La bataille des programmes, le choc du débat

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

Ce matin, c'est "Place au débat !" comme la titre CNewsMatin.

Vos journaux attendent tous ou presque la joute de ce soir, sur TF1, quitte à en dramatiser un peu l'enjeu.

Ça donne, en Une d'Aujourd’hui en France, "Ce soir, tout peut basculer".

"La bataille des programmes, le choc du débat", en une du Figaro.

"Cette fois la campagne commence", poursuit l'Opinion.

Sur son dessin, KAK a mis François Hollande au lit avec Marianne. Lui lit "Le grand sommeil" tandis qu’elle lit les programmes de la présidentielle. "J'y comprends rien mais le suspense est intense", dit-il. "Pareil", répond-elle.

De la politique encore en une de La Croix qui titre "11 candidats pour une présidence".

Idem pour l'Humanité qui a choisi de mettre en Une, une photo du rassemblement de Jean-Luc Mélenchon, samedi à Paris et qui titre, donc : "Avec Jean-Luc Mélenchon, La République voit grand".

Trois quotidiens se distinguent ce matin.

D'abord 20 Minutes qui fait sa une sur "Un inquiétant délinquant" après l'attaque d'Orly.

Sur le sujet, Aujourd’hui en France nous apprend que Ben Belgacem avait bu et s'était drogué avant de passer à l'acte.
Un garçon dont "la personnalité, jusque-là davantage ancré dans la délinquance que dans le fanatisme religieux laisse perplexe".

Les Échos qui s'inquiètent du "Non historique de l'Amérique au libre-échange".
Washington ayant refusé de signer, au G20, un engagement contre le protectionnisme.

Et puis il y a la très jolie Une de Libération.

Une photo en noir et blanc de Chuck Berry, bondissant. "Chuck Périt" titre Libé qui lui consacre cinq pages. Et s'en donne à cœur joie : " Chuck Berry vers l'autre riff" ou encore "Le génie B.Goode".


Sophie Larmoyer pour la presse internationale

On tourne nos regards vers l’Afrique, et plus précisément le Ghana, ce petit pays d’Afrique de l’Ouest à propos duquel la presse s’interroge. Le nouveau président verrait-il un peu grand ?

"Non vous ne rêvez pas !". Voilà comment Jeune Afrique attaque son article en forme de chronique politique ghanéenne. Il faut dire que le président Nana Akufo-Addo vient tout simplement d’établir un record : celui du plus grand gouvernement au monde ! Combien de membres pour ce gouvernement ? 40 ministres, dont quatre d’État + 50 ministres délégués + 20 ministres régionaux (qui parait-il ont des suppléants), cela fait donc un total de 110 ministres.
Le nouveau président élu a commencé ses nominations en janvier, puis il en a rajouté, puis rajouté et la liste définitive a finalement été soumise au Parlement la semaine dernière. Une annonce qui "a fait parler et couler beaucoup de salive", écrit le correspondant ghanéen du site Africa Post News.

C’est une tradition, au Ghana, d’avoir des gouvernements très larges comme ça ?

Un peu, oui c’est vrai. Le prédécesseur du président Akufo-Addo détenait le record avec 84 ministres, ce qui avait été dénoncé à l’époque, par l’actuel parti au pouvoir, rappelle les observateurs, pas dupes mais surtout l’opposition et dénonce le coût d’un gouvernement de 110 ministres. Idem sur les réseaux sociaux : ils auront tous droit à des voitures, des logements de fonction, du personnel et des retraites, selon Africa Daily News. Tout cela va couter "4,5 millions de dollars par an aux contribuables ghanéens". "Pendant ce temps, soulignent les opposants, l’économie du pays souffre d’une dette estimée à plus de 30 milliards de dollars".

Comment se justifie le nouveau président ?

Il a été obligé d’aller s’expliquer à la télévision et dans les médias ghanéens. Il évoque un "investissement nécessaire". Pour redresser le pays, il a besoin d’être bien entouré. Pour son gouvernement, "ce ne sera pas les vacances". Ça va mieux en le disant mais ça ne semble pas avoir convaincu tout le monde du bien-fondé de ce gouvernement qualifié "d’éléphantesque".


Eva Roque pour le programme télé

Les Français ont du génie à 17 heures sur TF1.

Dans la famille des émissions où on attribue des notes à des candidats, voici Les Français ont du génie.
Trois inventeurs sont jugés chaque jour par Paul Morlet, entrepreneur, et Valérie Damidot. Ils vont ainsi se retrouver dans la boutique de Nicolas, inventeur notamment de la cuillère-avion.
Sauf que Nicolas a choisi de présenter une autre invention, un sac à trottinette. 12 euros pour un sac avec des œillères, qui vous permet de vous déplacer sans être déstabiliser. Pas bête mais pas révolutionnaire

Après Nicolas géotrouvetou, vous ferez aussi la connaissance de trois copains qui ont inventé l’omelette sandwich et une jeune femme qui créé ses propres produits ménagers bio.
On passe un très bon moment, bluffé par la créativité des candidats, la difficulté du concours et surtout par le ton léger et souriant.
C’est réellement du divertissement réussi.

L’autre événement média de la journée, c’est encore sur TF1.

À 21 heures, pour la première fois, une chaîne organise un débat entre cinq candidats de l’élection présidentielle. Une soirée présentée par Gilles Bouleau et Anne-Claire Coudray à 33 jours du premier tour.


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale.

Un débat avant le débat dans le Courrier de l'Ouest. Nous ne sommes pas sur TF1, mais chez Paul, resto ouvrier à la sortie de Doué-la-Fontaine. Avec des salariés exaspérés, entre autres par la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires ou une politique d'aides jugée trop généreuse. Avec cette citation retenue en titre : "Dans la vie, il faut bosser pour vivre".
Écharpe et couronne ne l'ont pas quitté. Le retour de Miss Univers sur ses terres du Nord. Miss Univers, alias Iris Mittenaere, dans la Voix du Nord qui lui consacre quatre pages ce matin.
Un final en apothéose à la Une de l'Indépendant. Le biathlète catalan Martin Fourcade a bouclé sa saison sur un record : 14 victoires. La dernière hier à Oslo.

L'histoire du jour c'est celle d'un questionnaire qui fait polémique en Corse.

Un questionnaire sur une vingtaine de pages qui devait être distribué aujourd'hui dans les écoles, collèges et lycées de l'île de Beauté. Et le Parisien de donner quelques exemples des questions retenues : sur les voyages à l'étranger, sur le sentiment d'appartenance à la Corse ou à la France. Ou encore : "est-ce que tu crois en Allah, Dieu, Yahvé ?", "pendant le ramadan, manges-tu dans la journée ?", "est-ce que tu portes une croix, une kippa, un voile ?" L'assemblée de Corse à l'origine du questionnaire dit vouloir évaluer l'importance de chacun des groupes culturels au sein de la population. Mais l'initiative a provoqué un tollé. Le syndicat de profs Snuipp-FSU a dénoncé un fichage de la population. Le recteur de l'académie, lui, a bloqué la diffusion du questionnaire puisqu'il est interdit de récolter des données sur les origines ou les opinions religieuses. En attendant, le document sera quand même distribué dans les lycées agricoles et les établissements hors contrat, qui ne dépendent pas du rectorat.