La Catalogne, des constructeurs automobiles qui boudent le salon automobile de Francfort et la série "Frequency" sur TF1 : le kiosque d'Europe 1

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

International, économie, télévision... François Clémenceau, Emmanuel Duteil et Eva Roque livrent leur point de vue du jour.

>> International : sommes-nous tous des Catalans ?

Si vous vous mettez à la place des Catalans, au-delà du sentiment séparatiste et du fait que cette région a son histoire, sa propre langue, sa culture et donc une identité à part, il y a de la part de ses dirigeants une revendication économique et sociale. Regardez : la Catalogne, c’est 7,5% du territoire espagnol, mais la deuxième région la plus peuplée du pays avec 16% de la population, mais 19% du PIB alors que son déficit public est deux fois moins important que celui de l’Etat espagnol et que son taux de chômage est inférieur de trois points à la moyenne nationale. Et donc, les indépendantistes à Barcelone se disent : pourquoi payer nos impôts à Madrid à un gouvernement central incompétent et qui nous méprise ?

Mais si l’on se met à la place de Mariano Rajoy, le premier ministre espagnol conservateur ?

Sa réaction, sa colère et sa promesse de tout faire pour empêcher la tenue du référendum catalan le 1er octobre ne tient pas vraiment au fait qu’il soit conservateur. Car lorsque les socialistes dirigeaient le pays, il y avait cette même méfiance vis-à-vis des thèses séparatistes. Quant aux deux autres partis qui ont émergé ces dernières années, les anciens indignés de Podemos à gauche et les centristes de Ciudadanos, on ne peut pas dire non plus que ce soient des sympathisants des causes indépendantistes. Cela vient aussi d’un héritage culturel bâti autour de l’unité espagnole du Royaume, surtout après la guerre civile et la dictature de Franco. Après chacune de ces phases, Madrid a fini par accorder de plus en plus de droits aux provinces, sous l’autorité bienveillante du Roi d’Espagne, mais pas au prix de la séparation. Et certainement pas en se soumettant à la violence comme cela aurait pu être le cas face aux indépendantistes basques.

Autrement dit, la grande majorité des Espagnols sont contre cette indépendance de la Catalogne et même au-delà de chez eux, en Europe…

Bien sûr, laisser les Catalans obtenir leur indépendance, ce serait respecter le droit à l’autodétermination des peuples qui fait partie du droit international. Mais cela veut dire aussi ouvrir les vannes à tous les séparatismes, de la Corse à la Bretagne, en passant par l’Ecosse. Il y a un remède à cette tentation du puzzle, cela s’appelle la décentralisation. En Espagne, beaucoup a été fait depuis Franco, mais peut-être pas assez.


>> Télévision : la série Frequency

Ce soir, TF1 lance deux nouvelles séries US.

Oui, et je choisis celle qui est diffusée le plus tard. Je ne le fais pas exprès mais Frequency est de meilleure qualité que Conviction diffusée en première partie de soirée. Frequency, c’est l’histoire de Raimy Sullivan, jeune femme flic dont le père a été tué lors d’une opération d’infiltration. Elle avait alors 8 ans et son monde s’est effondré. Dans le garage, le père et la fille avaient un jeu. Ils adoraient se servir d’une vieille radio comme elle le raconte à son petit ami. Or cette radio se remet mystérieusement en marche et Raimy entend la voix de son père. Lui est toujours en 1996. Et elle en 2016.

Un soupçon de surnaturel donc, mêlé à des enquêtes policières et à une histoire de famille. Raimy va vouloir sauver son père, bouleverser le temps, mais modifier le passé provoque forcément des réactions en chaîne. Le cours de sa vie n’est plus le même. Le duo père-fille tentera cependant de résoudre des affaires criminelles datant de plusieurs décennies, mais attention à ne pas trop intervenir dans cet espace temps.

C’est prenant, déroutant parfois, avec un scénario plutôt classique mais le rythme de la série et les fameux cliffhangers, vous savez ce rebondissement à la dernière minute de l’épisode, vous retiennent devant l’écran.