François Fillon jusqu'à la lie

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

Qui veut la tête du tricératops" ?

Cette question, posée par Aujourd’hui en France dans un article joliment titré "Les fossiles et le marteau", ne renvoie pas une nouvelle fois, à la campagne mais bien à une vente aux enchère exceptionnelle de squelettes de dinosaures.
Ça va se passer aujourd'hui à Paris. Pour info, la tête du tricératops, qui date d'environ 75 millions d'années, est estimée entre100.000 et 120.000 euros.

Bon sinon, il y a aussi le "Fillonausore".
Sa tête à lui n'est visiblement plus à vendre et il est d'ailleurs encore très présent ce matin.

"Il les as eus" ! titre Aujourd’hui en France.

"François Fillon jusqu'à la lie" enchaine Libération".

Le candidat fait aussi la Une du Figaro avec un titre plus soft : "Fillon impose sa candidature à la droite".

"Malgré l'agitation en coulisses, le capitaine Fillon reste à la barre de la candidature LR" écrit 20 Minutes.

"Oui, il est en train de sauver sa candidature. Mais son camp, lui, est humainement et idéologiquement en 1.000 morceaux" se désole L'Opinion.

Et comme les choses vont décidément très vite dans cette campagne, la Une du Monde parait déjà datée, presque "hors du coup" : "Juppé renonce et fustige "l'obstination" de Fillon".

Mais alors figurez-vous qu'il n'y a pas que ce sujet-là, en Une de vos journaux.

Ainsi, alors que "quatre syndicats de fonctionnaires ont appelé aujourd’hui à une mobilisation, CNews Matin titre "Le Front social en campagne".

L'Humanité s'inquiète en Une pour "L'Hôpital, malade des cadences infernales".

Tandis que La Croix constate que "la population reste très attachée au "service public" et titre "les fonctionnaires, miroir des Français".
 
Encore quelques mots pour souhaiter la bienvenue au nouveau France Football, nouveau format.

Avec une belle place pour la photo et une Une très réussie avec Adrien Rabiot, le joueur du PSG rebaptisé "l'ange bleu".
France Foot qui a fêté l'an dernier ses 70 ans !


Sophie Larmoyer pour la presse internationale

On regarde vers la Hongrie, dont le parlement est appelé à voter aujourd’hui en faveur de la mise en détention systématique de tous les migrants entrés dans le pays.

Exactement. C’est une idée évoquée depuis début 2017 par le Premier ministre Viktor Orban, et qui arrive devant le parlement. Une idée bien résumée dans ce titre : "La Hongrie continue de se claquemurer". Cet article, vous pouvez le lire sur le site d’info indépendant Hulala, un site francophone très intéressant créé pour parler d’abord de la Hongrie puis qui s’est élargi à l’Europe Centrale.
Et la rédaction d’Hulala nous raconte comment les autorités hongroises sont en train de "franchir un nouveau pas dans l’hostilité envers les migrants".

Quelles sont ces nouvelles mesures ?

L’état d’urgence a été prolongé jusqu’au 7 septembre, très officiellement pour se prémunir contre les dizaines de milliers de migrants toujours bloqués sur la route des Balkans. Et une nouvelle clôture est en train d’être érigée sur la frontière sud avec la Serbie. C’est la seconde, mais celle-là sera "électrifiée, équipée de caméras, de détecteurs thermiques et de haut-parleurs" pour prévenir les migrants en anglais, arabe et farsi, que derrière, c’est la Hongrie, et qu’endommager la clôture et tenter d’entrer serait un crime.

Cette histoire de mise en détention systématique des migrants ?

C’est l’autre mesure phare : tous les demandeurs d’asile seront détenus dans des conteneurs de chantier placés sur la frontière avec la Serbie, en attendant la réponse à leurs démarches. Vous imaginez : des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants détenus pendant des mois, privés de liberté de circuler. Si cette mesure est adoptée par le parlement hongrois aujourd’hui, Amnesty International prévient qu’elle sera "en violation flagrante avec le droit de l’Union européenne et la Convention relative au statut des réfugiés de l’ONU". De cela, Viktor Orban a parfaitement conscience et même il le revendique.

Ça devrait faire réagir les Européens ?

Oui sans doute, d’autant que "la rhétorique xénophobe ne faiblit pas" en Hongrie, nous rappelle le site Hulala : le mois dernier, Viktor Orban a jugé primordial de "protéger l’homogénéité ethnique et culturelle" de la Hongrie.

Pour plus de détails, cliquez ici.


Eva Roque pour le programme télé

30 ans de M6 : l’anniversaire surprise à 21 heures

La petite chaîne a grimpé, engrangé les bénéfices, plus de 152 millions en 2016. Autant dire que le patron Nicolas de Tavernost a le sourire. Eva Roque s’est incrustée dans son bureau pour lui demander un de ses meilleurs souvenirs des 30 ans passés

Comme elle a senti que Nicolas de Tavernost était de bonne humeur, elle s’est lancée dans un petit quiz.
S’il devait choisir un coach, Cristina Cordula pour le stylisme ou Philippe Etchebest pour la cuisine ?

En cas de reconversion professionnel, il choisit : agent immobilier comme Stéphane Plaza, conseiller conjugal façon Karine Le Marchand ou grand reporter comme Bernard de la Villardière ? Attention, le patron est malin

Eva Roque a essayé de le soudoyer en lui demandant s’il regrettait le départ d’un animateur, tout lui soufflant le nom de Thomas Sotto.

Ce soir, un esprit de fête souffle sur la chaîne en présence de tous les animateurs et certains ont d’incroyables talents. Ça vaut le détour !

Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale

Zeus en première page comme dans la Montagne. La tempête accompagnée de vents à 159 km/h sur les sommets du Puy-de-Dôme. Conséquence, en Auvergne, jusqu'à 55.000 foyers ont été privés d'électricité hier soir.
L'hommage du Courrier Picard à un ancien joueur du FC Amiens, Youcef Touati. Il fait partie des deux victimes de l'accident d'hier sur l'A1, dans lequel la chanteuse Jennifer a été blessée. Selon les premiers éléments, la voiture dans laquelle les victimes circulaient roulait à faible allure sur l'autoroute à cause d'un pneu crevé.
Une jolie découverte dans la Presse de la Manche. Le musée de Granville vient de mettre la main sur un tableau de Gustave Courbet. Le chef d'œuvre dormait dans les collections depuis un don en 1892. Il aura donc fallu 125 ans pour le redécouvrir.

L'histoire du jour , c'est 80.000 nouvelles venues dans la police.

Et uniquement pour le commissariat de Rennes, s'il vous plait ! Elles sont 20.000 pour l'instant, mais leurs rangs vont très vite grossir jusqu'à 80.000 donc. Elles, ce sont des abeilles noires, installées sur le toit de l'hôtel de Police, deux ruches et même bientôt cinq. Maintenant que les craintes de certains fonctionnaires ont été apaisées. Pas de danger et en plus, du miel à la clé. Récolte en cette première année raconte le Télégramme : 10 kilos d'un nectar estampillé "véritable miel de la police nationale". Ne cherchez pas les arômes d'acacia. À Rennes explique l'apiculteur qui accompagne le projet, on est plutôt sur le trèfle des pelouses environnantes, notamment devant le tribunal ou sur les fleurs des jardins particuliers. Pour l'instant, la production est réservée aux policiers mais avec trois ruches supplémentaires, l'opération (qui a été initiée au départ pour donner une autre image de la police) pourrait donner lieu à des ventes au grand public.