Trump à la tribune des Nations Unies, licenciements annoncés chez Nokia et la série "Quadras" sur M6 : le kiosque d'Europe 1

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe 1 Week end
Partagez sur :

International, économie, télévision... François Clémeneau, Emmanuel Duteil et Eva Roque livrent leur point de vue du jour.

>> International : Donald Trump va s'exprimer pour la première fois depuis la tribune des Nations Unies à New York

Le président américain va s’exprimer ce mardi pour la première fois depuis la tribune des Nations Unies à New York pour l’ouverture de son assemblée générale annuelle. Et on est bien entendu impatient de savoir le message qu’il tient à délivrer au reste du monde…

Ce sera effectivement un test de plus pour savoir si, neuf mois après son arrivée à la Maison Blanche, il a fini par adopter une ligne de conduite diplomatique moins brouillonne, plus internationaliste, c’est-à-dire plus active dans la recherche de compromis ou bien plus nationaliste, plus repliée sur ses stricts intérêts au mépris de l’action collective telle que l’illustre justement le travail des Nations Unies.

Et à votre avis ?

Et bien cela dépend de qui aura le plus d’influence sur le texte qu’il prononcera. S’il s’agit uniquement de son speech writer Stephen Miller, cela risque d’être brutal. Ce jeune conseiller de 32 ans est l’auteur du discours d’investiture de Donald Trump, jugé à l’époque très incendiaire. C’est un proche de l’ancien gourou de Trump, le fameux Steve Bannon, inspirateur de l’extrême droite américaine. Et si je vous dis que Miller a comme livre de chevet, parmi d’autres, l’œuvre de Charles Maurras, vous vous dites que le discours à l’ONU sera sévère pour cette institution, accusée par Trump lui-même il y a quelques années d’être minable, autrement dit qui ne mérite pas les 7 milliards de dollars que Washington lui verse chaque année.

Mais Miller n’est pas le seul à avoir mis la main sur ce discours…

Non, il y a aussi certainement Nikki Haley, l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU dont tout le monde dit qu’elle déménage mais plutôt dans le bon sens. Conservatrice certes, c’est l’ancienne gouverneure de Caroline du Sud, mais fille d’immigrés indiens avec un talent politique pour négocier et bâtir des majorités, notamment sur la Corée du Nord. C’est elle qui a travaillé main dans la main avec Antonio Guterres, le patron de l’ONU, sur un projet de réforme des Nations Unies moins dépensier, plus efficace et mieux contrôlé. Elle a accepté le job à l’ONU qu’à la condition de faire partie du conseil des ministres de Trump et ses collègues estiment qu’en effaçant progressivement le secrétaire d’Etat Rex Tillerson, elle finira sans doute par prendre sa place. Avec elle, donc, davantage de visibilité de l’Amérique aux Nations Unies et dans le monde, davantage d’actions unilatérales aussi pour montrer que l’Amérique d’abord n’est pas qu’un slogan de politique intérieure.



>> Economie : plan social annoncé chez Nokia

Benjamin Griveaux le secrétaire d'Etat à l'économie doit en effet rencontrer ce matin la direction de Nokia. Une rencontre qui intervient à la suite de l'annonce d'un nouveau plan de licenciement en France.

Oui, quand on parle de Nokia en France c'est en fait l'ancien Alcatel... Alcatel qui a fait rêver une génération entière d'ingénieurs. Il faut dire que ça a été dans les années 90 l'un des principaux groupes industriel de France. A l'époque, c'était un gigantesque conglomérat qui était dans plein de métiers comme l'énergie, les trains etc. Mais à cause de terribles erreurs industrielles, de virages technologiques loupés, d'un recentrage sur les télécoms ratés, l'entreprise s'est effondrée. Elle a dû fusionner avec l'américain Lucent en 2006... nouveau naufrage... et en 2015 c'est le finlandais Nokia qui met la main dessus. Mais là encore, ce n'est pas si simple : 400 suppressions de postes annoncées l'an dernier, encore près de 600 il y a quelques jours, ce qui fait le 8ème plan social en 10 ans.

Mais comment s'explique ce nouveau plan ?

Selon la direction de Nokia, c'est que le marché des télécoms est plus compliqué que prévu. Les investissements en 4G que l'on connait tous commencent à se tarir. Il faut dire que l'on commence à être bien équipé. Mais problème, la 5G, qui doit permettre d'avoir encore plus de données met du temps à se mettre en place. Du coup, Nokia se dit obligé de faire plus d'économies que prévu et donc de couper dans ses effectifs un peu partout dans le monde.

Mais en France ils avaient pris des engagements sur l'emploi lors du rachat ?

Lors du rachat d'Alcatel, Nokia s'était engagé à stabiliser les emplois, c'est-à-dire à rester autour de 4.200 collaborateurs d'ici à fin 2017 donc d'ici à la fin de cette année. Stabiliser, ça ne veut pas dire garder tout le monde, ça veut dire que l'on peut se séparer de certains et en embaucher d'autres dans d'autres divisions.

Justement, ils s'étaient engagés à embaucher 500 ingénieurs d'ici fin 2018. Il va falloir qu'ils se pressent un peu, ils en sont à seulement, selon eux, à 194 recrutements ce mardi matin. Officiellement, ils chercheraient des profils compliqués à trouver dans la 5G, dans la cyber sécurité et dans l'internet des objets donc si vous avez des CV à faire passer allez-y !

Et puis on peut aussi s'arranger un peu avec les dates. C'est ce que fait Nokia. Le plan social annoncé il y a quelques jours entrera en vigueur en 2018-2019 donc après l'engagement signé avec l'Etat. Donc du coté de Nokian on estime que l'on tient les engagements. Mais je peux vous dire que ce discours énerve beaucoup à Bercy. Dans l'entourage de Bercy, on parle de désinvolture concernant Nokia. La direction va donc avoir intérêt à arriver avec un dossier bien fourni.



>> Télévision : Quadras, nouvelle série sur M6

Voici une série française à découvrir sur M6 : Quadras. Une comédie qui fait du bien. L'histoire d'Alex et Agnès, la quarantaine. C'est le jour de leur mariage. Le plus beau jour de leur vie… jusqu'au moment du discours de la mariée. Grâce à des flash-backs, on va découvrir comment est née leur relation.  Un an auparavant, Alex était encore un homme marié. Infidèle mais marié.
Alex et Agnès, ce sont François-Xavier Demaison et Alix Poisson, servis par (enfin !) des dialogues travaillés et ils excellent ! Ils forment un couple des plus crédibles.
La réussite de cette série repose aussi sur tous les autres protagonistes : la belle-mère sorcière, le copain qui ne se remet pas d'une peine de coeur, la sœur de la mariée dépressive, l'invité pot de colle. Une galerie de personnages croustillants. Ils sont parfois caricaturaux mais on s'en moque. Le copain du marié par exemple, médecin de profession est en boucle depuis le début de la journée : il a retrouvé sa voiture le matin totalement défoncée. Après avoir raconté cette mésaventure à tous les convives adultes, il décide de rejoindre les enfants qui jouent tranquillement.
Quadras, c'est l'histoire de nos névroses, de nos passions, de nos amours et désamours. Impossible de ne pas se retrouver dans un de ses personnages. Une série en 8 épisodes à ne pas manquer. M6 a bien fait d'investir de nouveau dans la fiction…