Les cadeaux que les Français ne veulent pas avoir à Noël

  • A
  • A
Les experts d'Europe 1 est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Axel de Tarlé, Anne Le Gall, Alex Taylor et Alexandre Kara font le point sur l'actualité du jour.

Axel De Tarlé, expert économique

A trois semaines de Noël, vous vous intéressez aux cadeaux de Noël avec une étude sur les cadeaux qui font le plus rêver les Français et ceux qu'ils redoutent.

LSA a publié les résultats d'une étude pour laquelle on a demandé aux Français, hommes et femmes confondus,quels sont les cadeaux de Noël qui les font rêver.
A l'heure où certains n'ont pas encore fait leurs cadeaux, ça peut peut-être les aider :

A la cinquième place de ce classement, on retrouve les voyages.
A la quatrième place, ce sont les vêtements.
A la troisième place, tout ce qui est high-tech et multimédia
A la seconde place, le grand classique "chèque cadeau"
Et sur la première place du podium, on constate que les Français sont plus dans l'élégance et dans l'éphémère avec le parfum.
 

La deuxième partie de l'étude qui est plus intéressante encore, les cadeaux que les Français ne souhaitent pas recevoir et qu'il ne faut donc pas offrir :

La cravate est visiblement un accessoire redouté en ouvrant le paquet cadeau.
La machine à soda est tout aussi détestée des Français
La perche à selfie, elle aussi, décevra la plupart des personnes à qui on l'offrira
Mais les cadeaux les plus décevants sont sans conteste le fer à repasser ou encore l'aspirateur.
 
En même temps : Personne n'a l'idée d'offrir un aspirateur ou un fer à repasser comme cadeau !

Les Français préfèrent désormais vivre des expériences de voyages, de spectacle ou même de parfum. C'est la grande tendance du moment, on veut vivre des choses plutôt qu'avoir des choses.
C'est donc l'usage plus que la possession qui attire les Français.

 Bon courage pour vos cadeaux de Noël.


Alexandre Kara, expert politique

Hier matin, interrogée sur notre antenne, Marine Le Pen s’est différenciée sur plusieurs sujet de Marion Maréchal. C'est à se demander si entre la tante et la nièce tout va bien ?

En ce moment entre les deux femmes c’est plutôt silence radio. Officiellement pour cause de campagne mais en réalité pour cause de rivalité parce que dans cette campagne des régionales, c’est aussi le futur du Front national qui se joue. Si l’une est élue et pas l’autre, ça peut changer beaucoup de chose dans le leadership du parti.

On a senti par exemple que sur la question de l’éventuelle fermeture du planning familial, elles n’étaient pas sur la même longueur d’onde.
Pour deux raisons, d'abord il y a la stratégie politique. Marion Maréchal en s’attaquant au planning familial fait le pari de séduire un électorat du sud-est de la France plus conservateur alors que le Nord, longtemps ancré à gauche, Marine le Pen l’a compris est plus sensible sur ce sujet.
Et puis il y a la question des convictions personnelles, Marion Maréchal à une culture Front national plus traditionnelle, plus conservatrice sur les questions sociétales.

Est-ce que ces divergences sont anecdotiques ou peuvent-elles jouer sur la suite ?
Elles sont loin d’être anecdotiques parce que, ce qui est en train de jouer dans ses régionales, c’est bien la future campagne de 2017.
Entre une Marine Le Pen, qui conseillée par Florian Philippot a fait évoluer l’idéologie du FN pour conquérir les déçus de la gauche et une Marion Maréchal, qui entourée d’une extrême droite plus classique est tentée de revenir aux idées défendues depuis toujours par son grand-père, ce que lui-même appelle la ligne Jean-Mariste.


Anne Le Gall, experte innovation

L'innovation du jour, c'est une nouvelle matière première pour fabriquer des vêtements.

La nouvelle collection été 2016 de maillots de bain, sacs et vestes d'ECO-ALF, une marque espagnole, sera conçue à partir de déchets plastiques pêchés en mer.
Ce sont les premiers textiles du genre, ils contiendront au départ un tiers de détritus marins, le reste venant de bouteilles recyclées ramassées sur la terre ferme.
A terme, l'idée est de fabriquer des vêtements fabriqués à 100% avec de vieux plastiques marins.

Mais ce plastique, d'où vient-il ? Il a fallu quand même le récupérer...
Ça, c'est l'autre volet de cette innovation textile qui est aussi une innovation sociale, car ce sont des marins pêcheurs de la région de Valence en Espagne qui collectent ces vieux plastiques en mer.
Depuis quelques mois, ils stockent les sacs en plastique, les bouteilles et les vieux pneus qu'ils remontent dans leur filet dans des containers.

Deux tonnes de déchets ont déjà été repêchés en Méditerranée en seulement deux mois. Ce plastique est ensuite broyé et transformé en fil pour l'industrie textile.

Et ce sont 2 tonnes de déchets que les poissons n' avaleront pas ...

exactement, ni les poissons , ni les oiseaux ... bonne nouvelle pour l'ecosysteme.