Armel Le Cleach : au bout de l'exploit

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Sophie Larmoyer, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

Il est beau, il est souriant et surtout il est arrivé !

C'est Armel Le Cleach, le vainqueur du Vendée Globe, qui fait la Une magnifique de L'Équipe qui titre "Au bout de l'Exploit".

Armel Le Cleac'h "Nouveau héros des océans", occupe aussi une partie de la Une du Figaro.

Mais l'autre partie de la Une du Figaro est pour Donald Trump : "Le jour où tout commence pour le Président Trump".

Car c'est bien lui, l'homme du jour. "Le président pas normal", comme l'appelle, en Une, Aujourd’hui en France.

On le retrouve en Une de 20 Minutes : "L'Amérique sourit jaune".

C'est "Le D-Day de Trump", enchaine Direct Matin.

"C'est parti", titre Libération comme pour se donner du courage.

La Croix s'interroge sur "Les inconnues d'une présidence", rappelant que "l'incertitude sur ses orientations reste totale".

Le Monde évoque déjà "Le monde binaire de Trump" ou "Monde "bipolaire". Avec d'un côté ceux qui ont des comptes à rendre aux USA : "la Chine, le Mexique ou l'Europe". De l'autre, ceux qui sont assurés du soutien trumpien : "la Russie et Israël".

Enfin il est "Donald tout puissant" pour L'Opinion.

C'est le dessinateur KAK qui résume "le style Trump". On voit le nouveau président américain marcher vers la Maison-Blanche en disant "Au boulot". Au passage, il met une main aux fesses à la statue de la Liberté qui du coup en fait tomber sa torche.

Bon il y a quand même une petite place pour le débat d'hier soir.

"Studieux mais pas enthousiasmant", juge Aujourd'hui en France qui comme à chaque fois a noté les candidats. Ça donne un 7/10 pour Valls ("Détendu") et Montebourg ("Éloquent"). Bonnet d'âne pour Sylvia Pinel, 3/10, jugée trop "scolaire".


Sophie Larmoyer pour la presse internationale

A la Une de la presse américaine, on parle de l’investiture de Donald Trump. Et le quotidien en ligne Politico s’attarde sur un moment, crucial : ce briefing secret au cours duquel il lui sera expliqué comment déclencher une attaque nucléaire.

On pourrait traduire le titre de cet article comme ça : "Le réveil matin nucléaire de Trump" et en anglais c’est "wake-up call", ça veut aussi dire un peu "voilà, maintenant c’est pour de vrai". Ce briefing nucléaire du nouveau président, c’est un "moment d’humilité", témoigne Andrew Card, qui a été chef de cabinet de George W Bush à la Maison Blanche. Ce fameux "moment", personne ne le raconte de l’intérieur mais l’auteur de l’article, qui est le spécialiste des Affaires étrangères du journal Politico, fait parler des proches collaborateurs de présidents.

C’est secret, donc on ne nous dit pas où et quand ça a lieu mais par le passé c’était souvent le matin même de l’investiture, à Blair House, la résidence officielle des hôtes, à deux pas de la Maison-Blanche. C’est là d’ailleurs que Donald Trump a dormi cette nuit.
 
Et alors, que racontent-ils, ces collaborateurs d’ex présidents ?

Ils racontent qu’on ne sort pas de ce briefing comme on y est entré. Dans ses mémoires, l’ancien porte-parole de Bill Clinton le décrit à sa sortie de Blair House, tôt le matin : "silencieux et plus sombre que je ne l’avais jamais vu". Ému également : le conseiller à la sécurité intérieure du Président Bush sortant, un général, avait les yeux rougis par les larmes dans la rue. Et pourtant, ce briefing est "très très militaire", explique Andrew Card l’ancien chef de cabinet de Bush. "Ce sont les règles, c’est du par cœur", "comme si on vous montrait comment utiliser la télécommande de la télé", ajoute l’ancien chef de cabinet de Bush.

En tous cas ça ne rassure pas tout le monde, de savoir que Donald Trump sera en mesure de décider d’une attaque nucléaire.

Non, Politico rappelle d’ailleurs qu’à la fin de la campagne, 36 anciens officiers chargés du lancement de missiles nucléaires avaient écrit une lettre ouverte affirmant que Trump n’avait pas les qualités requises pour faire face à la pression de cette situation. Obama lui-même avait dit "Comment pouvez-vous lui faire confiance sur les codes nucléaires ? Vous ne pouvez pas !". Eh bien pourtant, écrit Politico, l’Amérique va le faire, vendredi. C’est aujourd’hui.

Et Trump aura déjà les codes nucléaires lorsqu’il prêtera serment, juste avant 18h. Édition spéciale sur Europe 1 à partir de 17h30. Un événement que vous feront vivre Nicolas Poincaré à partir de 18h, puis Sophie Larmoyer de 19 heures à 20 heures.
Directs depuis le Capitol, des invités et des reportages bien-sûr.

Pour plus de détails, cliquez ici.


Eva Roque pour le programme télé

Un jour, un destin à 23h15 sur France 2.

Nouveau portrait de l’équipe de Laurent Delahousse, celui d’une femme et d’une voix : Barbara.

On imagine souvent la chanteuse comme une personne triste, déprimée, solitaire mais ce n’est qu’une infime partie de son caractère.
Vous allez découvrir une femme drôle, farceuse parfois, exigeante tout le temps.

Cette exigence, c’est le fil rouge de ce documentaire. Une exigence qu’elle mettait surtout au service de ses spectacles, pour son public. Sa plus belle histoire d’amour comme elle le chantait.

Le portrait revient sur son histoire familiale pesante, mais surtout sur cette carrière qu’elle a façonnée jusqu’au bout, son engagement contre le sida.
Les archives sont étonnantes, les témoignages justes notamment ceux de Jean-Louis Aubert, de son neveux et des gens qui ont travaillé avec elle.

Le film se termine sur une séquence que l’on avait oubliée.
Le jour de son enterrement en novembre 1997, le public, comme il le faisait les soirs de concert, a chanté.


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale.

Dans les journaux régionaux, il est beau et il est souriant aussi. Car Armel Le Cleac'h est partout ce matin, sacré maitre du globe par le Télégramme pour sa victoire en 74 jours 3 heures et 35 minutes.
Une station de métro sans voyageur ni rame à Marseille. "Scandale au bout du métro" titre la Provence. Tout est prêt depuis deux ans sauf que l'ouverture est reportée à 2018 à cause d'un problème de signalisation. Le projet déjà chiffré à 93 millions d'euros, va en coûter 15 de plus.
500 candidatures pour 30 CDI ! Surprise chez le producteur de champignons La Gontière dont le patron disait dimanche dans la Voix du Nord ses difficultés de recrutement. Problèmes réglés donc sauf que, pour le dirigeant : "il y a décidément un problème d'efficacité des institutions pour faire le lien entre l'offre et la demande d'emploi".

L'histoire du jour c'est une histoire de "tricocot".

Parce que, comme le dit l'Est Républicain, Marie-Thérèse elle trico(co)te avec une copine pour ses poules Coquette, Praline et Aglae. Un peu de laine, des velcros et des trous plus grands pour les ailes ! Après tout, c'est vrai, il fait froid aussi pour les animaux. D'ailleurs, au zoo de Thoiry raconte le Parisien, le chauffage fonctionne en continu ces derniers jours dans les boxes d'Emmen, Adam et Jumapili. Les girafes ne doivent surtout pas prendre froid et pour éviter qu'elles glissent à l'heure de la promenade, du sel est dispersé autour des bâtiments. Pour les autres, les rations sont doublées. Les pattes surveillées aussi pour éviter les engelures. Au moins, soulignent les soigneurs, la bonne nouvelle c'est qu'avec le froid, les parasites sont détruits... "C'est bon pour la santé future des animaux".