Lancement de la campagne électorale au Japon, le Salon du livre de Francfort et hommages à Jean Rochefort

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

International, économie, télévision... François Clémenceau, Emmanuel Duteil et Eva Roque livrent leur point de vue du jour.

International - François Clémenceau

Les Japonais voteront dimanche 22 pour renouveler leur Parlement. Ce sont des élections anticipées décidées par le premier ministre Shinzo Abe qui souhaite apparemment vouloir jouer la carte de la menace extérieure exercée par la Corée du Nord.

On l’oublie toujours un peu, mais le Japon n’est pas uniquement le pays de Fukushima. C’est aussi une nation menacé par la Corée du Nord et la Chine. C’est aussi la troisième économie du monde par son PIB sur une surface deux fois plus petite que la France et deux fois plus peuplée. Depuis 2012, le premier ministre s’appelle Shinzo Abe. Et à chaque fois qu’il se trouve en difficulté, il dissout la Chambre pour pouvoir rebondir. Il l’a fait en 2014 alors que la croissance du pays était descendue très bas. Il relance les dés aujourd’hui pour se redonner du large alors que l’opposition démocrate est toujours très affaiblie mais surtout parce que la tension avec la Corée du Nord est à son paroxysme.

Vous voulez dire qu’il joue sur la peur des électeurs.

Pas forcément. Il s’aperçoit que les japonais sont très inquiets des provocations répétées de la Corée du Nord, qu’à chaque passage de missile nord-coréen par-dessus le Japon ou à proximité, les Japonais sont obligés de descendre aux abris. Il y a donc une psychose réelle dans le pays. Or Shinzo Abe est un nationaliste qui croit que le temps de la posture pacifiste du pays est terminé. Que le pays doit changer sa Constitution pour se donner non seulement les moyens sérieux de se défendre, sans obligatoirement dépendre uniquement du bouclier américain. C’est sur ce registre et sur celui de l’homme qui veut conserver un ton très ferme face à la Corée du Nord que Shinzo Abe veut obtenir le renouvellement de la confiance.

Est-ce que ça peut marcher ?

C’est probable, même si une personnalité un peu macronienne vient d’émerger au premier plan de la scène politique. Elle s’appelle Yuriko Koike, 65 ans, c’est la très populaire gouverneure de Tokyo et elle vient de fonder le parti de l’Espoir qui se veut ni de droite ni de gauche mais avec des mesures aussi fortes que le revenu universel et la fin du nucléaire tout en souhaitant, comme Shinzo Abe, muscler l’armée japonaise pour répondre aux menaces extérieures. Son parti sera présent dans la moitié des circonscriptions. Insuffisant sans doute pour gagner mais suffisant pour fragiliser la donne et devenir un possible partenaire de coalition. Qui de Kim Jong, par la peur, ou de Yuriko Koike par l’espoir transformera le Japon. Réponse le 22 octobre.


Économie - Emmanuel Duteil

Emmanuel Macron se rend au Salon du livre de Francfort aujourd’hui où il vantera les vertus de la traduction. Nos livres français se vendent à l'étranger mais c'est en effet bien difficile.

Emmanuel Macron se rend à Francfort au Salon du livre où la France est invitée d'honneur. L'exportation est un marché capital pour le secteur.

L'exportation représente environ un cinquantième du chiffre d'affaires total du secteur. Bien évidemment, les principaux marchés pour les livres écrits en français ce sont d'abord les pays francophones avec dans l'ordre Belgique, Suisse et Canada. À elle seule, la Belgique a représenté l'an dernier un quart de toutes nos exportations. On peut citer aussi, même si ce sont de plus petits marchés, le Maroc, l'Algérie et l'Afrique Noire comme la Cote d'Ivoire. Au-delà des pays francophones, les auteurs français sont particulièrement lu dans le texte au Royaume Uni (4e du classement), en Espagne et en Allemagne. Les États-Unis, 9e du classement, représentent moins de 3% de nos exportations.

Même si les auteurs français sont lus, il y a quand même pas mal de freins.

Oui et ça ne va pas en s'arrangeant. Le plus important c'est la faiblesse des librairies francophones à l'étranger. On peut citer le cas de New York où la dernière librairie francophone a fermé en 2009. Il a fallu beaucoup d'abnégation pour rouvrir en 2014 un espace au sein des services culturels. Ça s'appelle Albertine et c'est superbe par ailleurs si vous êtes de passage à New-York. L'un des freins c'est aussi la diminution de l'influence de la francophonie dans le monde notamment en Europe. Du coup, les exportations vers les pays non francophone se sont fortement tassées ces 10 dernières années.

Peut-on lire les auteurs français traduits ?

À l'exception des best-sellers c'est compliqué parfois d'avoir de bonnes traductions. C'est pour cela qu'Emmanuel Macron va beaucoup insister aujourd'hui à Francfort sur ce point, c'est déterminant pour booster les auteurs français à l'étranger. Ce qui marche en traduction, ce sont bien sûr les grands noms comme Marc Levy, Guillaume Musso ou Michel Houellebecq qui cartonnent par exemple en Allemagne. Il y a aussi quelques grands classiques. Mais la fiction n'arrive qu'en troisième place des livres traduits. Ce qui marche à l'étranger ce sont les livres jeunesse, c'est ça notre vrai carton, c'est ce que l'on vend le plus, suivi de la bande dessinée. Les principales langues de traduction sont le chinois, l'espagnol et l'italien alors que l'anglais n'est que 4e. Même si on ne manque pas d'atouts, il y a donc encore beaucoup de travail pour populariser nos livres à l'étranger. Une mise en avant comme celle du salon de Francfort est un point important.


Programme télé - Eva Roque

Hommages à Jean Rochefort

Au lendemain de la mort de Jean Rochefort, les déprogrammations sont nombreuses. L’occasion de revoir avec plaisir le comédien dans ses plus grands rôles.

Ce soir, Jean Rochefort est à l’honneur

Après l’hommage quasi inexistant à Claude Rich, celui très modéré à Mireille Darc, les chaînes ont tout de suite réagi à la disparition de Jean Rochefort, c’est tant mieux et légitime.

Ce soir, France 2 diffuse ainsi les aventures d’Etienne Dorsay alias Jean Rochefort, marié à Marthe et qui tombe amoureux de Charlotte. Un éléphant, ça trompe énormément, c’est surtout un film sur l’amitié. Avec aux côtés du comédien Guy Bedos, Claude Brasseur et Victor Lanoux.
Et comme l’un ne va pas sans l’autre, à 22h45, suite des aventures avec Nous irons tous au paradis, signé encore et toujours Yves Robert et Jean-Loup Dabadie aux dialogues.

Mercredi Arte proposera Le mari de la coiffeuse, excellent film de Patrice Leconte, pendant que Paris Première réserve sa soirée à Jean Rochefort dimanche avec Les grands ducs et la diffusion d’un entretien.

Sur MyCanal, une série de films sont mis à disposition : de Cartouche au Crabe Tambour en passant par Que la fête commence.

Et puis, il faut également aller sur Youtube, taper le boloss des belles lettres et vous découvrirez un programme court incarné par Jean Rochefort. La grande littérature en langage bolosse incarnée par le comédien avec son élégance et sa drôlerie notamment quand il revisite Les liaisons dangereuses.