Berlin : le suspect était sous surveillance

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

On commence avec les Unes de la presse nationale et d'abord Libération : "Traque en Europe".
Avis de recherche lancé pour retrouver le suspect numéro 1 de l'attentat de Berlin. Un tunisien de 24 ans dont vous retrouvez la photo partout ce matin.

"Le suspect était sous surveillance", nous dit le Parisien.

"Berlin découvre l'ampleur de la menace terroriste", pour le Figaro.

Une curiosité bien française dans la presse ce matin.

C'est à la Une des Échos : "Pourquoi les Français épargnent toujours plus".
Notre niveau d'épargne est en train de battre des records alors même que les placements comme le livret A ne rapportent quasiment plus rien.

"C'est déjà Noël", titre l'Équipe.

Noël pour le PSG qui a battu Lorient hier soir 5-0 et qui s'évite une crise légèrement indigeste avant les fêtes.

À propos de fêtes, revenons au Parisien.

"Réveillon : nos menus à cinq euros." C'est le défi classique que lance le journal à deux chefs. En entrée : Velouté de potiron aux dés de gruyère. Le plat : Gratin de St Jacques, saumon et champignon. Dessert : Roulé à la châtaigne.


Axel de Tarlé pour l'économie

Production automobile record pour l'automobile européenne, c’est à lire dans le Figaro.

Jamais, on n'a autant produit de voiture en Europe.
C’est assez paradoxal car le secteur à l'image d'un secteur en crise. En 2016, 19 millions de voitures ont été produite soit une augmentation de 5,7%.
Le problème c'est que la production a basculé en Europe de l'Est.
Certains pays sont donc gagnants et d’autres, comme la France, sont perdants.
En France en 2005, 3,5 millions de véhicules étaient produits contre seulement 2,1 millions en 2016.
Le grand gagnant est la République Tchèque qui fabrique aujourd'hui plus de voitures que l'Italie, 1,2 contre un million en Italie. C'est d'ailleurs en République Tchèque que PSA fabrique la 106 et la C1.

Néanmoins, certains pays résistent comme l’Allemagne qui a même réussi à augmenter sa production en dix de 5,8 millions à 5,9 millions, dans le haut de gamme.
L’Espagne résiste, elle aussi, avec 2,8 millions grâce à sa maitrise salariale.

La bonne nouvelle c’est que la production de la France repart avec une augmentation cette année de 4% grâce à l’accord de compétitivité signé chez Renault. Cet accord a d’ailleurs été signé par les syndicats au nom de l’emploi.


Eva Roque pour le programme télé

Prodiges à 20h55 sur France 2.

3e saison du concours pour enfants doués en musique, en chant et en danse classique.
Deux heures de spectacle d’une remarquable qualité présentée par Marianne James qui préfère préciser une chose importante.

Elisabeth Vidal est la soprano qui siège dans le jury aux côtés du danseur Patrick Dupont et du violoncelliste Gauthier Capuçon.
15 candidats pour neuf places en finale qui sera diffusée la semaine prochaine. Et des moments magiques comme avec Marin, 12 ans, un clone de Woody Allen avec ses lunettes et sa clarinette.

Prodiges, c’est une compétition sans l’esprit vachard de la compétition. C’est des enfants qui aiment leur art plus que tout, font du sport, jouent au babyfoot en coulisses et écoutent du rap.
C’est surtout beaucoup de talent comme Lucille qui a 12 ans.


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale.

Les fêtes sous la couette dans le Courrier Picard avec un menu de réveillon pas très digeste : un peu de grippe, beaucoup de gastro et de bronchiolite. Les virus sont à l'offensive et des fêtes gâchées pour certains.
Dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, du verre pilé dans la soupe de deux SDF. C'est un couple, inconnu des maraudeurs habituels, qui les aurait servi. Aucun des deux sans-abri n'a été blessé.
La fierté de la Dépêche du Midi avec un nouveau géant mondial basé en Occitanie. Orchestra, installé à Montpellier, rachète le numéro un américain devant un leader mondial de la puériculture et des vêtements pour les enfants de 0 à 14 ans.

L'histoire du jour nous emmène à Avignon.

Au lycée Frédéric Mistral précisément en classe de terminale, section sciences et technologie du design et des arts appliqués, un cursus artistique. Et des élèves qui ont donc poussé la logique jusqu'au bout avec une photo de classe, prise en septembre et récupérée ces derniers jours avant Noël, un peu particulière. Les élèves, ceux qui ont bien voulu, y apparaissent nus au côté de leur prof, leurs parties intimes dissimulées derrière un rectangle noir. En réalité, précise Vaucluse Matin, ces petits panneaux cachent leurs sous-vêtements. "L'idée était de faire croire que l'on était nus sans l'être réellement" explique une élève. "c'est totalement en adéquation avec notre cursus" ajoute une autre. Le proviseur a jugé que c'était décent, qu'il n'y avait pas de nudité et que le projet était artistique. Certains parents ont un peu tiqué. "on a trouvé ça limite" explique une maman. Quant à la Direction Académique, elle qualifie l'initiative de "projet d'établissement réalisé dans les règles de la pudeur".