Pourquoi la Chine ne veut pas sanctionner la Corée du Nord, quel avenir pour le propriétaire de La Halle et une émission sur la cantine scolaire : le kiosque d'Europe 1

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

International, économie, télévision... François Clémenceau, Emmanuel Duteil et Eva Roque livrent leur point de vue du jour.

>> International : Pourquoi la Chine ne veut pas sanctionner la Corée du Nord ?

Depuis le test nucléaire nord-coréen dimanche, Pékin refuse ouvertement de rejoindre les Occidentaux dans leur volonté de punir la Corée du Nord. La Chine ne peut-elle ou ne veut-elle pas ?

C’est les deux. Et c’est d’autant plus vrai que dans un régime tel que la Chine communiste, pouvoir et vouloir vont généralement de pair. Au printemps dernier, on a vu que la Chine était non seulement capable de s’associer aux résolutions du Conseil de sécurité qui condamnent la Corée du Nord, mais qu’elle pouvait même prendre des sanctions économiques contre son voisin, notamment en gelant ses importations de charbon. Mais là, alors que les choses sont encore plus graves avec l’essai d’un missile intercontinental et un test de bombe H, la Chine recule. Elle en appelle au dialogue.

Et on devine que derrière ce mot de dialogue se cache autre chose…

Évidemment, la Chine est gênée par les provocations du régime de Kim Jong-Un parce qu’il s’agit autant d’un pied de nez gravissime aux capitales occidentales qu’à Pékin. Mais elle peut aussi s’en servir comme d’une monnaie d’échange avec les Américains. C’est ce que les diplomates appellent le "freeze and freeze". La Chine obtiendrait ainsi le gel du programme nucléaire nord-coréen en échange du gel des activités militaires américaines en Corée du Sud, y compris le gel d’une installation des batteries de missiles anti-missiles que la Chine perçoit comme menaçant à son encontre. On le voit, la Chine ne veut pas d’une déstabilisation de la Corée du Nord qui finirait par une réunification des deux Corées. Elle s’en sert donc comme d’un État tampon. C’est extrêmement cynique.

En attendant, puisque les Nord-Coréens continuent de courir après la bombe, rien ne marche ; ni la menace américaine, ni l’appel au dialogue chinois…

C’est ce qui fait dire à beaucoup d’experts qu’à défaut d’une frappe et d’un risque de guerre, il n’y a plus désormais qu’une option : obtenir une négociation, non plus sur le démantèlement total du programme nucléaire et balistique nord-coréen mais sur l’accès de la Corée du Nord au seuil de la puissance nucléaire, un peu comme avec l’Iran. Mais vu que l’Amérique de Donald Trump déteste tout autant l’accord sur le nucléaire iranien que le chantage de la Chine pour éloigner l’Amérique de sa zone d’influence, tout cela risque de continuer crescendo.  Les experts évoquent même un nouvel essai de missile intercontinental pour le week-end qui vient. 


>> Télévision : une troisième émission de M6 pour améliorer les repas de nos enfants

Partant du constat que la nourriture des enfants est vraiment mauvaise, quatre chefs (tous vus dans l’émission Top Chef de M6) débarquent dans deux cantines de Béthune (Pas-de-Calais) pour tenter de changer les choses. À savoir, pousser le personnel de la cuisine centrale à utiliser des produits frais, remotiver les cantinières et les pousser à cuisiner et non pas à sortir des barquettes sous cellophane et surtout donner envie aux enfants de goûter de nouvelles saveurs.

Une mission qui a duré trois mois, qui a fonctionné, mais qui nécessite des investissements, du personnel et une volonté politique… Et ce n’est pas gagné comme vous pourrez le constater mercredi soir.

C’est un documentaire, un magazine, un divertissement ?

Un peu tout ça à la fois. De bonnes informations, les facéties des chefs notamment celles de Norbert Tarayre et les remarques des enfants apportent de la légèreté. Et sur le fond c’est extrêmement intéressant parce que l’émission permet d’aborder des problématiques concernantes. La nourriture à l’école est une question de santé publique qu’une émission de télé ne peut pas résoudre évidemment, mais reconnaissons au programme la qualité de faire avancer le débat.

SOS Cantine, les chefs contre-attaquent est à découvrir sur M6 mercredi soir à 21h.