Bernie Sanders en librairie, un nouveau patron chez Uber et l'émission Qui sera le prochain grand pâtissier ? : le kiosque d'Europe 1

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

International, économie, télévision... François Clémenceau, Emmanuel Duteil et Eva Roque livrent leur point de vue du jour.

>>International :  Bernie en librairie


Le livre de Bernie Sanders sort mercredi en librairies. Le rival d’Hillary Clinton aux primaires démocrates y raconte sa campagne, mais pas uniquement. C’est une sorte de testament à la jeunesse américaine.

Oui, la preuve par le titre de ce bouquin de 240 pages : le Guide de Bernie Sanders pour la révolution politique. Le sénateur du Vermont, qui va avoir 76 ans la semaine prochaine, entend bien se représenter pour un troisième mandat au Sénat en 2018 mais il y a peu de chances qu’il se place pour la présidentielle de 2020. Il est donc un peu dans sa dernière ligne droite et il veut passer le flambeau. Ce livre, il l’a écrit pour les jeunes qui voteront pour la première fois en 2020 afin de leur communiquer sa fougue et ses valeurs.

Mais on a vu pourtant que face à Hillary Clinton, il avait perdu

Il a perdu de peu mais en suscitant un réel enthousiasme auprès des jeunes. Le problème c’est que l’an dernier, une bonne partie de ses troupes a fait le choix de l’abstention en refusant de voter pour Clinton et pas mal de ses supporters ont même voté pour Trump. Ce qui est un comble quand on voit qu’aujourd’hui les jeunes américains de gauche sont ultra-mobilisés contre les initiatives de Donald Trump, que ce soit sur l’immigration, le climat et surtout sur la cause identitaire. Mais on l’écoutera demain à Chicago où il fera un grand discours, Sanders n’entend rien lâcher, comme dirait Jean-Luc Mélenchon qui s’en est beaucoup inspiré. Pour lui, le parti démocrate tel qu’il est aujourd’hui est condamné.

Il a raison ?

A ce stade, il n’a pas tort. Le parti est en lambeaux. Il a perdu quatre des cinq dernières élections partielles. Il n’a pas de ligne pour la campagne de mi-mandat qui vient de débuter. Ses dirigeants sont invisibles. Ses élus font de l’obstruction au Congrès. Le seul qui fasse l’unanimité, c’est Barack Obama, c’est la star que l’on regrette et ce n’est pas hasard si l’ancien président est en train de monter une fondation qui va former des jeunes à la politique. Non pas comme le souhaiterait Sanders pour faire la révolution, transformer les Etats-Unis en une social-démocratie qu’elle ne sera jamais, mais pour les impliquer dans la politique d terrain, la pauvreté dans les villes, les questions de santé, les droits civiques, la place des femmes, les valeurs démocratiques face au populisme. Un jeune sur deux seulement s’est déplacé aux urnes l’an dernier. Pour les remobiliser, certains démocrates rêvent d’un Macron américain qui ne soit ni de droite ni de gauche. Pas simple, et il ne reste qu’un an pour le trouver.



>> Economie : un nouveau patron chez Uber


Le service de VTC Uber s'est trouvé un nouveau patron. Et mine de rien, ils en ont bien besoin

Oui en effet, ceux qui prennent des taxis en centre-ville connaissent bien Uber ou ses alter ego. L'arrivée de l'américain en France fin 2011 a été une vraie révolution. Paris a été la première ville hors des Etats Unis à en avoir. Tout le monde ou presque peut devenir chauffeur, tout passe par une simple application sur son téléphone. Uber est quasiment devenu un nom commun pour parler de tous ses secteurs bousculés par le digital on parle de plus en plus d'ubérisation, ce qui a déclenché vous vous en souvenez surement une énorme guerre avec les taxis en France.

Mais en quoi l'arrivée d'un nouveau patron est si symbolique au point d'en parler ce matin Emmanuel ?

Le fondateur d'Uber qui s'appelle Travis Kalanick a été tout simplement été viré il y a quelques semaines. C'est pourtant lui qui, parti de rien à San Francisco, avait créé cette start-up. Uber vaut aujourd'hui des dizaines de milliards de dollars. Mais voilà, on peut être un petit génie avec une très bonne idée mais être très très mauvais en management. Vous en avez peut être entendu parler, ses méthodes très fantasques ont été dénoncées, ke sexisme de certains dirigeants également. On a aussi parlé d'un logiciel chargé d'espionner les forces de l'ordre !!! Et si on ajoute à cela toutes les plaintes partout dans le monde contre le business d'Uber jugé anti concurrentiel et l'échec en Chine, c'est vraiment une entreprise qui connait une vraie crise de croissance.

Et donc qui est l'homme providentiel ?

Le poste a été disputé. Des grands noms comme la patronne d'Hewlett Packard, même si elle a démentie, se sont battus. Et finalement, c'est l'actuel patron d'Expédia dont je vais vous passer sous silence le nom tant il est difficile à prononcer (Dara Khosrowhshahi) qui a obtenu selon la presse américaine le poste, ce qui va être officialisé dans les heures à venir. Il va avoir un travail titanesque. Il va devoir redorer l'image de l'entreprise, renouer les liens avec les autorités et faire oublier le terrible management de l'ex-patron d'Uber. Bref ça ne va pas être simple d'en faire à nouveau une affaire qui roule.


Télé :  Qui sera le prochain grand pâtissier ? sur France 2 

C'est le retour d’une émission de cuisine qu’on croyait enterrée. France 2 relance en effet pour la 4ème fois, Qui sera le prochain grand pâtissier ? à 20h55 ce mardi.

C'est l’émission à regarder après avoir dîné et après avoir fermé à double tour ce placard dans lequel vous planquez les tablettes de chocolat. Qui sera le prochain grand pâtissier ? est un concours culinaire réservé aux jeunes pâtissiers professionnels. Ils sont 9, ils ont entre 22 et 29 ans et sont passionnés.

Qui dit concours de cuisine, dit jury avec trois professionnels, et un présentateur issu lui-même d’une émission télé, Top chef en l’occurrence, et il s’appelle Jean Imbert. Et comme à chaque fois, il est là pour minuter les épreuves et stresser les candidats. 

Ce n’est pas très original comme format d’émission…Vous avez raison. Mais ce concours culinaire a une saveur supplémentaire.

L’émission est rythmée par un tas de conseils et d’explications sur les termes employés. C’est bienveillant et surtout extrêmement bien filmé. Chaque dessert devient une œuvre d’art.Donnez une pomme aux candidats (vous, vous faites quoi avec ?) et les voilà en train d’imaginer des trompe l’œil, de souffler dans du sucre comme dans du verre, ou encore de sculpter de la glace… C’est bluffant. Cependant… une remarque. Et de taille. C’est long. Beaucoup trop long. 2h20 pour cette première émission de la saison, quel dommage. A vouloir être trop gourmand avec la longueur du programme, on risque l’écoeurement…