Ouverture du congrès du PCC, le départ surprise de Franck Riboud de la présidence de Danone et Le monde en face : Police sur fil

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

International, économie, télévision... François Clémenceau, Emmanuel Duteil et Eva Roque livrent leur point de vue du jour.

International - François Clémenceau

La Chine est devenue la deuxième puissance militaire mondiale

Le 19e congrès du parti communiste chinois s’ouvre aujourd’hui à Pékin. Il va renforcer le pouvoir du président Xi Jinping dont l’un des objectifs est de faire de l’armée chinoise la première du monde.

Les optimistes vous disent que l’armée nationale populaire vient de loin, qu’elle est en pleine transformation et qu’il lui faudra du temps avant de devenir une grande puissance militaire. Elle n’a que deux porte-avions à propulsion diesel-électrique contre dix pour les États-Unis à propulsion nucléaire. Mais le Pentagone, lui, voit les choses différemment. Le général Dunford, chef d’état-major de l’armée américaine, disait ceci il y a à peine deux mois à son retour de Pékin : "la Chine deviendra la première menace militaire pour notre pays en 2025". Or en termes de planification, 2025 c’est demain. Quant à l’amiral Prazuk, chef d’état-major de la marine française il déclarait ceci il y a trois mois devant la Commission de la défense : "La Chine, en quatre ans, a construit l’équivalent de la marine française en bateaux et sous-marins. En juillet, il y avait plus de bâtiments chinois en Méditerranée que de bâtiments français".

Il faut dire que la Chine a les moyens financiers d’une telle ambition.

Bien sûr, plus vous êtes riches, plus vous avez envie de vous armer pour défendre cette puissance économique. Ces dix dernières années, le budget militaire chinois a augmenté de 8,5% par an. En 2010, la Chine a dépensé 123 milliards pour sa défense, c’est-à-dire quatre fois le budget militaire de la France. En 2020, ce sera, selon les experts, 230 milliards, presque huit fois le nôtre. Certes, ce sera toujours deux fois moins que les américains. Mais ce sont des chiffres qui font réfléchir.

D’autant qu’il s’agit de prendre de l’avance aussi.

La Chine veut défendre son expansion économique partout. En Mer de Chine bien sûr et jusque dans l’océan Indien, raison pour laquelle elle a créé sa propre base à Djibouti. Mais elle veut être capable aussi d’avoir une longueur d’avance sur le plan technologique. C’est ainsi qu’elle a testé son premier missiles non plus supersonique mais hypersonique, capable d’aller à plus de 5.000 kilomètres/heure. Et elle n’a jamais autant dépensé que dans le domaine exo-atmosphérique, c’est-à-dire la guerre de l’espace avec la capacité d’armer des satellites pour aller en détruire d’autres. Puissance économique, nucléaire, militaire, spatiale, celui qui n’a pas la panoplie complète est hors-jeu. Voilà l’ambition de Xi Jinping.

Programme télé - Eva Roque

Le monde en face : Police sur fil à 20h50 sur France 5

Quand cinq policiers acceptent de raconter leur quotidien, entre crise de vocation et la peur pour leur vie.

Alors qu’Emmanuel Macron doit annoncer aujourd’hui son dispositif pour "une police de sécurité du quotidien", France 5 donne la parole à cinq policiers.

Cinq hommes qui ont choisi de raconter leurs doutes, leurs peurs et leurs désillusions sur ce métier qu’ils ont tant souhaité exercer. Comme Roméo, dont la voix est modifiée.
Sierra, lui est une jeune recrue. Sur le terrain, quand sa hiérarchie lui demande de ne pas intervenir, il a du mal à se contenir.

La réalité de leur fonction, c’est cette exigence imposée par la hiérarchie de faire du chiffre. Contrôler et verbaliser toujours plus, entrer dans les statistiques.

Héros au lendemain des attentats du 13 novembre, conspués et maltraités quelques semaines plus tard dans les manifs, les policiers ont bien du mal à se situer dans cette société. Le documentaire est d’autant plus intéressant qu’ils reconnaissent cette violence qu’ils portent aussi en eux. Ils racontent leurs erreurs et leurs volontés de changer cette situation.

Des témoignages précieux pour comprendre l’état d’esprit des forces de l’ordre aujourd’hui.


Économie - Emmanuel Duteil

Un patron atypique sur le départ.

Franck Riboud pourrait totalement passer la main aujourd'hui chez Danone.

Une page se tourne donc chez Danone, Franck Riboud pourrait aujourd'hui totalement passer la main.

En effet, il y a un conseil d'administration aujourd'hui chez Danone, il semble très probable qu'à l'issue Franck Riboud passe totalement la main. Alors attention il n'est pas viré, il souhaiterait juste accélérer ce qui était prévu. Depuis 2014, il a déjà lâché une grosse partie de son pouvoir et il n'est plus que président du conseil d'administration. C'est Emmanuel Faber le vrai patron. Logiquement, la transition aurait dû durer encore un peu mais Franck Riboud estimerait qu'Emmanuel Faber est prêt et que ça ne sert à rien d'attendre. Pour le remercier de ses services, Franck Riboud (qui restera administrateur) pourrait avoir un titre symbolique comme président d'honneur.

C'est en tout cas un patron atypique qui va lâcher les rênes.

Rien que cela dans le capitalisme français, c'est assez étonnant. Il a lâché son titre de PDG à 58 ans en 2014 et là, à seulement 61 ans, il devrait prendre encore plus de champ. Son style est aussi atypique. Jamais de costume cravate, il a le tutoiement assez facile et préfère largement son scooter à toutes les voitures de fonction. C'est un héritier, il a reçu l'entreprise fondée par son père. Depuis sa nomination à la direction en 1996, Danone a changé complètement de visage. Il a vendu les trois quarts des marques qui étaient là à son arrivée. Il a pourtant doublé le chiffre d'affaires. On ne le sait pas toujours mais aujourd'hui c'est la nutrition infantile qui est le plus gros pole de l'entreprise. Il a totalement réformé le secteur des eaux, Evian est devenue une marque mondiale. D'un groupe européen, il a fait un groupe mondial qui n'arrête pas de grossir. Récemment, Danone s'est renforcé aux États Unis sur le marché des produits laitiers. Il a essayé, malgré des plans sociaux encore récents, de continuer à développer l'entreprise selon les fondements de son père : développement économique ne peut pas aller sans respectabilité sociale.

Donc Danone c'est un groupe solide, mais les défis ne manque pas ?

Effectivement tout va plutôt bien chez Danone mais il faut consolider cet héritage. Danone a besoin d'écrire une nouvelle histoire et a besoin pour cela d'un management plus clair. C'est un géant mais un géant au capital très éclaté. Et ça, ça fait de Danone une proie pour un gros concurrent. Par exemple, Franck Riboud n'a plus que 0.05% de Danone. Le monde de l'alimentation se réinvente aussi partout dans le monde. Les consommateurs veulent une alimentation saine et de proximité, un défi pour les géants mondiaux. Et Danone compte bien rester aux avants postes dans les années à venir. Mais il ne sera pas loin, quand on s'appelle Riboud on a pas besoin d'un titre ronflant pour peser disait un ami à lui.