Alep, l'autopsie d'un échec

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse nationale pour commencer.

Si vous cherchez le maitre du monde, il fait ce matin la Une d'Aujourd’hui en France qui titre "Comment Poutine impose sa loi".

"Rien ni personne n'est parvenu à faire dévier Vladimir Poutine dans son soutien sanglant à Bachar el Assad. Mais la tragédie d'Alep symbolise aussi l'impuissance de l'ONU et de l'Europe".

La tragédie d'Alep qui fait la Une de très nombreux quotidiens, ce matin encore.

À l'image de 20 Minutes qui titre "Statut Chaos".

"Pourquoi a-t-on laissé faire" ? se demande encore Libération.

Une partie de la réponse est donné par KAK, et son dessin en une de L'Opinion : Poutine explique à son ami Bachar : "Les USA sont paralysés. La Chine et l'Inde s'en foutent". "Et l'Europe?", lui demande le président syrien. "C'est pas gentil de se moquer" lui répond Poutine.

"Et si la France jouait enfin son rôle ?" se fâche l'Humanité qui dénonce, en Une, "L'hypocrisie des faiseurs de guerre".

"Alep, l'autopsie d'un échec" poursuite La Croix.

Seuls Direct Matin qui titre que "La vigilance pour les fêtes" face au risque terroriste.

Le Figaro, qui nous détaille "l'équipe de choc atypique de Donald Trump" regardent ailleurs ce matin.

À ce propos, Atlantico s'est amusé à traduire en français le gouvernement Trump.

Ça donnerait : Premier ministre, Xavier Niel. Ministre de la Famille, Valérie Trierweiler. Ministre de la communication. Gérard Depardieu. Ministre des Affaires Étrangères : Robert Mesnard. Porte-parole du gouvernement et Ministre de l'Économie, Patrick Drahi.

Le Monde, lui, tire le portrait d'un autre potentiel patron de Bercy dans quelques mois : Henri de Castries.

"Bercy, le quai d'orsay, la défense, voire Matignon" on le voit partout en cas de victoire de Fllon. "L'ex patron d'Axa, libéral convaincu et catholique pratiquant , ancien scout, ancien para" . "Le comte Henri de La Croix de Castries, ("Riton" pour les intimes), 62 ans, incarne à lui seul ces particules fines et réussites majuscules qui fascinent et hérissent tout à la fois les français". Politiquement, il semble savoir s'adapter. En 2005, il s'est impliqué auprès de Nicolas Sarkozy. À Hollande il a donné 2.000€ pour sa campagne de 2012. "Je donne à tous mes amis qui font de la politique" dit-il. "J'ai peut-être même fait un chèque à Ségolène Royal". C’est ce qui s'appelle avoir l'esprit ouvert...


Axel de Tarlé pour l'économie

Bruxelles punit la Grèce pour ses mesures sociales, c’est à lire dans Les Échos.

Alexis Tspiras a la main un peu trop généreuse à l'approche de Noël avec notamment deux cadeaux :

- Il a d'abord décidé d'octroyer un petit bonus, pour les petites retraites, une prime d'environ 500 euros, pour 1,5 millions de retraités grecs, qui touchent moins de 850 euros par mois.

- Et puis, il a décidé de ne pas appliquer la hausse de la TVA dans les iles grecques, qui doivent gérer l'arrivée de migrants et de réfugiés syriens.

Résultat, l'Europe est mécontente car ces mesures fiscales ont un coût, surtout le bonus sur les petites retraites qui va couter 600 millions. Ça n'était pas prévu. Du coup, l'Eurogroupe, décide de suspendre les premières mesures d'allègement de la dette grecque. 

C'est très facile de tomber sur l'égoïsme de Bruxelles, "sourd à la colère des peuples".

Maintenant, c'est vrai qu'Alexis Tsipras fait des cadeaux à visée électorale avec l'argent des Européens, qui ont prêté 86 milliards soit environ 250 euros par Français. Avec l'argent des Français, payé par nos impôts. Quand vous prêtez à quelqu'un, souvent vous voulez savoir où va votre argent. Si c'est pour aller au restaurant, vous êtes moins d'accord.

Et puis, la Grèce n'avait pas à se mettre dans cette position humiliante de quémandeur, elle paie aujourd'hui, le prix de ses dépenses inconsidérées pendant des décennies. 


Eva Roque pour le programme télé

20.55 le jeudi diffusé sur France 2 à 20h55.

Une soirée proposée par Laurent Delahousse avec deux documentaires sur Vladimir Poutine.
Le premier retrace son parcours, l’histoire d’un petit bureaucrate qui s’imaginait espion à la James Bond, qui aurait pu sombrer dans la délinquance sans l’intervention de Véra, son institutrice. En 1999, pendant la campagne présidentielle et sous l’œil des caméras, il lui rend visite. L’archive est stupéfiante. Elle lui dit de faire attention à son langage, de ne tuer personne et de bien se tenir.

Les oligarques qui l’ont poussé à la tête du pays pensaient pouvoir le contrôler. Poutine va les mater, imposer sa force et ça plait au peuple russe qui aime son dynamisme et son physique aussi. À la place de Boris Eltsine, alcoolique, et incompétent, Poutine fait figure de héros.
Beaucoup loue son autoritarisme qu’il exprime même devant les chefs d’État étranger.
Comme en 2007 face à Nicolas Sarkozy. Lors du G8, entretien entre les deux hommes. Le président français lui parle droits de l’homme, Tchétchénie. La suite, c’est le journaliste Nicolas Hénin qui la raconte

Le récit de cette accession au sommet de l’État est fascinant.
C’est raconté comme un roman d’espionnage avec des rebondissements, des témoins qui défendent à la fois le pouvoir russe et des opposants.
Tout est expliqué simplement, rien n’est éludé. Il est question de l’Ukraine, de la Syrie et de son amitié avec Trump. Le documentaire se termine là-dessus avec cette question : est-ce que l’alliance des deux hommes n’est pas en train de dessiner un nouveau monde ?


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la presse quotidienne régionale.

Le Charles-de-Gaulle au bercail à la Une de Var Matin. Le porte-avions est rentré hier à Toulon après trois mois d'opération contre Daech en Irak et en Syrie. Il restera 18 mois dans le Var pour révision.

Une voiture pour deux euros par jour. C’est la nouvelle disposition votée par la région Hauts-de-France. Objectif, explique le Courrier Picard, donner un coup de pouce aux plus précaires pour la reprise d'un travail ou d'une formation.

Sud Ouest s'est mis ce matin à l'heure de Lascaux. La nouvelle réplique de la grotte périgourdine ouvre aujourd'hui au public.

L'histoire du jour nous emmène ce matin au pied du sapin, quand l'esprit de noël dérape.

Il était beau pourtant cet oiseau jaune et bleu sur son perchoir. Ça met de la vie dans un salon. Oui, sauf que la bestiole trie les graines et celles qu'il ne veut pas, il les balance en dehors de sa cage. Il chante pendant le film du soir et il lui faut un vétérinaire spécialisé. "Ce perroquet, je n'en pouvais plus" raconte Sandy dans l'Union ce matin. Florilèges de cadeaux ratés, comme le séjour en yourte de luxe pour la grand-mère visiblement pas très fan de l'habitat mongol. La presque toile de maitre de la belle-sœur qui s'est mise à la peinture pour occuper sa retraite. Le robot de cuisine multifonction qui a fini au placard après quelques jours d'utilisation : "trop de nettoyage, raconte Patrick qui est revenu à ses vieilles casseroles. Quant aux cadeaux phares de ces dernières années, les tablettes et autres smartphones, un psychiatre met en garde : c'est le genre de cadeau qui peut être dangereux s'il est offert sans régulation.