la guerre", déclare François. Rappelons que "guerre sainte" est la traduction de Jihad. Beaucoup moins charitable, la Une de Charlie Hebdo. Riss a dessiné une Bernadette Chirac poussant son mari dans son fauteuil roulant. "Bernadette, bientôt un cœur à prendre".


Xavier Yvon - A la Une de la presse américains - Les bonbons "empoisonnés" de la famille Trump.

Ce matin, vous nous parlez des bonbons qui collent une sale réputation à l’ainé des fils Trump. Quand ce n'est pas le père qui choque, c’est le fils. Même sens du raccourci hasardeux chez Donald Junior. Le tweet outrancier c’est visiblement un atavisme… de quoi s’agit-il ?

Junior a publié l’image d’un bol de petits bonbons ronds et colorés, des Skittles, si vous connaissez… avec cette légende : "si on vous dit que dans ce bol, 3 bonbons sont mortels, est-ce que vous en prendriez une poignée ? c’est exactement ça le problèmes avec les réfugiés syriens". Vous avez compris, il y a des terroristes qui se cachent parmi ceux qui arrivent chez nous, son père n’a de cesse de dénoncer justement les milliers de réfugiés syriens accueillis par Obama. Tollé général et débat sur CNN. Des internautes diffusent des images d’enfants syriens, notamment le petit Aylan mort sur une plage turque, avec la légende "ceci est un Skittles". La marque a tout de suite pris ses distances : "Skittles ce sont des bonbons, les réfugiés ce sont des personnes".  

L’affaire des bonbons empoisonnés fait tellement de bruit qu’elle est arrivée aux oreilles du photographe qui a pris l’image du bol. Il se trouve qu’il est lui-même un réfugié, un citoyen chypriote turc, ayant trouvé asile à Londres. Il a condamné l’utilisation de sa photo.

Donald Trump junior, a un role très actif dans la campagne, avec sa sœur et son frère. Il a déjà fait un commentaire limite utilisant les "chambres à gaz" la semaine dernière. Le Washington Post, dans son papier sur les bonbons, en tire une conclusion politique : ça pourrait couter des voix au père, qui tente depuis des semaines de lisser son image pour attirer les républicains modérés et les centristes. Dernière chose précise le journal : selon un rapport récent, un Américain a 1 chance sur 3 milliards et demi de se faire tuer par un réfugié dans une attaque terroriste. C’est beaucoup moins que 3 bonbons dans un bol. 


Eva Roque - La vie à l’envers - France 2 - 20.55

L’héroïne de cette fiction inédite s’appelle Nina. Une très belle femme de  70 ans, mère de trois filles adultes. Une vie de famille équilibrée qui vacille quand Nina commence à oublier des détails, se perd en mer, et surtout signe des chèques. Colère, fatigue, des boites de sardines qui s’entassent dans un congélateur, des grossièretés qui alimentent ses conversations… Y’a quelque chose qui tourne pas rond. Et le diagnostic est sans appel.

Avec beaucoup de délicatesse et énormément d’humour, la réalisatrice Anne Giafferi raconte la maladie, son évolution, la difficulté de la prise en charge, la famille autour qui explose, perd ses repères. On vacille entre l’émotion et les rires, sans jamais céder au pathos. On vit avec ses trois frangines avec leurs doutes et leurs angoisses. Mais même la fin est réussie. Une belle histoire portée par 4 comédiennes remarquables : Marthe Keller, Pascale Arbillot, Barbara Schultz et Isabelle Carré. Et à leurs côtés, Julien Boisselier et Guillaume de Tonquédec.

Cette fiction est diffusée dans le cadre de la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, Julian Bugier animera après un débat sur la prise en charge des malades.


Axel De Tarlé - Alstom présente en Allemagne son train à hydrogène, soit un train "zéro émission carbone" - (à lire dans le Figaro)

Une première mondiale ! Nouvelle illustration d'Alstom qui pleure en France, mais qui rit à l'étranger. Alstom va fabriquer dans son usine de 2500 salariés de Salz-gitter en Allemagne, la plus grosse usine Alstom du monde, un train qui fonctionne à l'hydrogène. Avantage de l'hydrogène : pas de pollution. Petit rappel des cours chimie de 4eme :  mélanger l'hydrogène H2, l'oxygène de l'Air O², et vous obtenez de l'électricité et... H20, de l'eau. Voilà ce qui sort du pot d’échappement. L’intérêt de ce train à hydrogène. C'est de circuler sur les lignes non électrifiées et donc de remplacer les locomotives diesel.

Pourquoi ne fabrique-t-on pas en France ce train à hydrogène ?

Parce qu'il est commandé en Allemagne. Le principe c'est que les emplois sont créés, là ou il y a les commandes. En Allemagne le train se porte mieux. Les Landers ont mis 8 million de subvention pour ce train à Hydrogène. On prévoit 50 trains en 2018. Les problèmes d'Alstom en France reflète aussi les difficultés du train dans notre pays. Que ce soit le trafic voyageur ou le trafic de marchandise. Tout va mal.


Marion Calais - La presse en régions - Les 15 de l'explosion d'AZF

Un triste anniversaire dans La Dépêche du Midi : "Il y a 15 ans, AZF". L'usine toulousaine explosait le 21 septembre 2001 à 10h17, faisant 31 morts. Trois rassemblements sont prévus aujourd'hui à Toulouse. Dérapage en Une du Télégramme : 124 morts au 18 septembre contre 104 sur la même période en 2015. C'est un bilan très mauvais sur les routes bretonnes. Vous êtes stressé ? Eh bien plongez ! Recommandation de la Provence après une étude menée dans les calanques a montré les vertus apaisantes et antistress de la plongée !

L'histoire du jour c'est celle de Jules. Il est tout mignon en une du Courrier Picard. Pourtant, on lui en fait des misères à l'école.

Jules, il a 6 ans. C'est un petit blondinet qui vient d'entrer au CE1 dans son école de Lachapelle-aux-Pots dans l'Oise. Le problème, c'est que Jules ne sait pas lire. "Il n'arrive pas à combiner les sons" explique sa maman qui avait donc demandé son redoublement. En plus, le garçon est né en fin d'année, ça n'aurait pas changé grand chose assure-t-elle. Mais la réponse a été clair : c'est "NON". Jules passe en CE1. Ce sont ses parents qui doivent lui apprendre à lire. Chaque soir, il apprend des sons et des mots : 5 en moyenne, là où les autres en apprennent 10. Alors c'est vrai qu'en classe, la maitresse a promis de porter une attention particulière à l'enfant. Sauf qu'il n'est pas tout seul s'inquiète sa mère. Le Courrier Picard s'interroge : l'école ne fabrique-t-elle pas les illettrés de demain ? Non assure un enseignant. L'illettrisme se construit bien avant le CP. N'empêche, rappelle le quotidien : la Picardie présente le taux d'illettrisme le plus élevé de France, 125.000 personnes sont concernées.