François Hollande et son renoncement à la une

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Marin Calais, Sophie Marloyer et David Revault d'Allones font le point sur l'actualité du jour.

Marion Calais - François Hollande à la une de la presse en région

"Il s'efface" écrit l'Alsace, "Il renonce" renchérit La Provence, "Moi, pas candidat" titre l'Union qui détourne la célèbre anaphore de François Hollande... Les journaux régionaux donnent la parole ce matin à leurs élus locaux pour réagir à la décision du président de ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle. C'est l'onde de choc en Béarn pour la République des Pyrénées. La députée socialiste Martine Lignère Cassou se dit orpheline, Jean Lassalle, lui-même candidat à la présidentielle dénonce "le plus grand coup de bluff de la 5ème République". Dans la Voix du Nord, le Lillois Patrick Kanner - ministre de la ville- se dit "sincèrement ému". De l'autre côté de l'échiquier politique, le maire de Tourcoing Gérald Darmanin -ex directeur de campagne de Nicolas Sarkozy- évoque un "magnifique constat d'échec".


Sophie Larmoyer - Le renoncement de François Hollande est à la Une des sites d’information, en particulier dans la presse européenne

Hier soir, pendant l’allocution du président, certains correspondants twittaient en direct… Comme Anaïs Ginori de la Repubblica qui a finalement retenu ce titre "Je ne me représenterai pas comme président pour le bien de la France" ; "Hollande getta la spugna", Hollande jette l’éponge, c’est le titre de la Stampa, toujours en Italie. La Suddeutsche Zeitung note que "L’impopulaire Hollande renonce à se représenter…  Le risque était trop grand pour le pays et son parti." Autre quotidien allemand, la Frankturter Allgemeine Zeitung écrit que Le président laisse une gauche "comme un champ de ruines". Un titre qui questionne : "4 ans et demi après le Moi président, quel est le bilan d’Hollande ?", c’est signé La Libre Belgique qui dans un autre article fait une suggestion à quelques mois : "Et pourquoi pas une finale Mélenchon – Le Pen ?". Le Guardian souligne que ce renoncement surprise ouvre la primaire socialiste. "François Hollande, le président qui a osé renoncer" titre le quotidien suisse Le Temps. A noter que mercredi, le correspondant du journal expliquait "pourquoi François Hollande ne devait pas se représenter". "La raison l’impose, écrivait-il, le sort de la gauche française et la qualité du débat politique en dépendent".

Outre Atlantique, le New York Times évoque en appel de Une sur son site la décision d’un président "A la traine dans les sondages" : "Cette décision sans précédent ouvre et dynamise la course présidentielle, même si elle ajoute de la pagaille dans un paysage politique perturbé." Quant au Washington Post, il souligne que "La cote de confiance de l’impopulaire leader socialiste a sombré à 4%".