Emmanuel Macron domine la presse

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

Le Kiosque d'Europe 1 et toutes ses plumes avec Marion Calais pour les régions, Sophie Larmoyer pour l'international et Eva Roque devant la télé. Bonjour à toutes !

"Emmanuel Macron installe un pouvoir sans partage" titre Le Monde. Force est de constater, ce matin, qu'il ne partage pas non plus les "unes". Il est partout ! "Et voilà la République Macron" annonce Aujourd'hui en France. Là où La Croix a entendu "Le contrat social d'Emmanuel Macron", L'Humanité a vu "Un prêche indigeste en faveur du libéralisme".

"Une République rêvée de Macron" que le dessinateur KAK esquisse en quelques coups de crayons. Le chef de l'Etat y apparait dans son habit de Jupiter (la foudre à la main). Il s'adresse à son Premier ministre, Edouard Philippe : "Ah, Hercule...Tu tombes bien...Je t'ai préparé une petite liste de travaux". Le Premier ministre (le vrai) qui répond à ceux qui essayent (avec parfois beaucoup d'énergie) d'enfoncer un coin entre Matignon et l'Elysée. (C'est dans Aujourd'hui) : "La question, ce n'est pas de savoir qui est le patron ou le collaborateur. Le président est le patron. Vous imaginez Debré ou Pompidou dire à De Gaulle : "C'est moi le patron ?". En privé, nous dit le journal, Edouard Philippe prend même le parti d'en plaisanter : "Je me sens mal...Si mal...J'ai la boule au ventre tous les matins à l'idée de bosser avec ce castrateur".

Ça continue avec Libération qui titre "Le flou et la forme". Ou encore  dans 20 Minutes : "Macron sort le bâton et pas la carotte", pour le gratuit, hier, "le président a certes fixé les priorités de son quinquennat. Mais aussi réglé ses comptes". Notamment avec ses deux prédécesseurs. Quand il a dit vouloir trancher "avec les années immobiles" (coucou François Hollande !) ou "avec les années agitées" (oh ! coucou Nicolas Sarkozy !) "Toutes aux résultats également décevants".

Sinon, vous verrez que "l'affaire Grégory" est encore bien présente ce matin, "On a retrouvé le dernier témoin", "Celui qui fait rebondir l'enquête" ! annonce Aujourd'hui. C'est le cousin de Murielle Bolle, il raconte qu'après qu'elle a  accusé Bernard Laroche d'avoir tué Grégory, il a assisté à une réunion de famille. "Je peux vous dire que Murielle s'est fait démonter. Oui j'ai vu Muriel subir des coups. Et je n'en démordrai pas" insiste ce témoin (qui jusque-là n'avait jamais été interrogé par la justice). Le lendemain, devant le juge, Murielle Bolle revenait sur ses accusations.

Et puis je vous signale les unes du Petit Quotidien, de Mon Quotidienet de l'Actu, toutes consacrées à Simone Veil. Vous pouvez les piquer à vos enfants : comme toujours, c'est clair et hyper bien fait ! 


-


Le sommet du G20, c’est-à-dire des principaux pays développés et émergeants aura lieu vendredi et samedi à Hambourg, en Allemagne. Un sommet qui inquiète la police, ce pourrait être difficile dans les rues.

Oui à cause des nombreuses manifs prévues dans les rues de Hambourg cette semaine : il y en aurait une trentaine jusqu’à samedi ! Et le Guardian s’est penché sur les plans des manifestants, qui ont l’intention, titre le quotidien britannique, de "coincer les dirigeants du sommet du G20 dans Hambourg". Il y a même dans ce titre la notion de les faire bouillir dans un lieu clos puisque c’est le mot "kettle" c'est-à-dire "bouilloire" qui est employé. Angela Merkel a choisi Hambourg, où elle est née et dont le port symbolise le libre-échange. Mais la police y voit plutôt tous les inconvénients d’un centre de congrès en pleine ville, entouré de quartiers densément peuplés, et avec 20 délégations étrangères dont il faut assurer au moins trois trajets sécurisés en cas d’urgence. Donc c’est le casse-tête.

En plus, certains dirigeants qui seront là, mobilisent largement contre eux

Oui, Trump, Poutine ou Erdogan pour ne parler qu’eux, attirent des manifestants politisés. Samedi par exemple, il y aura entre autres la manif  appelée "le G20 n’est pas le bienvenu", où se côtoieront des anti-facistes, des féministes, des Kurdes, des militants pour l’Accord climat. C’est éclectique. Plus inquiétante pour les forces de l’ordre : la marche "Bienvenu en enfer", annoncée pour jeudi après-midi et où devraient s’illustrer des anarchistes et militants d’extrême-gauche. Ce sont évidemment eux qui sont les plus redoutés mais le Guardian évoque aussi la créativité débordante des organisateurs du contre-sommet, qui envisagent déjà de monter des tournois de ping-pong sur les artères principales, des séances de cinéma en plein air ou une énorme manif de vélos histoire, pour une fois, de ne pas être contenus par la police mais de contenir et de coincer les dirigeants.

Comment se prépare la police justement ?

D’abord les policiers seront nombreux, 20.000. Ils voulaient imposer une interdiction totale de manifester en centre-ville, mais le maire de centre-gauche a refusé (compliqué de dénoncer l’absence de liberté d’expression, en Russie par exemple, et d’interdire tout rassemblement chez soi). Finalement une zone de 38kms² sera sanctuarisée, entre l’aéroport et le centre de congrès.  La hantise de la police, c’est un scénario comme à Gênes, en 2001.  C’était un sommet du G8, en Italie donc, les manifs avaient dégénéré en émeutes, un jeune militant était même mort.


-


Eva Roque - Nus et culottés – France 5 – 20.50

Le magazine le plus culotté de France 5. Mouts et Nans, deux jeunes globetrotteurs, voyagent sans argent, et surtout sans vêtement. A eux de se débrouiller et de vivre grâce à la générosité des gens qu’ils croisent sur leur chemin. Direction les Caraïbes et la Guadeloupe pour commencer avec un but précis. De tous les voyages qu’ils ont faits, celui-là se déroule particulièrement bien. Les Guadeloupéens sont hyper généreux et les accueillent tout de suite.Pendant leur périple, ils ont la chance de rencontrer Pierre, spécialiste des cétacés qui les embarquent sur son bateau.

 Et d’après vous ? Ça marche : un immense banc de dauphins les a rejoints. Voyage paradisiaque donc au point que je me suis demandée si ce n’était pas trop beau. On a l’habitude de les voir galérer. L’arrivée aux Grenadines a rompu le charme. Après un voyage gratuit en avion, à la douane, ça se corse. Il faut payer la taxe de séjour. Oui, c’est un gentil monsieur qui les a sauvés. Et ils ont de la chance de nos deux amis. Mais ils prouvent surtout que tout est possible. Eux, ont décidé de croire en la bienveillance des autres et ça fait du bien. A chaque fois que je regarde cette émission, je n’ai qu’une envie : prendre la route avec eux. Mais habillée. 

 

-


Marion Calais

Une ministre sur le terrain. La Garde des Sceaux Nicole Belloubet attendue aujourd'hui à Reims où elle doit notamment rencontrer les présidents de tribunaux d'instance. Qui devraient insister sur le manque de moyens. L'Union parle d'une justice de bouts de ficelle qui manque de procureurs et qui bricole. Ce sera le 2 septembre. Et pourtant, le rendez-vous attire déjà les foules.

La Braderie de Lille se prépare. C'est parti pour les réservations titre la Voix du Nord. Après une année de suspension pour des raisons de sécurité, les Lillois étaient nombreux dès hier à s'inscrire pour avoir leur emplacement. La Charente Libre sacre un nouveau prince de New York. En l'occurence François Gabart. Qui a remporté hier The Bridge. Première course transatlantique entre maxitrimarans. Le navigateur l'emporte en 8 jours et 31 minutes.

L'histoire du jour concerne le brevet. Et il ne fallait pas faire l'impasse.

On a l'habitude de le dire aux élèves. Apparemment, faut le préciser aussi aux profs. En tout cas au moins à un enseignant du collège Max Hutin de Bouilly dans l'Aube. A ses élèves de 3ème, il n'a pas parlé de la colonisation. Manque de bol, le sujet est tombé à l'épreuve d'histoire, "imaginez la tête de l'élève qui découvre un sujet qu'il n'a pas étudié" s'insurge un papa dans l'Est Eclair. Un papa qui assure en plus que ces collégiens n'ont même pas eu de fiche de révision sur la question, ça aurait au moins pu compenser. Raté. Quand les élèves en ont parlé à leur prof après l'épreuve, on leur a répondu que ce n'était que 14 points sur 50. Réponse déstabilisante et dévalorisante répondent les familles. Pour le rectorat, les programmes sont censés être finalisés. L'établissement, lui, met en avant la commission d'harmonisation qui se penchera sur les résultats. Une réunion est prévue le 10 juillet pour examiner les situations particulières de ce genre dans l'académie !