Faut-il sauver NKM ?

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Xavier Yvon, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

Thomas Sotto pour la presse nationale.

On commence avec la photo d'un gorille oriental. Il fait la une de 20 Minutes et est visiblement bougon. On comprend pourquoi en découvrant le titre du gratuit : "L'homme descend le singe". "Il faut sauver notre cousin le gorille" s'étrangle Aujourd’hui en France, le gorille mais aussi le zèbre, le koala ou encore le pangolin.
Et on peut le faire puisque c'est bien l'homme qui est la "principale menace pour la biodiversité". La preuve avec le panda, "espèce rescapée" nous dit Libération. Rescapée grâce à la préservation des bambous, d'où ce titre : "La Chine tient le bambou".

Il y a une autre espèce en voie de disparition : c'est "la femme", dans la primaire de droite. Alors Libération s'interroge : "Faut-il sauver NKM ?". "Une NKM leur manque et tous sont embêtés".

Nicolas Sarkozy fait la Une d'Aujourd’hui en France qui titre "Pas sorti d'affaires", il est évidemment question de l’affaire Bygmalion.
Sur le dessin de Ranson, le candidat à la primaire à une casserole accrochée au pied avec trois juges dedans et Nicolas Sarkozy de s'énerver "Arrêtez de me poursuivre à la fin".
Autre dessin, celui de KAK en Une de l'Opinion. Marisol Touraine, toute contente, présente les bons chiffres de la sécurité sociale à François Hollande. Et le chef de l'État de demander à sa ministre "Ça se dit "inverser la courbe d'un trou ?".

Au passage, l'Humanité met "les choix économiques de François Hollande au banc des accusés.

Sinon, Le Monde regarde vers l'Allemagne : "Angela Merkel sanctionnée sur l'immigration".
Même direction pour Direct Matin qui s'interroge sur "la fin du règne".

Enfin L’Équipe salive avant le quart de finale Pouille-Monfils ce soir à l'US Open. C'est carrément "un avis de tornade" à la Une.



Axel de Tarlé pour l'économie

"Le rêve de la maison connectée face à la réalité", c’est à lire dans Le Monde.

Le salon de l'Électronique grand public se tient en ce moment à Berlin, il annonce la déferlante de la maison connectée avec plus de 500 objets connectés qui devraient envahir les maisons d’ici 2022.

Qu’est-ce ces objets connectés pour la maison du futur ?

On devrait voir débarquer des enceintes pour écouter de la musique qui seront pilotables depuis notre smartphone, une ampoule électrique qui fait office de caméra de surveillance, un frigo qui vous qui vous alerte des dates de péremption des yaourts périmés, une vitre transparente de la bibliothèque du salon qui se transforme en écran de television, ou encore une table de salle à manger qui fait office de micro-onde et vous réchauffe une assiette que vous mettez sous cloche.

Tous les groupes d'appareils électroménagers travaillent là-dessus ainsi que le Français Schneider pour tout ce qui est climatisation, chauffage et économie d'énergie.

Cette maison connectée a déjà été imaginée dans le film Retour Vers le futur 2, sorti dans les années 80, où Mac Fly se retrouve catapulté en 2015, dans une maison connectée avec les lumières qui se déclenchent automatiquement et les appareils électriques qui se contrôlent à la voix.

C’est impressionnant de voir comment le cinéma arrive souvent à anticiper sur ce que sera le monde comme par exemple dans Minority Report où les publicités identifient Tom Cruise par son iris.



Eva Roque pour le programme télé

Trafic d’art à 20h55 sur Arte

C’est une enquête à la Sherlock Holmes que nous propose Arte ce soir à 20h55. Un documentaire sur le troisième trafic au monde après la drogue et les armes, les œuvres d’art. Le montant estimé du trafic en question est de six milliards d’euros.

N’imaginez pas un petit réseau entre passionnés d’archéologie. C’est une organisation criminelle internationale qui s’est mise en place.
Arthur Bran est détective privé. Il passe son temps à traquer des objets aux origines douteuses. Avant tout rendez-vous avec un marchand d’art, il enfile sa veste toute équipée.
Comme il le dit, les collectionneurs savent quand une œuvre provient d’un pillage.

Un trafic dans le secteur privé et dans le public aussi car il n’est pas rare de trouver dans des musées et grandes galeries des objets blanchis et revendus, illégalement bien entendu.
On découvre surtout à quel point les États ne parviennent pas à s’organiser, ni à mettre en place une législation commune pour enrayer ce trafic.
Seul sursaut récent de la communauté internationale : les pillages des musées irakiens et du site de Palmyr par Daech.
Enfin, les États ont compris que ce trafic finançait aussi le terrorisme.

Une enquête passionnante, nourrie de faits concrets, de témoignages et d’infographies explicatives. Un véritable voyage artistique.



Marion Calais pour la Presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la Presse quotidienne régionale.

Le brasier marseillais à la Une de la Provence. "Le parc des Calanques en enfer" titre le quotidien. Les habitants de trois quartiers de la ville ont été invités à ne pas rejoindre leurs domiciles hier soir.
Dans Nord Littoral, l'apaisement à Calais. Les manifestants d'hier ont obtenu la promesse de nouveaux effectifs policiers.
Dans l'Union, 3.000 étudiants privés de rentrée à Reims. En cause : l'occupation d'une partie du campus par des gens du voyage.
 
L'histoire du jour concerne Elie Semoun et elle n’est même pas drôle !

C'est ce que révèle dans Ouest France l'organisateur d'un festival d'humour à Bagnoles-de-l'Orne. Un homme piqué au vif par de récentes déclarations d'Elie Semoun qui ce week-end, a décrit le spectacle qu'il a donné en avril dans l'Orne comme "l'une des pires soirées de sa vie". Cette petite phrase a considérablement agacé le directeur de ce festival qui révèle donc aujourd'hui, qu'il y a quelques semaines, il a obtenu de la justice le remboursement d'une partie des frais engagés pour faire venir l'humoriste. Ce soir-là, dit-il, "il n'a pas été bon. Il aurait pu au moins présenter des excuses". Il manquait 20 minutes au spectacle, 1h10 au lieu d'une heure et demi. La salle n'applaudit pas et découvre en plus à la sortie, une vidéo dans laquelle Elie Semoun qualifie Bagnoles-de-l'Orne de "trou du cul du monde". Ça fait beaucoup mais l'affaire est close assure l'organisateur qui voulait montrer qu'il était allé jusqu'au bout. Du côté de la boite de production d'Elie Semoun, aucun commentaire dit Ouest France.



Xavier Yvon pour la presse américaine

Une histoire de campagne dans la presse américaine avec Xavier Yvon. Ce matin, " à vos marques, prêt, partez ", le sprint final vers l’élection est lancé.

Le top départ, c’est le Labor Day, le jour férié célébré hier. Il marque traditionnellement la fin de l’été, on ferme les plages, on arrête de porter du blanc et durant les années électorales, les candidats se lancent dans la course effrénée aux meetings. " Pour les gens normaux, l’élection commence maintenant", écrit Chris Cilliza. Pas pour lui, puisqu’il est journaliste au Washington Post et drogué à la politique mais comme il est sympa, Chris, il a préparé un petit guide de l’élection pour ses concitoyens en six points.

Numéro 1 : Hillary Clinton est la favorite, elle est mieux organisée et devant dans les sondages. Si vous êtes du genre bon père de famille, c’est sur elle qu’il faut parier.
Numéro 2 : Il n’y a pas de " nouveau" Donald Trump, "non, il n’a pas changé " en devenant le candidat républicain, il faut faire avec.
Numéro 3 : en fait le public ne veut ni de l’un ni de l’autre, il va falloir vous décider pour le candidat que vous détestez le moins.

Le sixième et dernier point : notez bien le 26 septembre, c’est la date du 1er débat télévisé. Il devrait être le plus regardé de l’histoire, Trump va arriver en outsider et " ça peut partir dans tous les sens ", se délecte le journaliste, qui conclut " ça va être dingue, et ça m’excite rien que d’y penser ".

Pour accéder à l’article du Washington Post, cliquez ici.

Quelles sont les nouvelles de la santé d’Hillary Clinton, visiblement elle tousse toujours autant ?

Vous vous souvenez de cette vidéo conspirationniste qui compilait toutes les fois où elle toussait, pour prouver qu’elle était malade. Et bien, elle a eu une quinte de toux, hier, dans l’Ohio mais elle s’est auto-diagnostiquée et elle a trouvé la cause : Hillary Clinton est allergique à Donald Trump !

Pour accéder à l’article sur la quinte de toux d’Hillary Clinton, cliquez ici.

Allez, plus que 63 jours à tenir !