Mouvement 5 étoiles en Italie,le moral des patrons et la télé peut changer les choses

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe 1 Week end
Partagez sur :

International, économie, télévision... François Clémenceau, Emmanuel Duteil et Eva Roque livrent leur point de vue du jour.

La télévision - Eva Roque

Quand la télé fait bouger les choses.

Le 7 septembre dernier, Eva Roque évoquait un reportage intitulé Et la jeunesse, bordel. Bonne nouvelle ce jeudi matin.

Quelle est cette bonne nouvelle ?

La télé a des vertus. Rappelez-vous : le 7 septembre dernier, Eva Roque vous présentait un documentaire diffusé sur France 3, Et la jeunesse bordel. Un film qui reflète une réalité : un jeune sur quatre est au chômage et un sur cinq vit sous le seuil de la pauvreté.

Pendant un an, le réalisateur Jean-Charles Doria a suivi huit d’entre eux, et notamment Benjamin, 21 ans qui après trois ans de petits boulots décidait de reprendre ses études pour obtenir une licence en informatique. Il a quitté le nord et sa famille, direction Aix pour vivre dans un mobil-home avec sa copine.

Sauf que le jour de la rentrée, l’administration a rejeté contre toute attente sa candidature, un extrait filmé en caméra cachée.

Résultat, impossible pour Benjamin de reprendre sa scolarité et retour aux galères du quotidien. Sauf que le lendemain de la diffusion du reportage, le recteur de l’Académie de Nice a contacté en personne le jeune homme et l’a inscrit en DUT dans son académie. Benjamin peut donc reprendre ses études et surtout, va pouvoir arrêter de multiplier les CDD en parallèle, car il s’agit d’une formation en alternance, et donc rémunérée.

Mais ce n’est pas tout. Le réalisateur Jean-Charles Doria a également annoncé à Eva Roque que Benjamin et son amie vont pouvoir emménager dans un logement étudiant de 32m2 au loyer très modéré.

Précision importante : si Europe 1 en parle ce matin, c’est bien parce qu’Eva Roque a discuté avec le réalisateur et la société de production Tony Comiti. En aucun cas, il ne s’agit d’une volonté du recteur de médiatiser ce dossier.