2017 : la tentation Front national

  • A
  • A
Le kiosque de Thomas Sotto est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Xavier Yvon, Eva Roque et Marion Calais font le point sur l'actualité du jour.

La presse, ce matin, c'est de la politique.

Aujourd’hui en France fait sa une sur "La tentation FN".
"Electorat traditionnel de la gauche, les fonctionnaires et les ouvriers tournent le dos à François Hollande" et "Le centre, c'est moi !" s'énerve François Bayrou en une de l'Opinion. Le patron du Modem visiblement agacé de voir un certain Emmanuel Macron marcher sur ses plates-bandes.

Libération se prend pour Eva Roque et fait sa une sur "la politique à la télé" : "Certains l'aiment show !".

La politique "ailleurs", c'est avec Direct Matin

"Hillary Clinton repart au combat" et "La candidate veut conserver son avance" écrit le gratuit.

Seulement voilà, en face, il y a Donald Trump. "Qui a profité de l'éclipse et des bourdes de son adversaire pour se poser en rassembleur". Et remonter dans les sondages. D'où cette question, posée en une du Figaro : "Trump va-t-il gagner" ?

Sinon, faute d'actu marquante, chacun joue sur ses fondamentaux.

Ainsi, La Croix nous parle religion : "Islam, un chantier pour la République".
L'Humanité de manif : "Loi El Khomri : retour de la contestation sur tous les fronts".
 
Et puis en lisant Aujourd’hui en France, vous risquez de vous fâcher avec votre pull en angora. Une association a infiltré pendant plusieurs mois six levages français de lapin angora, il y en a une trentaine dans le pays. Des animaux effroyablement maltraités puisque les poils sont arrachés, et non tondus, tous les 100 jours. À force de mauvais traitements, la peau se déchire. Souvent, ils meurent de choc thermique en hiver et 100% des pulls étiquetés "angora français" sont obtenus de cette manière.



Axel de Tarlé pour l'économie

"Dites adieu à vos numéros de téléphone", c’est à lire dans les Échos.

Combien de numéros de téléphone connaissez-vous ? Un ou deux maximum. Là où autrefois, on en connaissait plein et que l’on avait de petits agendas contenant nos numéros de téléphone.
Cette façon de faire est désormais ringarde puisque maintenant le téléphone passe par Internet où l’on n’a pas besoin d’un numéro pour être reconnu puisqu’une simple adresse mail suffit.
La preuve est que sur certaines Messagerie, comme Messenger, on peut engager une conversation téléphonique sans numéro de téléphone.

C'est ce qui fait dire au patron de Sewan, un opérateur télécom qui signe une tribune dans les Échos, que l'adresse courriel a vocation à devenir notre identifiant universel.
Nous n’aurons plus besoin de donner notre numéro de portable, un mail suffira pour chater. La communication vocale est de moins en moins utilisée puisque l’an dernier, la communication moyenne était de six minutes.


Eva Roque pour le programme télé

L’émission politique à 21 heures sur France 2.

Exit Des paroles et des actes. Désormais, ce sera L’émission politique, c’est le titre et ça a le mérite d’être clair. Avec, toujours, David Pujadas entouré de Léa Salamé et Karim Rissouli.
Et l’invité de cette première émission n’est autre que l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy.

À priori rien de révolutionnaire. En fait la question est "comment parler de politique quand les Français ne cessent d’affirmer leur défiance à l’égard des politiques ?".

Il y a ceux qui choisissent de construire un programme autour d’un invité, comme Vie Politique sur TF1, sans succès d’audience.
Dimanche, Laurence Ferrari espère convaincre sur C8 avec Punchline dont l’originalité, sur papier, est de décrypter les petites phrases de la semaine et donner la parole à des jeunes qui voteront pour la première fois en 2017.

Il y a ceux ensuite qui évitent l’invité unique.
Sur France 5 le dimanche, Karim Rissouli, dans C politique retracera la semaine en image avant de passer le relais à Bruce Toussaint pour C polémique, un débat entre journalistes, personnalités de la société civile et responsables politiques.

Et puis en octobre, il y aura Karine Le Marchand sur M6 avec Ambition intime.
Des portraits façon L’amour est dans le pré avec ce genre de musique en fond. Pour avoir vu le portrait de Bruno Le Maire et de Nicolas Sarkozy, c’est assez surprenant.

Reste à savoir si les téléspectateurs seront-ils plus sensibles aux confidences plutôt qu’au débat d’idée ?


Marion Calais pour la presse quotidienne régionale

Trois Unes dans la Presse quotidienne régionale.

Ce sondage pour la presse régionale, notamment dans le Courrier Picard. Conclusions : la gauche absente au second tour, Marine Le Pen en tête au 1er, mais battue ensuite quel que soit le candidat de la droite.
Dans Presse Océan, le dossier Notre Dame des Landes avec le feu vert à l'intervention. Le préfet vient de publier les derniers arrêtés préalables au début des travaux.
Le cauchemar des punaises de lit à la Une de la Provence. Marseille est envahie, des immeubles entiers se plaignent d'être infestés.

L'histoire du jour c'est une enquête fouillée du Midi Libre sur Ali Bongo. Pourquoi le Midi Libre sur Bongo ?

Parce que le président gabonais a passé une partie de son enfance dans le Gard entre 1965 et 1967 comme Midi Libre le prouve. Le quotidien a mené l'enquête parce qu'au Gabon, tout au long de la campagne, la biographie officielle d'Ali Bongo a été contestée. Ses détracteurs assurent qu'il a été adopté au Biafra à l'époque où lui dit avoir été scolarisé à Alès. Ce passage par le Gard, Midi Libre en atteste donc ce matin avec des témoignages à l'appui. D'anciens camarades témoignent comme Zohra qui se souvient que personne ne le croyait quand il disait qui étaient ses parents. Il y a ces photos aussi et notamment celle fournie par l'ancien instituteur de celui qui s'appelait à l'époque Alain Bongo, avant la conversion de sa famille à l'islam. On y voit un petit garçon noir, chapeau sur la tête dans une barque en plastique avec un autre enfant. Et là où c’est drôle, c’est que cette petite fille a elle aussi fait une carrière politique : elle est devenue adjointe à la culture du maire d’Alès !


Xavier Yvon pour la presse américaine

Donald Trump et Hillary Clinton viennent chacun de publier des bilans médicaux. Alors est-ce grave docteur ?

Mais non tout va bien, évidemment, nous avons deux candidats en excellente santé à en croire leurs médecin personnel. Le résultat est le même, mais le style est différent pour les donner. Dans la bataille des stéthoscopes, Donald Trump a choisi d’aller à la TV, son élément naturel. Il s’est invité au Dr Oz Show, une émission médicale très populaire avec un médecin star controversé. L’émission a été enregistrée et sera diffusée ce soir, nous avons néanmoins eu droit à un petit extrait. La question du Dr Oz : "pourquoi ne voulez-vous pas publier votre bulletin de santé ? " et la réponse théâtrale de Donald Trump.

Et voilà Donald Trump qui sort de sa veste des feuilles pliées contenant son rapport médical. L’effet est garanti. On ne sait pas ce qu’il y a dessus, il faudra regarder l’émission pour le savoir puisque les seules infos que l’on a pour le moment sont que Donald Trump prend des médicaments anti-cholestérol et qu’il est en surpoids. Il pèse aujourd’hui près de 110 kilos ce qui, vu sa taille, le classe dans la catégorie "obèse" d’après le New York Times.

Hillary Clinton, elle, a fait plus sobre, à son image : une lettre de son médecin avec deux pages très denses qui expliquent d’abord la pneumonie, légère et comment elle est traitée mais également beaucoup de chiffres. Elle n’a pas, elle, de cholestérol mais on nous apprend qu’elle voit régulièrement un dentiste. Conclusion, elle est parfaitement apte à devenir présidente des États-Unis.

On peut donc dire ce matin "rien de neuf docteur".