Fusillade à Las Vegas, Inauguration du nouveau centre logistique d’Amazon près d’Amiens et de E.T. à Jurassic Park, l'épopée du cinéma familial

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

International, économie, télévision... François Clémenceau, Emmanuel Duteil et Eva Roque livrent leur point de vue du jour.

International - François Clémenceau

Le président Trump se rendra demain sur les lieux de la tuerie de masse qui a endeuillé l’Amérique toute entière. Il a parlé de "mal absolu" mais sans dire un mot de la législation sur les armes à feu aux États-Unis.

Qu’il s’agisse d’un acte terroriste ou pas, la question est en effet la même : comment se fait-il que l’on puisse trouver aussi facilement dans ce pays des armes automatiques et des munitions. Le tueur de Las Vegas en avait huit dans sa chambre d’hôtel et encore plus dans sa maison ainsi que des dizaines de chargeurs. Or pour Donald Trump, la réponse à ce genre de massacre c’est au contraire que davantage d’armes soient en circulation afin de faciliter la neutralisation des criminels. Il l’avait dit à propos des attentats du 13 novembre à Paris : s’il y avait eu des citoyens armés dans le Bataclan, les terroristes auraient pu être plus facilement mis hors état de nuire. Une bonne partie des gouverneurs des Etats républicains pensent comme lui et ont d’ailleurs étendu progressivement les autorisations de porter des armes : dans les parcs nationaux, sur les campus universitaires ou même dans les églises.

Est-ce qu’au moins le Congrès ne pourrait pas lui forcer la main pour changer la loi fédérale ?

Non, la quasi-totalité des élus républicains qui détiennent la majorité à la Chambre comme au Sénat ne veulent pas de loi qui réduise la portée du 2e amendement de la Constitution qui garantit la liberté du port d’armes. Et même si les démocrates reprenaient la majorité en novembre 2018, il n’est pas certain qu’ils s’y attaqueraient. Les seuls efforts qui ont été faits dans ce domaine datent de la présidence Clinton lorsqu’un contrôle a été instauré sur les armes de guerre mais en aucun cas pour en limiter le nombre. Quant au contrôle sur les casiers judiciaires ou sur les profils psychiatriques des acheteurs, il faudrait qu’il soit centralisé au niveau fédéral pour avoir de l’effet et la plupart des États fédérés n’en veulent pas.

Reste la Cour Suprême…

C’est effectivement là que se jouent les choses en dernier ressort. Mais depuis que Donald Trump a nommé le juge Gorsuch au printemps dernier, la majorité conservatrice à la Cour s’est renversé à cinq juges contre quatre plus modérés. Et compte tenu de l’âge d’au moins deux magistrats centristes ou proches des idées démocrates, ce rapport de forces pourrait passer à six juges contre trois en faveur du statu quo sur ce sujet qui divise profondément la société américaine. Autant dire qu’il y aura d’autres Las Vegas tant qu’on ne s’attaquera pas à cette liberté totale d’avoir des armes chez soi.


Économie - Emmanuel Duteil

Amazon se développe à marche forcée en France. Selon une information Europe1, Amazon va annoncer aujourd’hui la création de son plus gros centre logistique de France.

Emmanuel Macron est à Amiens aujourd'hui où il se rend sur le site de Whirpool. On se souvient de sa venue houleuse dans l'entre-deux tours. Cet après-midi, il sera chez Amazon qui ouvre sur place son nouveau centre logistique et il arrivera avec une très bonne nouvelle.

Emmanuel Duteil peut vous révéler que le président de la république va inaugurer le centre logistique d’Amazon à Amiens et qu’il va en profiter pour annoncer le lancement d’un projet encore plus gros. Ce sera à Brétigny sur Orge dans l’Essonne, un centre logistique encore plus gros. Ça devrait permettre, selon nos informations, la création de 1.000 postes en trois ans. Ce centre doit ouvrir l’an prochain, ce sera le 6e d’Amazon en France. Le but c’est couvrir toujours plus de territoire pour livrer le plus possible et surtout le plus vite possible.
Donc cet après-midi, Emmanuel Macron va se réjouir du développement d’Amazon en France et pourtant il aimerait bien que le géant américain paie plus d’impôts chez nous.
En effet Emmanuel Macron a passé son week-end à dénoncer ces géants américains qui ne paient pas assez d'impôts dans les pays où ils sont. Et à peine rentré en France, il se rend chez l'américain Amazon qui est justement très doué en optimisation fiscale. C'est impossible de savoir combien d'impôts Amazon paie chez nous. Quand vous les interrogez, vous avez le droit à un laconique : "Amazon s'acquitte de toutes les taxes requises dans chacun des pays où nous sommes implantés".

Mais quels sont les impôts dont ils parlent ?

Depuis 2015 Amazon a créé une succursale en France. Quand vous regardez vos factures c'est bien cette succursale qui est indiquée, Emmanuel Duteil a d’ailleurs vérifié sur son dernier achat de livre. Mais tous les spécialistes qu’il a eu en ligne sont affirmatifs, Amazon limite au maximum ses bénéfices en France pour payer moins d'impôts. Comment ? Selon un concurrent, ils instaurent par exemple une redevance de marque, ou des frais pour la technique à payer au siège au Luxembourg à la fiscalité plus avantageuse. Luxembourg où vous avez tout de même 2.000 personnes qui travaillent pour Amazon. Vous vous doutez bien que ce n'est pas que pour traiter le marché du grand-duché.

Mais avec tous ces emplois Amazon devient important pour la France.

En effet, tout le monde y trouve son compte. Sans parler de Brétigny, Amazon aura embauché 1.500 personnes cette année en France. Ça portera à la fin de l'année le nombre de salariés à 5.500 en France. On ajoutera donc les 1.000 de Brétigny. Et dans ces zones comme Amiens ou Brétigny, très impactées par le chômage, on se bat pour avoir un géant comme Amazon. Ce sont de grosses retombées sur place, alors difficile de résister à ces sirènes surtout quand on sait quel point Amazon est un rouleau compresseur qui conquiert à un à un tous les pans de la consommation.


Programme télé - Eva Roque

De E.T. à Jurassic Park, l’épopée du cinéma familial à 20h55 sur France 4.

Eva Roque nous offre une bouffée de nostalgie cinématographique avec un documentaire diffusée sur France 4. Direction les années 80 !

France 4 a choisi de s’intéresser au cinéma des années 80 ?

Oui et particulièrement aux grands succès populaires venus des États-Unis et pour beaucoup signés, Steven Spielberg. C’est Christophe Carrière qui nous raconte cette épopée.
En mai 1982, le festival de Cannes se termine avec la projection de ce qui va devenir un film culte. C’est une petite fille de sept ans qui vous raconte l’histoire. Drew Barrymore, enfant star de ET, avec la voix française de la fille de Christophe Carrière.
E.T. devient le symbole de ce cinéma des années 80. Un ciné réalisé par un grand enfant pour les enfants, les petits, et ceux qui ont gardé leur âme d’enfant.

Deux ans plus tard, le surnaturel est encore de mise avec de gentils fantômes.

Ghosbusters ravit les ados et notamment un certain François-Xavier Demaison.

Des succès racontés par des comédiens, par leur réalisateur aussi et analysés par un sociologue du cinéma. Ça donne un documentaire réjouissant. Une bonne dose de nostalgie dans laquelle on plonge avec délice.