La Corée du Nord qui veut faire croire qu'elle a la bombe H, les loyers de l'ancien qui continuent de progresser et "Belmondo, l'enfant terrible" : le kiosque d'Europe 1

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

International, économie, télévision... Didier François, Emmanuel Duteil et Eva Roque livrent leur point de vue du jour.

>> International : quand la Corée du Nord veut faire croire à l'occident qu'elle possède la Bombe H

Pyongyang assure avoir réussi à tester une bombe thermonucléaire, seulement les spécialistes rencontrés par Didier François n'en sont pas si sûr...

En effet, les experts qui ont accès aux données les plus secrètes de cet essai n’excluent pas que nous ayons été victimes d'une très savante mise en scène du régime nord-coréen pour tenter de nous faire croire qu’il maîtrisait cette fameuse bombe H, la technique la plus sophistiquée en matière d'arme atomique. C'est celle qui permet de miniaturiser des charges très puissantes, d’en mettre plusieurs sur une seule fusée, de les envoyer beaucoup plus loin et donc d'être bien plus difficile à intercepter.

Avec une bombe H, on entre dans le club très fermé des grandes puissances et on devient pratiquement intouchable.

Seulement c'est très difficile à maîtriser

On appelle la bombe H la "couscoussière" parce que c’est une bombe à deux étages. Le premier étage, c’est l’allumette, une amorce qui va produire des particules de très haute énergie et déclencher la fusion de l'étage thermonucléaire. C’est très complexe. La Corée du Nord avait déjà tenté un essai, il y a exactement un an, sans succès.

Mais cette fois l'explosion a été dix fois supérieure à celle de 2016

C’est vrai, mais on aurait pu obtenir une explosion aussi puissante avec une très grosse bombe A. Comme l’essai était souterrain, donc invisible pour les satellites, il va falloir analyser finement les données sismographiques pour voir s'il y a bien eu deux explosions en une fraction de nanoseconde et pas une seule. Dans ce cas, ce serait vraiment une bombe H.

C’est ce qu'assurent les Nord-coréens. Ils ont même publié une photo de Kim Jong-Un posant devant une bombe à deux étages. Et c'est là qu'ils en ont fait un peu trop, car aucun pays n'a jamais publié une photo de ses têtes nucléaires c’est beaucoup trop sensible.

Ce serait quand même une machination très sophistiquée ...

Oui, mais pour un grand gain diplomatique. Le simple fait d'introduire ce doute a totalement paralysé la riposte des grandes puissances nucléaires. Parce qu'en matière de dissuasion, personne ne peut prendre le risque d'agir sans certitude. Même Donald Trump, qui avait pourtant promis "le feu et la colère" à la Corée du Nord, a été obligé de rétropédaler. Et pour le Kim Jong-Un, c’est une victoire diplomatique qui n'a de prix.

>> Télévision : "Un jour, un destin" consacré à Jean-Paul Belmondo

Jean-Paul Belmondo, c'est 75 films et une trentaine de pièces au cours de la carrière que retrace Laurent Delahousse vendredi soir dans "Un jour, un destin". On y découvre un homme épris de liberté, un acteur qui a porté à la fois les films de la Nouvelle Vague, mais aussi tout le cinéma populaire français.

Belmondo raconté par ses amis et les cinéastes qui ont travaillé avec lui, c’est croustillant, ça ressemble à du Audiard, avec son lot de cascades – et de blessures – ses amours, ses amitiés et ses inimitiés dont celle avec Alain Delon, le trac qui l’envahit quelques minutes avant de monter sur scène quand il décide de jouer Kean...

Et puis, il y a la famille. Ses parents, et les enfants. Il n’acceptait aucun tournage en juillet et en août pour pouvoir passer l’été avec sa famille. Et les images d’archives sont étonnantes. À travers ce portrait, c’est 50 ans de cinéma que nous traversons. 

À noter que dimanche, Laurent Delahousse lancera aussi son nouveau rendez-vous "19h le dimanche". Il sera à l’antenne de 19h à 21h pour des magazines, de l’info et de la culture.