Prélèvement de l'impôt à la source, la prédiction d'une banque américaine pour Rio et une grenade retrouvée dans un sac à patates : les experts d'Europe 1 vous informent

  • A
  • A
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Christophe Barbier, Claire Fournier, Aude Vernuccio et Guillaume Genton font le point sur l’actualité du jour et vous livrent leurs indiscrétions.

Claire Fournier, experte économie

La France fera mieux à Rio que lors des précédents Jeux Olympiques, c'est la toute puissante banque américaine Goldman Sachs qui l'affirme.

Même chez les économistes on aime bien s'amuser de temps en temps.
Chez Goldman Sachs, on se livre à chaque compétition sportive au petit jeu des pronostics. Le pari est donc que, pour ces JO, la France décroche 36 médailles, dont 11 en or.
Pour rappel, la France avait décroché 34 médailles lors des Jeux de Londres en 2012.
La France serait donc en septième position, avec sur le podium les trois mêmes puissances qu'en 2012: Les États-Unis, la Chine et la Grande-Bretagne (avec respectivement 45, 36 et 23 médailles d’or).

Sur quoi se base Goldman Sachs?

C'est un modèle assez compliqué qui englobe les performances olympiques passées, le statut de "pays hôte" qui constitue un avantage mais aussi la taille de la population, et surtout un indice fourre-tout qui se base sur l'environnement politique, institutionnel et économique, sur les niveaux de productivité et de croissance notamment.
Selon Goldman Sachs, "un pays est plus à même de produire des athlètes de haut niveau dans un environnement de haut niveau".
Avec ce modèle Goldman Sachs avait "vu juste" sur 10 des 11 pays qui gagnerait l'or et les 65 médailles de la Grande-Bretagne.

La banque américaine est aussi optimiste sur le Brésil.

Le Brésil pourrait réaliser en sa qualité de pays organisateur sa meilleure performance de l’histoire des Jeux d’été, avec 22 titres, dont cinq en or.
En revanche, l'organisation des jeux ne devrait pas être suffisante pour bénéficier de manière significative au Brésil qui traverse une grave crise économique et politique. La banque voit quand même un prélude à la fin de la récession au Brésil. L’esprit olympique pourrait "aider à réveiller l’esprit animal de l’économie brésilienne". 

Tout ça c'est très bien et ça fait plaisir à entendre (surtout les 11 médailles d'or pour la France) mais il faut rappeler le pronostic de Goldman Sachs pour l'Euro, c'est la France qui devait gagner !