I-Télé, le choix du trash

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Walid Berrissoul, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

On va débuter par le sujet qui fâche.

Jean-Marc Morandini qui fait la une de Libération avec ce titre : "I-Télé, le choix du trash". Libé qui raconte, de l'intérieur, la rédaction "écœurée par le passage en force de Bolloré pour imposer Morandini sur la chaine et qui a voté la grève". Intéressant aussi, le petit encadré sur la réaction des politiques qui semblent partager la même ligne : "ne surtout pas prendre position de peur de ne plus être invité sur les plateaux".
Alors oui, Jean-Marc Morandini est présumé innocent mais on lit tout ça et on se dit que la rédaction d'I Télé, elle, semble présumée coupable, voire déjà condamnée.

Pour le reste Le Figaro nous emmène "Au cœur de la bataille de Mossoul" en Irak.

Le Monde nous parle de "La méthode Hollande qui déstabilise ses proches et le PS". Le président "accusé de discréditer une fonction que son prédécesseur avait déjà écorné".

Pendant que La Croix, qui regarde la campagne débuter, s'interroge : "Où est passée l'écologie" ?

Autre quête : celle des profs !

"Mais où sont passés les profs ?" s'interroge, en Une, Aujourd’hui en France. La pénurie s'aggrave, les parents sont à bout et le gouvernement va annoncer des mesures tout à l'heure. D'où cet échange croqué par le dessinateur Ranson. Un papa interroge son fils : "Quoi ?Ils ont dit à l’école que tu n'aurais pas de professeur remplaçant avant la fin du mois de mai ?". Et le petit de répondre : "Oui, ils espèrent avoirs quelques anciens députés socialistes qui voudront se recaser".

Enfin il y a Direct matin et L'Humanité qui regardent vers l'Amérique. "Trump toujours plus seul" titre le gratuit.


Axel de Tarlé pour l'économie

À l'approche de la Toussaint puisque les vacances commencent demain, le magazine américain Forbes établit le Hit-parade des morts qui rapportent le plus.

Forbes a publié le classement des célébrités disparues qui rapportent des fortunes.

Il s'agit essentiellement de chanteurs qui continuent à vendre des disques mais pas uniquement puisque l’on retrouve un scientifique dans le top 10.
À la neuvième place, un scientifique dont on retrouve l'effigie un peu partout, sur des T-shirt ou encore des tasses à café, en train de tirer de tirer la langue. Mort il y a 60 ans, Albert Einstein a rapporté 10 millions grâce à des produits dérivés en 2016.

À la huitième place, on découvre le chanteur de la Paix avec son titre Imagine, il s’agit de John Lennon qui rapporte 10,9 millions en 2016 grâce notamment au spectacle Love Las Vegas.

À la sixième place, on retrouve le roi du reggae, Bob Marley, qui vend des Boissons , des sodas et du thé "Bob Marley".

La cinquième place est occupé par un nouveau venu dans le TOP 10 des morts qui rapportent puisque l'an dernier, il n'était pas mort. Il s’agit de Prince qui rapporte cette année 23 millions d'euros.

Ensuite à la quatrième place, il s’agit du King qui vend toujours des albums et qui possède son musée. Il a donc rapporté 24 millions d’euros en 2016.

À la troisième place, il s’agit d’un intrus, Arnold Palmer, célèbre golfeur qui vient de mourir et qui vend une boisson, de la limonade à son nom.

Sur la deuxième marche du podium, il s’agit du père de Snoopy, Charles Schultz, qui vend des livres et qui a également rapporté beaucoup avec son film, pour un total de 43 millions d’euros.

À la première place, il s’agit évidemment de Michael , mort il y a neuf ans, qui a rapporté 68 millions euros. Ses descendants ont également vendu à Sony les droits du catalogue des Beatles, qu’il possédait, pour la somme de 750 millions.


Eva Roque pour le programme télé

Cholestérol, le grand bluff à 20h50 sur Arte.

Ce documentaire va vous expliquer pourquoi, en 1955, un célèbre savant américain, Ancel Keys, a prouvé que le cholestérol était responsable des accidents cardio-vasculaires.
Lorsque l’on dit "prouvé", ce n’est pas tout à fait ça.
Il a établi des corrélations entre cholestérol et AVC dans certains pays. Et quand les résultats dans un État comme la France ne collaient pas avec ses données, il excluait tout simplement le pays de son étude.
Ajoutez à ces approximations scientifiques, des intérêts économiques de l’industrie pharmaceutique qui produit des médicaments anti-cholestérol comme les statines, et vous obtenez un vaste mensonge sanitaire.
Et gare aux chercheurs qui contestaient les résultats, explique le docteur Dominique Dupagne.

Une quinzaine de médecins, chercheurs et historiens racontent ainsi ce qui pourrait être un des plus gros scandale sanitaire des 60 dernières années. On en reste abasourdi devant son écran.
Les explications sont parfois complexes mais heureusement la mise en image avec notamment de vieilles publicités, apporte un peu de légèreté.


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale.

"Un Florange passe". Le Courrier Picard s'amuse ce matin au lendemain de la visite de François Hollande en Lorraine, une visite discrète et sans convaincre pour le quotidien d'Amiens.

Les révélations du Télégramme sur le naufrage du Bugaled Breizh, un sous-marin nucléaire américain qui évoluait dans la zone en janvier 2004. Sa présence n'avait jamais été établie jusque-là.

La Provence renomme l'OM, Olympic of Marseille après le rachat par l'américain Franck McCourt qui a été officialisé hier. Un nouveau chapitre s'ouvre pour le club.

L'histoire du jour est celle, stupéfiante et dangereuse, d'un routier sans permis qui fait la Une du Progrès.

Avec ce témoignage glaçant : "je suis routier, j'ai roulé quatre ans sans permis". Le Progrès l'appelle Gilles, prénom d'emprunt. C'est au cours d'un simple contrôle routier que ce trentenaire découvre qu'il n'a plus de point. "j'avais accumulé plusieurs petits excès de vitesse". Les policiers récupèrent donc son permis de conduire et lui, décide de continuer à rouler puisqu'en informer son employeur, c'était perdre son emploi tandis que repasser le permis poids-lourd, c'était 7.500 euros. Deux options impossibles. Il reprend donc le volant, sans informer non plus son assureur. "je regardais partout pour voir s'il n'y avait pas de policiers". Vitesses, stops ou encore feux rouges, pour le coup, il respecte le code de la route à la lettre. Il n’a jamais été contrôlé et aujourd’hui, il a récupéré son permis.


Walid Berrissoul pour la presse américaine

La campagne américaine c’est sauve qui peut pour la campagne de Donald Trump. Après une pluie d’accusations d’agressions sexuelles contre lui, Madame Trump, Melania, est enfin sortie de son silence pour voler au secours de son candidat de mari.

Il fallait au moins ça, une interview confession à 20 heures face à la vedette de CNN, Anderson Cooper.

Melania, ex-mannequin slovène de 24 ans de moins que Donald, revient sur la fameuse vidéo où son mari parle d’attraper les femmes par leur parties intimes et sans leur consentement.

Elle avait déjà fait savoir que ça l’avait choquée mais qu’elle l’avait pardonné. Mais la voici maintenant qui trouve à son Donald ,des circonstances atténuantes. "Mon mari, c’est un adolescent qui s’est laissé entraîner dans une grosse bêtise".

Et aux neuf femmes, qui dans la foulée, ont accusé Donald Trump d’agressions sexuelles, Melania répond : "je crois mon mari" et dénonce, comme lui, la partialité des médias américains.

C’est pas un peu léger comme ligne de défense ?

Les Américains jugeront, surtout les Américaines, chez qui Trump doit absolument regagner des intentions de vote s’il veut s’installer à la Maison-Blanche.

C’est dire si l’heure est grave, d’autant que si Melania est restée silencieuse presque toute la campagne, c’est parce que la dernière fois, rappelle le New York Times, ça ne s’était pas très bien passé. Son discours à l’investiture de son mari était en fait quasiment un copier-coller de celui de Michèle Obama à l’investiture de Barack en 2008.