Microsoft rachète LinkedIn et comment l’exécutif regarde la mobilisation contre la Loi Travail : les experts d'Europe 1 vous informent

  • A
  • A
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

François Clauss, Antonin André et Axel de Tarlé font le point sur l'actualité du jour.

Antonin André, expert politique

La politique c’est cette journée de mobilisation que la CGT annonce comme très spectaculaire, quelques jours avant la rencontre entre Philippe Martinez et Myriam El Khomri.Vu de l’Élysée, on voit cette journée comme le baroud d’honneur de la CGT.

"Les trains roulent, l’essence coule à flot, les poubelles sont ramassées" Voilà ce que l’on entend dans les couloirs du palais, comme un air de légèreté au terme de trois mois et demi de mobilisation anti-loi travail. A l’Élysée on estime que le bras de fer est gagné et que la CGT est en train de plier.La journée d’aujourd’hui serait la tournée d’adieux, le baroud d’honneur avec une très forte mobilisation attendue parce que la CGT a bien préparé les choses en amont. Baroud d’honneur pour l’Élysée, démonstration de forces pour le syndica,t on est bien dans une bataille de communication après quatre mois de conflit. Le président a joué la stratégie de l’usure, du lent déclin de la mobilisation et au final il le dit et le répète "la loi travail passera". Persuadé que d’ici plusieurs mois, son bilan en sera crédité: non seulement il aura tenu bon mais la primauté de l’accord d’entreprise sur les branches marquera du sceau du réformisme le quinquennat.

Philippe Martinez a pourtant l’air très déterminé, il est venu nous le redire hier, d’autres journées d’action sont programmées Qu’est ce qui montre qu’il est en train de fléchir ?

Il change. Première phase au début du conflit, en mars Philippe Martinez refuse systématiquement de venir au ministère du Travail pour discuter, il ne veut voir que le président de la République et il pose un préalable : le retrait de la loi.
Aujourd’hui, le retrait n’est plus un préalable et Philippe Martinez accepte de voir la ministre du Travail qui ne lui réserve en rien un traitement d’exception. Myriam El Khomri le reçoit comme elle a reçu Jean-Claude Mailly de FO vendredi dernier et Laurent Berger la semaine d’avant. Aucun traitement de faveur pour Monsieur Martinez contrairement à ce que lui vend dans les médias pour se faire mousser auprès de sa base.

Le gouvernement a gagné et la CGT a perdu, c’est la conclusion ?

Non ! ce serait trop simple ! Sept Français sur 10 ont une mauvaise opinion de Philippe Martinez et près de sept français sur 10 rejettent la loi Travail. C’est perdant perdant. Quatre mois de chienlit imposé aux Français pour une loi qu’ils désapprouvent et qui est mal née. Personne n’en tirera un crédit politique. Vous noterez qu’au cours de ces trois derniers mois, Manuel Valls le réformateur a battu son record d’impopularité dans l’opinion.

Axel de Tarlé, expert économie

Microsoft rachète le réseau social professionnel "Linked in" pour 23 milliards d'euros. C'est la plus grosse acquisition, jamais réalisée, par la firme de Bill Gates.

Microsoft veut frapper un grand coup pour rattraper son retard sur Internet. 23 milliards d'euros c'est énorme, c'est plus que la valeur de Renault EDF ou Vivendi.
Tout ça pour racheter un site Internet déficitaire.

C'est quoi, exactement, Linked in ?

De façon très simple, c'est un site où vous déposer votre CV. C'est un peu le Facebook professionnel sauf qu'au lieu de montrer vos photos de vacances, vous montrez vos compétences et vos réalisations. Ainsi, vous vous créez un groupe d'amis ou plutôt de relations, vous créez un réseau professionnel en ligne.

Pourquoi Microsoft rachète-t-il "Linked in" ?

Microsoft reste très bien implanté dans les entreprises avec les ordinateurs qui tourne toujours sur Windows.
L'idée c'est d’intégrer Linked In dans cet univers professionnel Microsoft. Ainsi, par exemple, si vous voulez monter une chaine de crêperies en Australie, immédiatement Linked In vous proposera un expert en crêperie et un expert en restauration australienne.
Microsoft veut ainsi devenir un géant des services professionnels en ligne.

La Greffe peut-elle prendre ? Est ce que le géant Microsoft ne va pas tuer "Linked In" ?

Ça, c'est le nouveau défi des grandes entreprises.
Avant, les innovations étaient développé en interne et il suffisait de les propulser.
Aujourd'hui, les grandes entreprises rachètent des start-up innovantes et toute la difficulté c'est de savoir intégrer ces start-up et de les faire grandir.
C'est ce que fait à merveille Facebook avec What's Ap ou Instagram.
C'est clairement un défi managérial pour Microsoft.