Emmanuel Macron - Marine Le Pen : le duel de la présidentielle

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Marion Calais, Edouard Lecerf et Yves Thréard font le point sur l'actualité du jour, les résultats du premier tour de la présidentielle.

La presse nationale pour commencer.

Ce matin, il y a d'abord les journaux qui affichent "Les deux visages de la présidentielle", comme le titre CNewsMatin.

Emmanuel Macron et Marine Le Pen qui se partagent aussi la Une du Figaro.
Mais le quotidien titre sur "La droite KO" et évoque "une défaite historique pour la droite".

"Macron-Le Pen, une nouvelle donne" poursuit La Croix.

Le duo de finalistes que vous retrouverez également en Une de 20 Minutes qui titre "La dernière marche".

Les jeux de mots autour de "marche" sont légion.

Ainsi Libération affiche le seul visage d'Emmanuel Macron et titre "À une marche".

Autre jeu de mots en Une des Échos cette fois : "Macron au front face à Le Pen".

Notez encore la Une d'Aujourd’hui en France : "La sensation Macron".
"Et tu crois qu'il nous accordera une grâce présidentielle ?" demande Marine Le Pen à François Fillon sur le dessin de Ranson. "Fais comme moi, soutiens-le au second tour" lui répond le candidat défait de la droite".

Et puis il y a L'Humanité qui affiche le seul visage de Marine Le Pen et ce simple mot, pour l'accompagner : "Jamais !".

Plusieurs magazines ont également avancé leur sortie.

C'est le cas de Marianne qui titre "Le rempart" sur une photo d'Emmanuel Macron.

De L'Express, avec ce même Macron : "Il a gagné son pari".

Quant à Society, il sortira demain un numéro spécial.
En Une, deux bulletins de votes qui vous laisse le choix entre "Marche ou Crève".


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Avec quelques particularismes régionaux.

La Une de Nord Littoral qui évoque une "submersion Marine à Calais" pourrait résumer à elle seule les scores du FN dans les Hauts-de-France. Plus de 30% pour Marine Le Pen devant Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron.
"Une vague Le Pen" soulignée aussi pour la région Grand Est par le Républicain Lorrain.
Plus de 27% pour la finaliste qui en revanche, ne perce pas à Paris comme l'écrit le Parisien ce matin. Son parti, dans la capitale, bloque à 5%, en baisse de plus d'un point par rapport à 2012.

La région parisienne où un score détonne aussi.

Celui de Benoit Hamon sur ses terres électorales. À Trappes, dans les Yvelines, où il atteint les 24%. Près de quatre fois plus que son résultat national mais insuffisant tout de même pour être en tête puisqu'à Trappes, le socialiste est devancé par Jean-Luc Mélenchon.

Le candidat de La France Insoumise qui parvient aussi, par endroit, à créer la surprise. Il est en tête à Lille et Villeneuve d'Ascq souligne Nord Éclair.

Première place aussi à Avignon rappelle Vaucluse Matin.

Quand François Fillon arrive lui en tête à Nice et Jean Lassalle à Lourdios, c'est là qu'il a voté hier, 68% des suffrages recueillis. Le berger-candidat sixième dans son département des Pyrénées Atlantiques avec 7.5% comme le souligne L'Éclair.

Et puis, mieux que la participation au niveau national et ses 78%. On a trouvé ce matin dans le Maine Libre : Nauvay et Panon à 100%. Les 18 et 29 habitants se sont tous déplacés !

Il y a également les frustrés du 1er tour, ce sont les Dernière Nouvelles d’Alsace qui en parlent notamment ce matin.

Des électeurs qui ont dû passer par la case tribunal avant d'aller voter. Arrivés à leurs bureaux de vote, ils ont découvert qu'ils avaient été radiés des listes électorales de Strasbourg, parfois pour non signalement de changement d'adresse. Résultat, il leur a fallu se tourner vers le tribunal d'instance. Plusieurs d'électeurs sont concernés selon les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Des centaines également à Asnières dans les Hauts-de-Seine selon le Parisien.

Récit du genre également dans la Voix du Nord avec des citoyens qui ne comprennent pas pourquoi ils ne figurent plus sur les listes électorales.


Invité(s) : Edouard Lecerf, directeur des activités Politique et Opinion chez Kantar Public (ex TNS Sofrès)