Quand la Chine se met elle aussi au "soft power", la réforme de la participation d’Emmanuel Macron et Charles Aznavour, invité de Claire Chazal dans Entrée libre

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

International, économie, télévision...Didier François, Emmanuel Duteil et Eva Roque livrent leur point de vue du jour.

International - Didier François

Didier François a testé la nouvelle application en anglais du Quotidien du Peuple, elle permet depuis hier d'obtenir la propagande du Parti communiste chinois sur smartphones.

Pour l'instant, on n'avait que les sites russes comme Spoutnik, Russia Today ou le compte Twitter de Donald Trump, pour s'abreuver en faits alternatifs.
Maintenant on aura en plus la version des Chinois qui se sont dit qu'après tout, puisque ça avait l'air de marcher, il n'y avait pas de raison pour qu'ils se privent d'investir ce nouveau champ de la désinformation.
Et comme tout ce qu'ils font ils le font plutôt bien, l'application du Quotidien du Peuple est assez réussie dans la forme en tous cas. Elle est moderne, tendance et épurée avec tous les codes du Net actuels.
Une photo du jour, celle de la forêt de Benxi parée de ses couleurs automnales, c'est superbe et il n’y a rien à dire.
Et puis du panda il y en a, du panda qui mange, du panda qui dort et les 19 bébés pandas nés cette année au Centre national du panda.
Tout a été parfaitement bien conçu pour attirer le public occidental.

C'est d'ailleurs l'objectif affiché du gouvernement chinois ?

Tout à fait, ils n'en font aucun mystère.
En présentant son application, le directeur du Quotidien du Peuple a clairement affiché la couleur : "Nous nous efforçons de faire ce qu'a demandé le président Xi,.bien parler de la Chine et bien répandre sa parole pour renforcer son influence et sa présence internationale"..
C'est on ne peut plus clair, c'est de la bonne propagande à l'ancienne sous une couche de vernis un peu branchée.
Il suffit d'ailleurs d'analyser les principaux articles proposés dès la page d'ouverture du site.

Comme par hasard. Ce sont les deux thèmes du congrès du Parti communiste chinois qui doit s'ouvrir mercredi.

Un congrès très important pour le président Xi Jinping. Il devrait finir d'écarter les derniers représentants de la Ligue de la jeunesse communiste, qui étaient ses principaux opposants.
Et qui veut absolument positionner la Chine comme une puissance économique et politique incontournable sur la scène internationale.
C'est une ambition désormais très explicite que l'on retrouve dans tous les texte de ce congrès qui n'exclue d'ailleurs pas une certaine forme de chantage militaire. Comme on a pu le voir tout au long de l'année avec une militarisation en forme d'annexion d'ilots isolés en mer de Chine.
Ce que la version anglophone du Quotidien du Peuple va tenter de faire oublier avec ses vidéos de pandas.


Économie - Emmanuel Duteil

Après la flexibilité une réforme de plus sur la table pour assurer un peu de sécurité aux salariés : la réforme de la participation et de l’intéressement.
Le président de la république était donc hier soir à la télévision pour expliquer sa politique. En matière économique pas de grosses annonces, mais la réforme de la participation et de l’intéressement.

Cette réforme aura lieu l’an prochain. Alors qu’est ce qui existe aujourd'hui ? Il y a l’intéressement qui peut être mis en place dans toutes les entreprises, ce n’est pas obligatoire c’est le résultat d’un accord entre syndicats et direction. Et la participation qui est obligatoire, elle, dans toutes les entreprises de plus de 50 salariés. On peut ajouter aussi les plans d’épargne entreprise. Le but de ces dispositifs qui peuvent se cumuler c’est de récompenser chaque année les salariés en fonction des performances de l’entreprise selon un calcul qui n'est pas toujours très simple.

Est-ce répandu ?

Malheureusement pas encore assez. Seulement 55% des salariés du secteur privé ont eu accès en 2015 (ce sont les derniers chiffres disponibles de la dares qui dépend du ministère du travail) à un de ces dispositifs. Ce sont dans les grandes entreprises et dans certains secteurs d’activité comme l’énergie, la banque ou l’assurance que ces compléments de rémunération sont les plus répandus. Un chiffre le montre bien, sur les 17 milliards d’euros distribués en 2015, 16,4 milliards l’ont été par des entreprises de plus de 10 salariés. Pour ceux qui le touche, c’est tout de même très intéressant. Ça a représenté en 2015, 2.422 euros en plus par an. Pour beaucoup, c’est donc plus qu’un 13e mois.

En quoi y a-t-il besoin aujourd’hui de réformer ces dispositifs ?

Pour le moment on a aucune information sur la réforme qui sera menée. Le président a juste affirmé que ce sera pour l’an prochain mais il y a clairement des pistes d’amélioration. Ces dispositifs restent un peu compliqués à comprendre pour les salariés. C’est très inégalitaire surtout en fonction de la taille des entreprises. Il y a donc intérêt à simplifier tout cela. Et puis si on veut demander des efforts aux salariés, si on veut que l’entreprise soit plus agile dans les temps compliqués, il faut absolument beaucoup plus les associer à la vie de l’entreprise. Pour cela, un juste partage des gains et puis surtout une meilleure information globale de la santé de l’entreprise seront des points importants pour améliorer les relations en entreprise.


Programme télé - Eva Roque

Claire Chazal reçoit ce soir Charles Aznavour dans son magazine culturel sur France 5

L’homme n’en finit pas de raconter sa vie, sa carrière et sa conception du métier.
À 93 ans, et alors qu’il s’apprête à entamer une nouvelle tournée le 13 décembre prochain, il regarde avec curiosité la nouvelle scène française, conseille aux rappeurs d’utiliser des dictionnaires de synonyme, dit aimer Jean-Jacques Goldman, un auteur à succès. N’utilisez surtout pas le mot "tube" !

Des succès il en a eu, 1.400 chansons écrites pour lui et pour les autres comme Retiens la nuit pour Johnny Hallyday.

Un entretien avec Aznavour, c’est toujours un peu déroutant. L’homme est sûr de lui, il affiche ses convictions, rembarre parfois le ou la journaliste qui l’interviewe. Et puis au détour d’une phrase, il avoue son admiration pour un homme.
Ce soir, il évoque avec émotion Lino Ventura qui lui fera un cadeau : l’interprétation de sa chanson qu’il juge la plus importante de sa carrière, Sa jeunesse.

À voir ce soir sur France 5, une demi-heure rythmée et qui nous permet d’en savoir encore un peu plus sur Charles Aznavour.